Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Il paraît qu'elle est très belle...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Bulles de Nuit
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2005
Messages: 3 402
Localisation: Paris
Humeur du Jour: Collection Berardo

MessageJeu 27 Juil 2006, 01:37:44 Répondre en citant
Il paraît qu'elle est très belle…


Il parait qu'elle est très belle...

Et pourtant ce n'était pas en ces termes que je l'envisageais ou qu'elle manifestait sa présence à ma conscience. Elle ne m'apparaissait pas non plus sous la forme d'un pur esprit. En vérité, elle exerçait une séduction troublante à la fois très proche et très lointaine. Elle m'apparaissait comme une héroïne de BD, exerçant une séduction sensuelle et animale mais comme à l'abri de phylactères, sans risques pour elle ou son lecteur. Et puis elle possédait quelque chose qui la haussait dans mes pensées : un savoir prodigue enthousiasmant.


Il paraît qu'elle est très belle…

La première fois que je l'ai vue, elle aurait pu m'intimider si elle même n'avait été si timide. Elle semblait n'être pas tout à fait elle même. Elle se protégeait en étant en jeu extérieur comme disent les comédiens. Elle tenait à rester secrète ou discrète. Je n'étais pas encore sous le charme, trop de défenses, la Citadelle avait l'air imprenable et impénétrable. C'était comme si les tours principales recelaient des secrets enfermés dans des grimoires que seuls quelques initiés et érudits à force de rites pouvaient déchiffrer et lire.


Il paraît qu'elle est très belle…

Et ce fait était évident. Si évident même qu'il n'avait imprimé ma conscience. Je me nourrissais de ce qu'elle disait, absorbant ce qu'elle offrait, ses mots comme scellant un pacte de vampire. Et puis, une illumination s'en vint déchirer le ciel obscur de ma conscience. L'effet de quelques bulles de champagne et je sentis soudain mes yeux s'emplir de feu. Je ressentis cette sensation caractéristique que j'avais oublié depuis quelques semaines : le désir, celui qui se fait connaître par la chaleur qu'il diffuse dans les endroits intimes. Dès lors, je la léchais du regard, caressant son visage et son corps et je voulais qu'elle sente la morsure de braise de ce regard incandescent.


Il paraît qu'elle est très belle…

Elle était femme, vraiment femme. Je ne saurais mieux dire l'impression qu'elle me faisait. Il y avait des moments fugaces où elle laissait s'échapper par inadvertance sa nature sensuelle, féline, piquante. Elle n'était pas coquine mais plutôt incendiaire et dévorante. Une sorte de charme diabolique qui pourrait presque faire peur tant notre masculinité, malgré ses apparences de force, a besoin de se rassurer en étant en contrôle des éléments. Et puis ses yeux disait les sortilèges et les grands sabbats des nuits de Walpurgis. Et je ne pouvais m'empêcher de l'imaginer nue, le corps oint d'huiles, sa lourde poitrine dressée presque offerte à mes caresses. Je crois que c'est à ce moment là qu'elle commença à m'intimider. Une seule respiration... et l'instant d'après c'était comme si j'étais à nouveau vierge, absolument novice des arts de l'amour. Ce fut une sensation très étrange, adolescente pour tout dire.


Il paraît qu'elle est très belle…

Elle m'avait offert un livre fabuleux. L'histoire d'un pianiste qui compose le chant de l'océan et dont la musique parle tant à la houle qu'il pouvait jouer au beau milieu de la tempête sur son piano sans cales exécutant des mouvements de valse d'une précision sphérique.

Un pianiste aux bulles si subtiles qu'elles lui permettaient de lire les gens comme dans un livre et les connaître de façon si intime qu'il pouvait décrire des lieux où il n'était jamais allé, humer des odeurs qu'il n'avait jamais senties. Il composait aussi une musique qui n'utilisait pas des notes "normales", une musique comme un chant du monde qui pouvait dire la richesse des rêves et des espoirs des émigrants ou des rupins que sa musique transcendait.

Son monde n'était pas normé par ce bateau, il accédait à l'universel et l'appréhendait par ses rencontres ou par les émotions que sa musique suscitait. En séduisant une femme, il séduisait toutes les femmes du monde et par des échantillons vivait toutes les expériences possibles. Il aurait pu devenir fou. Au lieu de cela, il parvint à faire tenir en une seule note l'univers tout entier ettoutes se s nuances.

J'avais dévoré ce livre, si musical si aquatique et elle me l'avait offert !!! Oh, certes, elle n'en était pas l'auteur, mais elle l'avait choisi pour moi et par là me lançait un charme comme on dresse un pont entre deux rives. Comment avait-elle fait pour me deviner et toucher si juste? Comment savait-elle que mes bulles allaient autant entrer en résonance avec les mondes de Novecento?

J'adorais l'intention qui présidait à cet acte. Et moi aussi j'avais envie de lui offrir un livre qui ait le même pouvoir, capable de parler de musique et d'art, de la quête de soi et du rapport aux autres, de la présence au monde, de l'amitié et en filigrane des arcanes de la séduction et de l'amour.


Il paraît qu'elle est très belle…

Cette phrase, je l'ai eue en tête tout le week-end comme un refrain que je pouvais presque chanter. Et cet écho tout au long de son trajet sur l'Apennin de ma conscience s'est révélé comme une singulière évidence. Quelle personnalité fascinante!



Il paraît qu'elle est très belle…


… mais pas seulement.
____________________
Ha ! très grand arbre du langage peuplé d'oracles, de maximes et murmurant murmure d'aveugle-né dans les quinconces du savoir...
[Haut]
Athénaïs
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2006
Messages: 437
Localisation: Paraiso Verde
Humeur du Jour: dans la joie....

MessageJeu 27 Juil 2006, 08:32:00 Répondre en citant
Wahooo! Quelle déclaration! Vraiment sublime Bulles! bravo
Bulles a donc un coeur... :titi lol2
____________________
"L'ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l'imagination."

"Se servir d'une seule âme pour être deux." Paul Claudel
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com