Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Capitaine fracassé, opus 3

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> Le Casse-Tête -> n° 3
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageVen 21 Juil 2006, 07:08:09 Répondre en citant
J’étais à poil, le cul sur le sable, à boire du vin, et les étoiles au ciel avaient de doux frous frous. Il n’était d’ailleurs que cinq heures du soir, et le soleil de solstice, encore haut, presque de face, m’éblouissait la peau, et je devais me protéger les yeux d’une main pour pouvoir lire.
J’avais bien préparé ce moment, et lire était la raison pour laquelle j’étais ici. J’étais allé par la forêt – de pin-, j’étais allé par la montagne – de dunes-, pour trouver ces quelques kilomètres de plage idéale, déserte, petit bout de cette cote landaise sauvage et rectiligne, pour me retrancher de la frénésie du temps, me poser les roustons sur le sable chaud, et bouquiner peinard en me curetant les narines.

Petite escapade de petite envergure d’une petite vie, mais j’allais quand même passer un bon moment. Moi l’esclave de ma montre, je l’avais laissée dans ma voiture, et avait éprouvé un agréable sentiment de liberté en m’en éloignant.
Le Livre, je l’avais gardé précieusement, pour justement pouvoir le lire dignement. C’était un Luis Sepulveda, et je savais qu’il allait me parler de Patagonie, de gauchos, de détroit de Magellan, de mer, de ciel, d’amis, d’exilés politiques, de rhum, d’amis, de gigot d’agneau, de maté, de fraternité, de bordels, et je savais aussi que sans doute à chaque page, j’aurais un petit orgasme littéraire, au détour d’une phrase, qui parlerait D’Humanité.
Le livre était petit, et il fallait que je l’économise, et le vin, je l’avais pris pour boire à la santé de la vie, et je remplaçais l’eau dans laquelle j’avais mis à tremper la bouteille, quand, pour me rafraîchir, j’allais barboter dans les rouleaux ou allais faire la planche, derrière ceux-ci, en oubliant de penser.
Le vin, et quelques cigarettes légèrement mâtinées d’herbe, m’avait progressivement fait m’intégrer dans les pages livre, et aussi dans le paysage de mer, de ciel, de sable, de vent, et de l’assourdissance des vagues inlassables…La mer, la mer, toujours recommencée !

Je pensais à l’année passée, à l’année à venir, je relativisais des déceptions, bâtissais des espoirs, j’observais s’allonger l’ombre d’un bois flotté que j’avais planté dans le sable tiède.
J’étais heureux de ma solitude, mais, l’esprit en vacance, je m’étais dis que j’aurais été heureux aussi de partager un moment de fraternité avec une femme qui serait passée.
champagne
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Bulles de Nuit
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2005
Messages: 3 402
Localisation: Paris
Humeur du Jour: Collection Berardo

MessageVen 21 Juil 2006, 08:45:17 Répondre en citant
Aladin a écrit:
J’étais à poil, le cul sur le sable, à boire du vin, et les étoiles au ciel avaient de doux frous frous. Il n’était d’ailleurs que cinq heures du soir, et le soleil de solstice, encore haut, presque de face, m’éblouissait la peau, et je devais me protéger les yeux d’une main pour pouvoir lire.
J’avais bien préparé ce moment, et lire était la raison pour laquelle j’étais ici. J’étais allé par la forêt – de pin-, j’étais allé par la montagne – de dunes-, pour trouver ces quelques kilomètres de plage idéale, déserte, petit bout de cette cote landaise sauvage et rectiligne, pour me retrancher de la frénésie du temps, me poser les roustons sur le sable chaud, et bouquiner peinard en me curetant les narines.

Petite escapade de petite envergure d’une petite vie, mais j’allais quand même passer un bon moment. Moi l’esclave de ma montre, je l’avais laissée dans ma voiture, et avait éprouvé un agréable sentiment de liberté en m’en éloignant.
Le Livre, je l’avais gardé précieusement, pour justement pouvoir le lire dignement. C’était un Luis Sepulveda, et je savais qu’il allait me parler de Patagonie, de gauchos, de détroit de Magellan, de mer, de ciel, d’amis, d’exilés politiques, de rhum, d’amis, de gigot d’agneau, de maté, de fraternité, de bordels, et je savais aussi que sans doute à chaque page, j’aurais un petit orgasme littéraire, au détour d’une phrase, qui parlerait D’Humanité.
Le livre était petit, et il fallait que je l’économise, et le vin, je l’avais pris pour boire à la santé de la vie, et je remplaçais l’eau dans laquelle j’avais mis à tremper la bouteille, quand, pour me rafraîchir, j’allais barboter dans les rouleaux ou allais faire la planche, derrière ceux-ci, en oubliant de penser.
Le vin, et quelques cigarettes légèrement mâtinées d’herbe, m’avait progressivement fait m’intégrer dans les pages livre, et aussi dans le paysage de mer, de ciel, de sable, de vent, et de l’assourdissance des vagues inlassables…La mer, la mer, toujours recommencée !

Je pensais à l’année passée, à l’année à venir, je relativisais des déceptions, bâtissais des espoirs, j’observais s’allonger l’ombre d’un bois flotté que j’avais planté dans le sable tiède.
J’étais heureux de ma solitude, mais, l’esprit en vacance, je m’étais dis que j’aurais été heureux aussi de partager un moment de fraternité avec une femme qui serait passée.
champagne


wah! jap: Et voila comment en un texte tu m'as donné envie de lire Sepulveda, la description que tu en donnes me fait penser aux univers d'Hugo Pratt. Wink
____________________
Ha ! très grand arbre du langage peuplé d'oracles, de maximes et murmurant murmure d'aveugle-né dans les quinconces du savoir...
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageVen 21 Juil 2006, 10:31:38 Répondre en citant
Bulles de Nuit a écrit:

wah! jap: Et voila comment en un texte tu m'as donné envie de lire Sepulveda, la description que tu en donnes me fait penser aux univers d'Hugo Pratt. Wink

Merci pour ton wah ! et, rires...oui, je n'avais vu pour le parralèlle avec Hugo Pratt. Oui, il y a un peu de ça....en plus contemporain.
Smile
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageVen 21 Juil 2006, 14:19:00 Répondre en citant
j'écrirais bien wah aussi! Mais c'est déjà dit. Alors comme d'hab, je dis rien.
____________________
debout!
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> Le Casse-Tête -> n° 3 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com