Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Paul Léautaud, Journal particulier

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Le Carnet à spirales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean Paul
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2006
Messages: 14
Localisation: Paris
Humeur du Jour: sans

MessageJeu 20 Juil 2006, 21:15:01 Répondre en citant



Bonsoir, je voulais partager avec vous un extrait des dialogues savoureux du film "Comédie d'amour", de JP. Rawson, inspiré du "Journal particulier" de Paul Léautaud (1933), écrivain misanthrope et anti-conformiste. Propos divers, pas anodins, sur l’écriture, l’amour, les femmes, ...

(Paul Léautaud, 63 ans, vient d'avoir un malaise. Il est en compagnie de sa jeune éditrice, Marie, qui souhaite publier son journal, et envers laquelle il ne retient pas des élans sexuels débridés. Entre dans la pièce le "fléau", Anne, amante de longue date de Léautaud [et femme de son meilleur ami, qui commente ainsi à Léautaud cette relation : "tu as son corps, j'ai ses sentiments..."])

Anne: Bah ? Qu'est-ce que c'est que cette histoire de malaise ?
Léautaud: Comment ?
Anne: Mon Dieu, ça fait des années que je vous vois mourir...
(Elle s'avance vers lui et plonge sa main dans son entrecuisse)
Léautaud: Aoh ! Mais arrêtez ! Ca va pas ? Mais vous m'faites mal !
Anne (se tournant vers Marie): Vous avez déjà vu un mort qui bande ? (Se retournant vers Léautaud) Qui c'est celle là ?
Léautaud: C'est Marie ! Que j'estime beaucoup.
Anne: Combien de fois ?
Léautaud: Pardon ?
Anne: Combien de fois l'avez vous déjà estimée ?
Léautaud: Vos abominations sont inépuisables...
Anne: Que vous soyez malade, que vous entreteniez des rapports avec cette Marie salope ne m'intéresse pas. Ce que je veux savoir c'est ce que vous comptez publier sur nos relations personnelles.
Marie: Oh, vous pouvez lui faire confiance.
Anne: Oh, avec des gens comme vous, la confiance est une preuve de bêtise.
Marie: Et la méfiance une preuve d'intelligence, peut-être ?
Anne: Paul ! Rendez-moi votre journal.
Léautaud: Assez d'animosité ! Dans le tiroir de la commode.
(Anne va chercher le journal)
Léautaud (vexé): Il n’y a pas une femme, même vous, qui mérite une page qu'on a eu le plaisir d'écrire !
Marie, à l'encontre d'Anne: Vous n'avez pas le droit de disposer du travail littéraire de Monsieur Léautaud !
Anne: C'est vingt ans de joie, d'amour et de souffrance... C'est pas de la littérature ça ! Alors maintenant si vous voulez publier, publiez donc vos séances d'ondinisme, que vous pratiquez dans les salons privés... (Elle retourne auprès de Léautaud) Avez-vous gardé un double de ces feuillets ?
Léautaud: Pourquoi le ferais-je ?
Anne: Parce que je vous soupçonne de vivre deux fois certains moments de votre vie : d'abord en les vivant, ensuite en les écrivant.
Marie, à Anne: Avec vous ce doit être plus drôle de les écrire !
Anne, ricanant, à Léautaud: Vous m'avez préféré cette pisseuse... si usante que vous êtes sexuellement fatigué. Allons donc ! Un homme de votre âge ! Avec une maîtresse de dix ans que moins que lui !
Marie: Vingt ans de moins, ma chère...
Anne, toujours à Léautaud: Les femmes sont capables des pires relations sexuelles, par curiosité, ou par intérêt. Saura-t-elle vraiment vous satisfaire ?
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !
Anne, à Léautaud: Ben vous voilà bien allumé !
Marie: L'âge ne compte pas pour moi. Ce n'est pas à vingt ans qu'un homme sait jouir du sexe d'une femme. Je sais aussi que la vieillesse c'est l'enfer des femmes.
Léautaud, se levant: Bon bah moi j'me couche.
Anne: On ne fait pas seulement l'amour par désir... ou passion. Mais aussi par amour propre. Et jeunesse. (A Léautaud se couchant:) C'est curieux comme avec vous, j'ai donné plus que je n'ai reçu. L'amour est grave ! Pas du tout de la façon dont vous le faites, avec des propos grossiers. Ca c'est l'amour des impuissants ! Qui ont besoin de s'exciter. Vous savez, j'ai été aimée par de très beaux hommes [Léautaud était réputé pour sa laideur]. Et vous savez ma chère, très souvent six coups de suite.
Anne, ricanant: Il n'est de plaisirs qu'en imagination !
Marie: Oh ! Vous croyez avoir tout dit parce que vous avez fait un bon mot. Vous savez moi je pourrais aussi avoir de l'esprit comme ça, si je voulais. Mais je m'en moque !
Anne: C'est un talent de savoir se moquer de ce que l'on na pas.
Léautaud, nerveux: Calmez vous, calmez vous ! Je vous avertis et vous informe solennellement avoir rédigé mon testament. Marie est chargée de la dactylographie de mon journal. Et vous Anne, vous êtes chargée de l'entretien de mes chats. Mes biens seront partagés entre vous deux.
Anne: Mais quels biens ? Il n'y a que des dettes. Si encore vous étiez un écrivain normal, de ceux qui écrivent ce qu'on leur demande d'écrire ! Les autres sont plus malins que vous, ils empochent de l'argent. Vous êtes bien trop bête pour en faire autant. Vous faites le fier en écrivant tout ce que vous pensez ?
Léautaud, pestant: Je vis très bien dans mon coin, sans ces petites combinaisons de prêts pour des rendus ! Au moins ma liberté m'appartient.
Marie: Paul est un écrivain sincère.
Anne: Gardez votre sincérité pour vous.
Léautaud, excédé: C'est très bien, alors puisque vous le prenez comme ça, je lèguerai mes biens à la société protectrice des animaux !
Anne, s'éclipsant, à Marie: C'est une femme comme vous qu'il faut épouser quand on veut être sur de ne pas être cocu !
Marie: Vous, vous êtes une disgraciée ! J'aime mieux être à ma place qu'à la votre.

Etc.
bound
[Haut]
Latcho Drom
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2006
Messages: 860
Humeur du Jour: Excusez-moi du peu.

MessageVen 21 Juil 2006, 12:53:47 Répondre en citant
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !

Je ne me suis attardée que sur certaines phrases.
Ce qui est agréable, c'est votre attachement à ne pas laisser ce texte.
Où le quitter ?
Voyons donc... pensif

Léautaud, pestant: Je vis très bien dans mon coin, sans ces petites combinaisons de prêts pour des rendus ! Au moins ma liberté m'appartient.
[Haut]
Lupus
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 190

MessageVen 21 Juil 2006, 13:14:06 Répondre en citant
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !

Par opposition, le déséquilibre n'est-il pas indissociable du mouvement, et donc de l'évolution ?
[Haut]
Latcho Drom
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2006
Messages: 860
Humeur du Jour: Excusez-moi du peu.

MessageVen 21 Juil 2006, 20:53:23 Répondre en citant
Lupus a écrit:
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !

Par opposition, le déséquilibre n'est-il pas indissociable du mouvement, et donc de l'évolution ?


Je suis navrée Lupus, sans doute, moi qui suis éteinte,
je ne saisis pas l'opposition que tu me soumets.
Peux-tu me la définir ?
Moi, je tenterais d'expliquer pourquoi cette citation m'a fait rebondir. bound
[Haut]
Jean Paul
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2006
Messages: 14
Localisation: Paris
Humeur du Jour: sans

MessageVen 21 Juil 2006, 21:33:41 Répondre en citant
Latcho Drom a écrit:
Je suis navrée Lupus, sans doute, moi qui suis éteinte,
je ne saisis pas l'opposition que tu me soumets.
Peux-tu me la définir ?
Moi, je tenterais d'expliquer pourquoi cette citation m'a fait rebondir. bound


"Il n’y a pas une femme, même vous, qui mérite une page qu'on a eu le plaisir d'écrire" !
Pour moi ceci une forme ultime d'extinction [de l'espèce Mr. Green ]
Pour "paraphraser" Lupus (et Lacan) je dirais que la vie c'est le désir, et que sa satisfaction est synonyme de mort.
Ce qui ne veut pas dire que le désir ne mène pas aussi à la mort...

Qu'entends-tu Latcho par "Ce qui est agréable, c'est votre attachement à ne pas laisser ce texte." ?
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2005
Messages: 6 889
Humeur du Jour: Et pourtant...

MessageVen 21 Juil 2006, 22:22:24 Répondre en citant
Bon. Léautaud, je dois dire, ne m'est pas très sympathique, pour ce que j'ai lu de lui et à son sujet.
Maintenant que j'ai dit cette phrase d'une effarante stérilité, j'"argumente" dans le contexte :

il a beaucoup d'idées arrêtées, je trouve...nan ?
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2005
Messages: 6 889
Humeur du Jour: Et pourtant...

MessageVen 21 Juil 2006, 22:25:17 Répondre en citant
Latcho Drom a écrit:
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !

Je ne me suis attardée que sur certaines phrases.
Ce qui est agréable, c'est votre attachement à ne pas laisser ce texte.
Où le quitter ?
Voyons donc... pensif

Léautaud, pestant: Je vis très bien dans mon coin, sans ces petites combinaisons de prêts pour des rendus ! Au moins ma liberté m'appartient.



jolie méthode de lecture. Smile


Et sinon, ne peut-on vivre bien que pour la liberté ? sans faire de concessions ? sans exister parmi les autres ? que pour soi-même ?
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2005
Messages: 6 889
Humeur du Jour: Et pourtant...

MessageVen 21 Juil 2006, 22:25:58 Répondre en citant
Lupus a écrit:
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !

Par opposition, le déséquilibre n'est-il pas indissociable du mouvement, et donc de l'évolution ?



itou. Pourquoi "opposition" ?
[Haut]
Latcho Drom
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2006
Messages: 860
Humeur du Jour: Excusez-moi du peu.

MessageVen 21 Juil 2006, 23:14:14 Répondre en citant
Jean Paul a écrit:
Latcho Drom a écrit:
Je suis navrée Lupus, sans doute, moi qui suis éteinte,
je ne saisis pas l'opposition que tu me soumets.
Peux-tu me la définir ?
Moi, je tenterais d'expliquer pourquoi cette citation m'a fait rebondir. bound


"Il n’y a pas une femme, même vous, qui mérite une page qu'on a eu le plaisir d'écrire" !
Pour moi ceci une forme ultime d'extinction [de l'espèce Mr. Green ]
Pour "paraphraser" Lupus (et Lacan) je dirais que la vie c'est le désir, et que sa satisfaction est synonyme de mort.
Ce qui ne veut pas dire que le désir ne mène pas aussi à la mort...

Qu'entends-tu Latcho par "Ce qui est agréable, c'est votre attachement à ne pas laisser ce texte." ?


Vous me dites Jean et Paul donc d'après Lupus, Lacan et vous vous y joignez, si je résume :
La satisfaction du désir, c'est la mort ?
[Haut]
Latcho Drom
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2006
Messages: 860
Humeur du Jour: Excusez-moi du peu.

MessageVen 21 Juil 2006, 23:25:21 Répondre en citant
Ammelle a écrit:
Latcho Drom a écrit:
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !

Je ne me suis attardée que sur certaines phrases.
Ce qui est agréable, c'est votre attachement à ne pas laisser ce texte.
Où le quitter ?
Voyons donc... pensif

Léautaud, pestant: Je vis très bien dans mon coin, sans ces petites combinaisons de prêts pour des rendus ! Au moins ma liberté m'appartient.



jolie méthode de lecture. Smile


Et sinon, ne peut-on vivre bien que pour la liberté ? sans faire de concessions ? sans exister parmi les autres ? que pour soi-même ?


C'est une lecture en déclinaison dira-t-on...

Et je reviendrais sur Notre Liberté Propre.
angel
[Haut]
Jean Paul
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2006
Messages: 14
Localisation: Paris
Humeur du Jour: sans

MessageSam 22 Juil 2006, 07:46:08 Répondre en citant
Ammelle a écrit:
Bon. Léautaud, je dois dire, ne m'est pas très sympathique, pour ce que j'ai lu de lui et à son sujet.
Maintenant que j'ai dit cette phrase d'une effarante stérilité, j'"argumente" dans le contexte :

il a beaucoup d'idées arrêtées, je trouve...nan ?

C'est bien ce que fait ressortir le film, et donc son journal, qui par ailleurs ne donne pas de lui une image bien attachante.
Je ne commente pas le fond, n'ayant pas lu Léautaud. Ceci dit, j'ai un faible pour l'anti-conformisme, et pour les amateurs de chats ! Il y a une cohérence entre ce marginal et ses écrits, semble-t-il, entre son cynisme ravageur et son auto-dérision. C'est ce qui me plait dans le film et ses dialogues acérés.
Le misanthrope a, à mon goût et pour généraliser un peu vite, qque chose de pathétique et donc de touchant. Quand il met son art à son service, j'y trouve une certaine jubilation, sans doute par résonnance avec ma propre misanthropie ! kaolo
(je fais forcément le rapprochement avec le Voyage au bout de la nuit)
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2005
Messages: 6 889
Humeur du Jour: Et pourtant...

MessageSam 22 Juil 2006, 07:51:55 Répondre en citant
Jean Paul a écrit:
Ammelle a écrit:
Bon. Léautaud, je dois dire, ne m'est pas très sympathique, pour ce que j'ai lu de lui et à son sujet.
Maintenant que j'ai dit cette phrase d'une effarante stérilité, j'"argumente" dans le contexte :

il a beaucoup d'idées arrêtées, je trouve...nan ?

C'est bien ce que fait ressortir le film, et donc son journal, qui par ailleurs ne donne pas de lui une image bien attachante.
Je ne commente pas le fond, n'ayant pas lu Léautaud. Ceci dit, j'ai un faible pour l'anti-conformisme, et pour les amateurs de chats ! Il y a une cohérence entre ce marginal et ses écrits, semble-t-il, entre son cynisme ravageur et son auto-dérision. C'est ce qui me plait dans le film et ses dialogues acérés.
Le misanthrope a, à mon goût et pour généraliser un peu vite, qque chose de pathétique et donc de touchant. Quand il met son art à son service, j'y trouve une certaine jubilation, sans doute par résonnance avec ma propre misanthropie ! kaolo
(je fais forcément le rapprochement avec le Voyage au bout de la nuit)



je n'ai pas lu davantage non plus.
mais si on y rencontre de l'autodérision, alors c'est bon pour moi!
[Haut]
Latcho Drom
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2006
Messages: 860
Humeur du Jour: Excusez-moi du peu.

MessageVen 28 Juil 2006, 22:21:14 Répondre en citant
Ammelle a écrit:
Latcho Drom a écrit:
Marie: Les gens satisfaits sont des gens éteints !

Je ne me suis attardée que sur certaines phrases.
Ce qui est agréable, c'est votre attachement à ne pas laisser ce texte.
Où le quitter ?
Voyons donc... pensif

Léautaud, pestant: Je vis très bien dans mon coin, sans ces petites combinaisons de prêts pour des rendus ! Au moins ma liberté m'appartient.



jolie méthode de lecture. Smile


Et sinon, ne peut-on vivre bien que pour la liberté ? sans faire de concessions ? sans exister parmi les autres ? que pour soi-même ?


Ammelle, dans cette phrase précise,
je vois toute la superficialité des relations.

Certaines personnes fonctionnent ainsi,
je te rends un service
en attendant un retour.
Et qu'est-ce qu'un retour de service ?
N'est-ce pas eux, qui existent pour eux-mêmes ? pensif
Et là, se trouve notre liberté propre.
S'offrir aux personnes libres, qui eux n'attendent rien de toi. jap:
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Le Carnet à spirales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com