Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Maurice Denuziere, Louisiane

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Fragments littéraires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
waterlily
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2006
Messages: 1 005
Localisation: Sur ma stratosphere
Humeur du Jour: Au plus pres du bonheur.

MessageDim 26 Mar 2006, 16:56:53 Répondre en citant



Un auteur que j`apprecie particulierement pour cette magnifque saga sur la Louisiane..


extraits du premier tome `Louisiane`

`A l`epoque ou l`aristocratie du coton gouvernait le sud des Etats Unis, le panama passait pour la coiffure du Cavalier>
Clarence Dandridge, un long jeune homme, portant redingote cintree de flanelle beige,ouverte sur un gilet croise de soie chataine, en jouait magistralement, ce matin du 10 mai 1830, en parcourant la rue Bourbon, a la Nouvelle Orleans.
Tous les vingt pas, il soulevait son chapeau de paille fine a larges bords, d`un geste tantot ample et arrondi, tantot court et desinvolte, indiquant ainsi l`estime, adroitement dosee, dans laquelle il tenait la personne saluee.`

`Particuliere, pensa-t-il, beaute particuliere.`
`Les instants qu suivirent ne dementirent pas cette premiere impression m forcement superficielle. Le visage de la jeune fille lui parut d`un ovale un peu allonge, le front trop vaste dans l`ogive stricte des cheveux aux reflets cuivres. Virginie Tregan portait, il est vrai, la coiffure dite `a la Sevigne`: des bandeaux plats, separes sur la tete par deux raies convergeantes et se terminant sur les joues par de volumineuses grappes d`anglaises. Le nez etait droit, fin, aux ailes sensibles et legerement relevees. La bouche paraissait plus interessante, car Dandridge, tout en debitant les premieres banalites d`accueil, y decela deux indices morphologiques rarement reunis : la levre superieure mince et sans ourlet donnait a la bouche une impression de secheresse, presque de durete, alors que la levre inferieure un peu debordante, charnue et parfaitement ourlee, indiquait une appreciable sensualite. Quant aux yeux., assez ecartes et largement fendus, ils impressionnerent tout de sutie Clarence. De couleur turquoise, parsemes de taches noires, ils conferaient au regard de la jeune fille une acuite genante. Sous l`arc retouche des sourcils, entre les franges souples et fournies des cils, ce regard mineral avait a coup sur un pouvoir.`
____________________
What you see is what you get
Another one bites the dust
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Fragments littéraires Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com