Portal
 


||  Index  ||  Portal  ||  FAQ  ||  Search  ||  Log in  ||  Register  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
A une passante : Brassens et Baudelaire
Goto page: 1, 2, 3, 4, 5  >
 
Post new topic   Reply to topic    Place des Mots Forum Index -> AU TOUR DE LA PLUME -> Le Carnet à spirales
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 16:20:11 Reply with quote
bon, Brassens ET Baudelaire.

A une Passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d'une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;
Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?


Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, à toi qui le savais !
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Publicité






PostThu 20 Oct 2005, 16:20:11
PublicitéSupprimer les publicités ?
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 16:22:00 Reply with quote
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue....

Putain ! c'est génialement grand, quand même !!!!

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 16:25:32 Reply with quote
Hum, pour l'instant, j'en cauchemarde plutôt !! lol7:
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion


Last edited by Aladin on Thu 20 Oct 2005, 16:26:40; edited 1 time in total
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 16:26:06 Reply with quote
Pasiphaé wrote:
Aladin, à la même minute nous avons posté le poème de Baudelaire

Un pur moment d'osmose jap:

lol7:


Symbiose ?

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Offline

Joined: 11 May 2005
Posts: 8,958
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

PostThu 20 Oct 2005, 16:26:30 Reply with quote
Pasiphaé wrote:
Il manque la musique un peu nostalgique, c'est un poème de Antoine Pol

Les Passantes Georges Brassens




C'est marrant, j'ai également pensé à cette chanson pendant que je rédigeais le sujet de ce gage.
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 16:32:00 Reply with quote
Pasiphaé wrote:
Aladin wrote:
Pasiphaé wrote:
Aladin, à la même minute nous avons posté le poème de Baudelaire

Un pur moment d'osmose jap:

lol7:


Symbiose ?


oui il convient bien aussi celui-là et il rime avec "prose" aussi, celle que tu vas nous écrire très bientôt.


Prose....oui, voilà qui va m'inspirer... Wink

Bon sinon, j'ai trouvé, avec le poeme, l'étude de texte de A une passante : peut on faire plus masturbatoire, lobotomisant, laxatif, vomitif, tue l'amour, stérile et inepte ?

Je cite :

Le rencontre

Cette rencontre se réalise dans un contexte sonore. Le contexte va être souligné par son aspect déplaisant. C'est tout le vacarme de la rue moderne qui est exprimé d'abord:
- par la personnification de la rue
- par la distance entre le sujet "la rue" et le verbe "hurlait", comblé par la présence de l'adjectif "assourdissante"
- par deux hiatus (fiction entre deux sons ou voyelles) qui sont, eux aussi évocateurs de vacarme. Il est important dès le premier vers de faire saisir que si la rencontre, la communication entre le poète et la passante ne passe que par le regard, c'est que la communication verbale est impossible.

La présence exceptionnelle de la passante est d'abord marquée par l'insistance que met le poète à souligner son allure par le rythme ample de la phrase qui s'étend sur quatre vers et qui contient son portrait en mouvement. Le vers 2 est ponctué de façon à délimiter des groupes de longueur croissante et précède la régularité des vers 3 et 4. Dans le vers4, les quatre groupes de trois syllabes impriment rythmes et harmonies de la démarche. Quant au vers 5, il constitue du point de vue de la structure une sorte d'enjambement sur le deuxième quatrain et surtout élargit le portrait en apportant des éléments d'ordre moral. Ici, la beauté morale se joint à la grâce du corps et aboutit à l'idéalisation de la beauté dans l'expression "avec sa jambe de statue". Dans le 1er quatrain, il faut aussi retenir l'expression "en grand deuil" qui évoque la tristesse et le malheur. Baudelaire a expliqué que la notion de tristesse accompagne pour lui celle de beauté.



II. Les réactions du poète

Le narrateur, face à cette apparition, ne peut être qu'un spectateur "paralysé", "fasciné", "médusé", souligné part le terme "crispé" au vers 6. Le narrateur a une réaction émotionnelle incontrôlée. La comparaison au vers 6 "comme un extravagant" souligne l'opposition des attitudes entre "elle" et "lui". Dans les vers 3 et 4, la régularité s'oppose à l'irrégularité du vers 6. Il faut attendre le vers 8 pour trouver le complément d'objet direct du verbe "buvais". Le verbe boire dénote l'avidité alors que le participe "crispé" indique que la paralysie de l'attitude du poète est à la fois ardente et timide.

Dans le vers 7, Baudelaire est sensible au regard de la femme, regard agrandi à la dimension d'un ciel d'orage : "livide", "bleu gris".
Nous retrouvons là les deux composantes de l'amour baudelairien. Les sonorités de "douceur", de "fascine" et de "plaisir qui tue" donnent une impression de sentiments agréables, de glissement. Deux mono syllabes: "qui tue".


III. Les réflexions du poète
Changement de tongue: on passa du vouvoiement au tutoiement. Le poète s'adresse directement à la femme. La réflexion fait suite à la description. Au vers 9 s'établit une rupture suivie d'interrogation. Le vers 9 résume symboliquement une rencontre avec la passante : le pète est illuminé "un éclair", puis désemparé "la nuit". Il y a donc un renversement.
La rencontre appartient au passé et la femme ne sera plus l'objet de contemplation que dans un futur mystique : vers 11. Cette forme interrogative appelle une réponse affirmative donc un espoir : vers 10. Il s'agit là d'une galanterie précieuse mais surtout, il faut comprendre que la femme ici, a permis d'apercevoir. La triple exclamation du vers 12 scande les étapes de la dégradation de tout espoir. Le vers 13 tire sa force d'un paradoxe. La construction en chiasme (je, tu, tu, je) souligne qu'il existe une apparente similitude de destin (chacun fuit en ignorance de cause) ce qu'il ne fait que les éloigner davantage l'un de l'autre. Au vers 14, c'est un appel voué à ne pas être entendu. Là encore, il y a une sorte de paradoxe. Le conditionnel passé rejette tout accomplissement dans l'irréel mais le verbe aimer exprime une certitude, celle de l'amour. Le deuxième hémistiche concentre tout le mystère de la rencontre et toute l'amertume du poète. La passante s'est-elle détournée par indifférence, Par pudeur, par fierté ou par cruauté? Baudelaire a exprimé ici le drame de l'incompréhension entre l'homme te la femme.


Conclusion

Accumulation de détails qui inscrivent le récit dans un contexte social et moral. On devine un personnage qui vit mal la médiocrité de la vie et qui saura utiliser ses qualités physiques pour changer son existence. On perçoit déjà que son avenir sera prometteur.

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 16:53:07 Reply with quote
Nan, mon propos était plus sur les commentaires de texte en général que sur ce commentaire en particulier...
Se contraindre à faire un commentaire, comme celui ci, souille en quelques sorte le travail du poete....ce moment de bonheur, de reverie, de beauté, de poesie, quoi, le voilà décortiqué, étripé, disséqué, refroidi, analysé, on prête des attention à l'auteur qu'il n'avait surement pas eu, lui tout occupé à trouver un joli mot, et qui n'a pas du faire le dixième du raisonement qu'à fait le commentateur...
C'est tuer le plaisir de la lecture, de demander à un éléve de faire ça. c'est une honte. Ca me scandalise.
ALors, si un élève peut se soustraire à ce lavement en pompant sur internet, tant mieux.

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Bulles de Nuit
Stylo-plume

Offline

Joined: 27 Apr 2005
Posts: 3,400
Localisation: Paris
Humeur du Jour: Collection Berardo

PostThu 20 Oct 2005, 17:33:39 Reply with quote
Aladin wrote:
Nan, mon propos était plus sur les commentaires de texte en général que sur ce commentaire en particulier...
Se contraindre à faire un commentaire, comme celui ci, souille en quelques sorte le travail du poete....ce moment de bonheur, de reverie, de beauté, de poesie, quoi, le voilà décortiqué, étripé, disséqué, refroidi, analysé, on prête des attention à l'auteur qu'il n'avait surement pas eu, lui tout occupé à trouver un joli mot, et qui n'a pas du faire le dixième du raisonement qu'à fait le commentateur...
C'est tuer le plaisir de la lecture, de demander à un éléve de faire ça. c'est une honte. Ca me scandalise.
ALors, si un élève peut se soustraire à ce lavement en pompant sur internet, tant mieux.


Dans mes bras Aladin !!! calins

Tu sais que je me suis fait renvoyer une semaine du lycée en classe de première quand interrogé par une prof de français pour faire un commentaire composé "d'Une charogne" de Baudelaire, j'ai répondu : "je refuse, ce n'est pas une boucherie et c'est le meilleur moyen en dénichant toutes vos allitérations, assonnances, figures de style de passer à côté du poème.

____________________
Ha ! très grand arbre du langage peuplé d'oracles, de maximes et murmurant murmure d'aveugle-né dans les quinconces du savoir...
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 17:39:08 Reply with quote
Non, je ne savais pas, bien sûr ! mais tu as bien eu raison, et tu dois encore être fier de toi aujourd'hui !!
calins

Ils devraient bien se rendre compte, les profs de français, de ça, de l'ineptie de touts ces commentaires.

Mort aux vaches !

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 17:40:15 Reply with quote
Non, au contraire, un commentaire de texte c'est vraiment utile. c'est un exercice que j'adore faire. Je crains que ce ne soit, comme pour tout, un problème d'approche, et le fait d'avoir les bons professeurs, les bonnes analyses, et d'en comprendre l'intérêt. Réellement, je suis aps dans la déconnade. Décortiquer un texte ne lui en retire rien, cela peut en rajouter, au contraire.
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 17:41:37 Reply with quote
Aladin wrote:
Non, je ne savais pas, bien sûr ! mais tu as bien eu raison, et tu dois encore être fier de toi aujourd'hui !!
calins

Ils devraient bien se rendre compte, les profs de français, de ça, de l'ineptie de touts ces commentaires.

Mort aux vaches !


Non, vraiment, non. Analyser, c'est prendre du recul, c'est savoir communiquer ce qu'on en comprend, ce qu'on en prend, que d'apprendre à commenter.
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 17:44:19 Reply with quote
Bulles de Nuit wrote:

Tu sais que je me suis fait renvoyer une semaine du lycée en classe de première quand interrogé par une prof de français pour faire un commentaire composé "d'Une charogne" de Baudelaire, j'ai répondu : "je refuse, ce n'est pas une boucherie et c'est le meilleur moyen en dénichant toutes vos allitérations, assonnances, figures de style de passer à côté du poème.


Et moi en première, j'ai eu un 18 de la part d un prof qui ne notait jamais plus que 12, pour le commentaire de "Barbare" de Rimbaud, et c'est une de mes fiertés, -fierté non scolaire mais de lectrice amoureuse des mots-. Voyez?
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 17:44:38 Reply with quote
AH. héhéhé...
Un débat.
Bon, j'ai ma réunion du soir, et je viens croiser le fer avec toi, mammelles. kis

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 17:45:53 Reply with quote
Aladin wrote:
AH. héhéhé...
Un débat.
Bon, j'ai ma réunion du soir, et je viens croiser le fer avec toi, mammelles. kis


pas de ma faute
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 17:49:54 Reply with quote
Ammelle wrote:
Aladin wrote:
Non, je ne savais pas, bien sûr ! mais tu as bien eu raison, et tu dois encore être fier de toi aujourd'hui !!
calins

Ils devraient bien se rendre compte, les profs de français, de ça, de l'ineptie de touts ces commentaires.

Mort aux vaches !


Non, vraiment, non. Analyser, c'est prendre du recul, c'est savoir communiquer ce qu'on en comprend, ce qu'on en prend, que d'apprendre à commenter.


je parle évidemment d'une bonne analyse de texte. C'est-à-dire une analyse qui apprenne quelque chose, qui structure et mette en contexte le texte, pas une redite juste descriptive de ce texte.
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 18:00:59 Reply with quote
Pasiphaé wrote:

On peut faire dire tout et n'importe quoi à un auteur.
Et en ce qui concerne la poésie, il faut se laisser emporter par la magie.
Regarde ma signature, je ne cherche pas à comprendre, quand j'ai lu ces vers, j'ai été touchée.
Si on me demandait de les expliquer, hein ?


justement, c est important aussi d'apprendre à s'expliquer.
à donner une forme à ses émotions.

(je prends un ton professoral, mais c est pour la polémique)
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 18:30:06 Reply with quote
La poesie, l'art en général, est une affaire de sentiments, et non de raisonnement.
Je suis d'accord pour expliquer ce qu'on ressent, mais pas d'expliquer ni pourquoi ni comment.
C'est comme boire du vin, on en décrit le gout, mais on se contrefiche du mode de fabrication !
Exprimer la sensation, la façon dont on a été touché....mais pas faire le medecin legiste d'un texte...
Se laisser aller à la force, à la musique des mots, prendre la poesie comme une image faite de mots, plus encore, comme la persistence rétinienne d'une image.
Ne pas trop réfléchir, se laisser aller à son niveau de compréhension du texte, le relire le cas échéant, pour en penetrer d'autres niveaux.

Ce qui me gêne aussi, c'est que, selon ma compréhension du mode de création, un poete, un ecrivain, n'a pas réflechi au quart du tiers à tout les intentions qu'on peut lui preter...

Surtout Rimbaud, d'ailleurs, à qui on ne peut pas preter le metier, ou l'experience, la roublardise de celui qui ferait un plan pour captiver son lecteur...juste un gamin qui jouit de sa verve, de la puissance de ses mots...

(Je ne sais pas, Ammelle, si tu as déjà écouté Ferre chantant Rimbaud...
absolument fabuleux, renversant de force)

Brouillon, tout ça.

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Bulles de Nuit
Stylo-plume

Offline

Joined: 27 Apr 2005
Posts: 3,400
Localisation: Paris
Humeur du Jour: Collection Berardo

PostThu 20 Oct 2005, 18:43:49 Reply with quote
Aladin wrote:
La poesie, l'art en général, est une affaire de sentiments, et non de raisonnement.
Je suis d'accord pour expliquer ce qu'on ressent, mais pas d'expliquer ni pourquoi ni comment.
C'est comme boire du vin, on en décrit le gout, mais on se contrefiche du mode de fabrication !
Exprimer la sensation, la façon dont on a été touché....mais pas faire le medecin legiste d'un texte...
Se laisser aller à la force, à la musique des mots, prendre la poesie comme une image faite de mots, plus encore, comme la persistence rétinienne d'une image.
Ne pas trop réfléchir, se laisser aller à son niveau de compréhension du texte, le relire le cas échéant, pour en penetrer d'autres niveaux.



bound

____________________
Ha ! très grand arbre du langage peuplé d'oracles, de maximes et murmurant murmure d'aveugle-né dans les quinconces du savoir...
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 18:44:45 Reply with quote
Aladin wrote:
La poesie, l'art en général, est une affaire de sentiments, et non de raisonnement.


Tiens, en ce qui concerne Rimbaud, c est en plein dans le mille. En général, il est très hermétique, et sa lecture n'a pas l'air de dire un message. Tu peux le prendre pour les sons, la force des images, mais le lire en profondeur, l'analyser te permet de voir ce que lui ou toi -peu importe en fait, que tu en rajoutes sur l'auteur !!!!, c est bien de ta cervelle qu il s'agit non ?- tu peux en prendre, en comprendre.

Après, tu as des personnes qui raisonnent plus qu'ils ne ressentent, certes, mais c'est leur façon d'être; s'ils ne ressentent rien, c'est dommage. Mais si tu as un lecteur qui à la fois sait ressentir et apporter un raisonnement autour ce ces sentiments, c'est encore mieux.

Tu peux pas pervertir non plus un auteur, juste parce que tu arrives à ordonner les raisons pour lesquelles ce que tu lis de lui te touchent, ou te parlent. C est toujours dommage qu'on veuille s'en tenir à une façon d'aborder une oeuvre. Personnellement, je serais passée à côté de bien des auteurs, si je n'avais pas eu telle ou telle personne pour m'en parler. Et "en parler", c'est l'objet d'un bon commentaire de textes.

Mais je vais te dire, effectivement, tu as comme partout, des critiques ou commentaires très plats qui n'apportent rien ou déforment les oeuvres. Mais ce ne sont que des lectures. Il y a des gens qui ne lisent pas au fond des choses (ou disons qu'ils lisent différemment).
[Haut]
Arwenn
Pointe bic

Offline

Joined: 09 May 2005
Posts: 6,889
Humeur du Jour: Et pourtant...

PostThu 20 Oct 2005, 18:50:01 Reply with quote
De plus:

Quote:
La poesie, l'art en général, est une affaire de sentiments, et non de raisonnement.


c'est en partie faux.

Je crains malheureusement qu'il me faudrait reprendre tout ce que j'ai compris de la lecture des livres pour vous exprimer ma pensée. pensif

mais j'insiste sur le fond de la question : qu'analyser un texte n'est pas le répéter, mais lui redonner son intérêt, sous une autre forme que l'auteur. Notamment, en dégager une mise en perspective, par exemple savoir dire en quoi ce texte est une clef pour comprendre l'art, la vie, etc. Ce qui est intéressant, c est de montrer que l'auteur révolutionne une façon de voir la vie, pas de dire "regardez, il a dit le mot "jaune" ", et le "jaune, bin, c'est beau, quoi!", mais de dire le sens de ce "jaune"...


Last edited by Arwenn on Thu 20 Oct 2005, 19:00:41; edited 1 time in total
[Haut]
Charivari
Guest

Offline




PostThu 20 Oct 2005, 18:58:12 Reply with quote
On aurait presque envie de venir au coin du feu se faire gager. Bon courage, Aladin. Penser à Fernande t'aidera peut-être.
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 19:12:01 Reply with quote
Charivari wrote:
On aurait presque envie de venir au coin du feu se faire gager. Bon courage, Aladin. Penser à Fernande t'aidera peut-être.


lol7: Pour taper sur mon clavier ? pensif je risque d'ecrire comme Meli !!

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 19:19:17 Reply with quote
[
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion


Last edited by Aladin on Thu 20 Oct 2005, 19:23:28; edited 1 time in total
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 19:22:37 Reply with quote
Ammelle wrote:
De plus:

Quote:
La poesie, l'art en général, est une affaire de sentiments, et non de raisonnement.


c'est en partie faux."...


Moi, me tromper ? tout s'ecroule.




Quote:
mais j'insiste sur le fond de la question : qu'analyser un texte n'est pas le répéter, mais lui redonner son intérêt, sous une autre forme que l'auteur.

Bin...en théorie, l'auteur a déjà fait pour le mieux, non ? il a exprimé son emotion, sa créativité sous la forme qu'il a souhaité : est ce pour que plus tard un improbable s'acharne à refaire son travail ?


Quote:
Notamment, en dégager une mise en perspective, par exemple savoir dire en quoi ce texte est une clef pour comprendre l'art, la vie, etc.

Perso, je n'aime pas l'art qui doive m'être expliqué !



Quote:
Ce qui est intéressant, c est de montrer que l'auteur révolutionne une façon de voir la vie,


ce qui est interessant, dans l'art, le cas échéant, c'est qu'il revolutionne la façon de voir la vie sans trop de blabla !

Quote:
pas de dire "regardez, il a dit le mot "jaune" ", et le "jaune, bin, c'est beau, quoi!", mais de dire le sens de ce "jaune

Le jaune a t il un sens ? la beauté en a t elle un ?

Bon : Ammelle, je suis un coq, j'ergote, c'est dans ma nature.

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Offline

Joined: 28 Jul 2005
Posts: 2,176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

PostThu 20 Oct 2005, 19:26:49 Reply with quote
Pasiphaé wrote:
[

Comment alors décortiquer une poésie qui coule de source, qui est un jet formidable de la pensée mais pas forcément réfléchi et cent fois retravaillé sur le métier ?

.


Oui, voilà ence que je voulais dire. chinois.
kis

____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Place des Mots Forum Index -> AU TOUR DE LA PLUME -> Le Carnet à spirales All times are GMT + 1 Hour
Goto page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 of 5

 
Jump to:  


Portal | Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group