Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Ecume de la nuit

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Poèmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
L'Effarouchée
Babil

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2009
Messages: 10

MessageSam 30 Jan 2010, 20:28:52 Répondre en citant
J'ajoute une autre contribution de notre groupe d'écriture l'Effarouchée sur le thème de l'errance.
Amitiés.





Un léger voile de neige recouvre ma rue, il est tard. J'ouvre la fenêtre pour sentir l'air frais amender mon visage. Mon sang se glace, je suis vivant. Depuis combien de temps suis-je ici? Le flou de mon esprit se dissipe peu à peu, quel dommage-quelle délivrance ! Je frisonne, je redescends sur terre.

Une fenêtre se ferme l'autre peut enfin s'ouvrir. J'étais fatigué de ma virtualité. Virtuose du clavier, je ne parviens plus à rêver. Je ne sais même plus comment j'en suis arrivé là, à cette fenêtre.

C'est beau la neige dans la nuit, les flocons font imperceptiblement disparaître les chemins et les routes. C'est beau la liberté. Pourtant, quelques traces de pas réfractaires semblent vouloir me guider dans l'inconnu. Bientôt, la piste disparaît.

Regarder par la fenêtre est un jeu d'enfant. J'aime à inventer l'histoire des passants- attendre le facteur patiemment, l'œil au carreau, en rêvant de lettres du bout du monde-épier la voisine qui, tous les jours à la même heure promène son chien. Pourquoi 18h17 ? J'aime ce jeu comme j'aime cet air frais. D'ailleurs, c'est un peu la même chose, l'un et l'autre me font me sentir vivant, l'un et l'autre m'emportent, ici, ailleurs.

Pourquoi sortir ? J'ai le froid et le chaud, la neige et l'eau. Je suis la vigie dans sa prison dorée, celui qui voit tout et qui vous suis partout. Phare où tout les chemins convergent, c'est là ma croix et mon calvaire.

Par ma fenêtre, je distingue ces lampadaires qui, arbitrairement, éclairent les neiges de leur choix. Très peu entrent dans la lumière, les autres grondent sous le manteau de l'hiver. Mais, flocons rois et flocons ignorés en une vague blanche qui descend du ciel se sont fédérés, et forment à présent l'écume de ma nuit.



Hadrien Bortot
____________________
http://sites.google.com/site/leffarouchee/home
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Poèmes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com