Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Solfège d'un fou

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Poèmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
L'Effarouchée
Babil

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2009
Messages: 10

MessageVen 29 Jan 2010, 19:36:07 Répondre en citant
Bonjour!
Voici ma contribution sur le thème de l'errance pour notre groupe d'écriture l'Effarouchée. Je vous invite à jeter un oeil à notre site: http://sites.google.com/site/leffarouchee/.




Solfège d'un fou

Il écumait les bourgs en quête de luthiers
Y vantait son métier - la chasse aux carillons.
Il creusait le sillon au gré de son calame;
A rebours du quidam - de l'imbécile heureux
Mais aveugle et boiteux - il fut un météore.
Rimer dans l'angle mort pour toute poétique
Refuser la musique à la foulée factice
Préférer une esquisse ou quelques entrechats...
Heureux comme un pacha dans son harem carmin
Entre de douces mains s'abandonnant aux mots
Tonitruant héraut demeuré sans témoins
Aucun n'alla si loin comme notre arlequin
Car il fut un chemin qui revint sur ses pas.


(Interlude bisacrostiche)

Pouvez-vous pressentir le dessein de ce fou - épeler l'Existence - ?
Vous de-vez de-vi-ner dans ces vers ha-sar-deux,
Entendre la question contenue dans sa musique.
La douce vibration d'un phonème sonne comme une note: la
Musique des mots, seuls ceux qui prêtent l'oreille peuvent l'entendre.
De charades en syllabes son calame s'aventure; comment voyez-vous
L'Existence? Pour lui, c'est une belle partition. Jouez-la, si vous le pouvez.


C'est parce qu'il cheminait sciemment vers sa destruction qu'il fut précisément capable d'enchanter son périple: il allait prorsus sur de fiévreux chemins, foulant des symboles comme l'on déchiffre une piste. C'est que le monde est, selon ses dires, une citerne d'images laissant parfois filtrer de sa sève pour qui sait la fêler: il suffit de s'obstiner à cultiver une savante névrose. Cette manière de ménestrel cherchait ainsi dès l'aurore à faire ployer l'horizon sous la foule de ses vers; autrement dit, il assourdissait son monde derrière son orgue de barbarie, baragouinant des odelettes de son cru. Puis, agacé par l'apathie du manant, il hantait des gargotes qu'il transfigurait en lui-même en chatoyantes cours et, libéré de la geôle des convenances, il y gambillait dans une grotesque extase, invectivait le bougre, violentait la rombière. Cette odyssée burlesque se concluait chaque soir de la même manière: invariablement expulsé de l'auberge par un thénardier irascible, il finissait toujours par atterrir dans quelque venelle où, fier comme un prince, il chantait des romances d'antan aux contrevents fermés. Voulez-vous la vérité? A force de creuser dans le terreau des sophismes, il avait réussi à fouir l'enclos de la raison. Comme tout poète, il avait vocation à dominer le temps; mais comme tout homme, à l'endurer. Ses griffonnages furent tout à la fois son éclosion et son épitaphe, sa naissance et son éternité.



Aurélien Clause
____________________
http://sites.google.com/site/leffarouchee/home
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Poèmes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com