Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Ta théière aime-t-elle vraiment le thé ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> L'Amuse-Plume -> Jeux d'écriture terminés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageDim 08 Nov 2009, 00:48:56 Répondre en citant
Nous vous proposons de raconter ce qu'a vu, vécu, perçu, un objet de votre choix.
Ou bien le vécu d'un lieu tout entier.

Un écrit autour de 1500 signes.
Si c'est plus, c'est tant mieux et si c'est moins, ce n'est pas grave.

Regardez autour de vous et faites savoir de quoi causent tous ces trucs inanimés, au fond... pensif

Date limite pour participer : 6 décembre.


Dernière édition par Syane le Sam 28 Nov 2009, 14:53:02; édité 1 fois
[Haut]
Lal Behi
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 69

MessageSam 14 Nov 2009, 21:10:23 Répondre en citant
Bonjour,
J'ai trouvé le sujet enthousiasmant aussi ai-je pondu un texte mais peut-être un peu long puisqu'il atteint presque 5000 signes... Est-ce grave docteur ?
Puis-je néanmoins le poster ? et où, directement dans ce fil ?
____________________
Lal Behi > lalbehyrinthes
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageSam 14 Nov 2009, 22:17:19 Répondre en citant
Non, Lal Behi, l'enthousiasme n'est pas une maladie grave et donc, oui, poste ton texte sans hésiter, ici-même. Smile
[Haut]
Lal Behi
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 69

MessageSam 14 Nov 2009, 22:28:24 Répondre en citant
Voici donc le texte en question (sérieux s'abstenir !)

Bergère, et ron et ron


Parce que j’ai les bras grand ouverts, chacun s’octroie des privautés à mon endroit, inconnus compris. Parce que mon giron semble accueillant, on s’y vautre sans ménagement, sans plus de considération pour ma personne qu’un chien pour un réverbère.

Imaginez une vie promise à une solitude insondable tout au long du jour et dont les soirées ne seraient que le fardeau d’une succession de fondements, de taille et de consistance aussi diverses que l’odeur qui en émane.

Pour ce qui est des journées esseulées, j’avoue exagérer quelque peu car Lüm me tient le plus souvent compagnie, compagnie qui est d’ailleurs la seule à m’agréer. Lüm saute souplement sur mon assise, forme une boule compacte de son corps et, outre la douce chaleur qu’il dégage, il fait vibrer délicieusement toute mon ossature de bois de ses ronronnements satisfaits. Lüm doit son nom à son pelage d’un blanc éclatant, autant de poils ivoirins qui contrastent après son départ sur le tissu sombre, mais élégant, dont je suis recouverte. Je lui pardonnerais volontiers ses écarts pelus si Mâle ne s’escrimait à les ôter tous les soirs à grands coups de tapes vengeresses, comme si j’y étais responsable de ces traces de pilosité. Chose faite, il se laisse choir sur moi de tout son poids – et Mâle en fait un certain – en poussant de surcroît force jurons contre la gent féline.

Le plus rude vient ensuite, Mâle se vautre tant que parfois le coussin de mon assise menace de tomber avec lui bien que je tente de le retenir en haussant l’accoudoir. Car ce coussin, outre sa fonction de confort, est ma parure, mon unique rempart contre la sueur de Mâle et ses vêtements synthétiques dont mon tissu abhorre le contact.

Qui plus est, Mâle est sujet à d’horribles et malheureusement fréquentes flatulences dont il se libère sur ma personne. Vil personnage ! Que ne suis-je une soue pour les cochons, ma vie ne serait guère différente ni plus enviable ! Pour tout dire, Mâle porte bien son nom, lui qui dégage une odeur toujours virile et le plus souvent méphitique.

Certaines soirées, Femelle prend la place de son bouc et, si le poids est ainsi moindre, le reste laisse à désirer. Côté volume, Femelle écrase uniformément mon assise et je soupçonne même quelques parties d’en déborder. Pour être honnête, Femelle n’a atteint cet encombrement que depuis la venue de Morpion. Morpion est le petit de l’espèce et je crois savoir que l’on appelle les rejetons humains du doux nom de trousse-pet, appellation qui lui sied à merveille tant la chose n’a rien à envier à son géniteur quant à ses émanations anales.

Mais tout cela ne serait rien si Morpion n’avait la détestable habitude de baver allègrement sur mon revêtement qui s’en trouve ainsi irrémédiablement taché. J’ai entendu avec horreur Femelle parler de me recouvrir d’une housse ; et ses velléités en matière de décoration sont aussi raffinées que son goût pour les hommes aromatiques. Si mon menuisier paternel me voyait ainsi attifée, j’en mourrais à coup sûr de honte, lui qui m’a dotée d’une peau grise et veloutée, du plus bel effet !

Enfin, Morpion pulvérise consciencieusement ses gâteaux secs sur moi, ce qui m’occasionne de terribles démangeaisons lorsque les miettes s’insinuent sous mon coussin. Morpion est également devenu maître ès escalade, notamment de mon dossier qu’il attaque toujours par la face arrière, sournoisement, au risque que nous tombions de concert ; ce qui d’ailleurs est déjà arrivé – détestable souvenir, puisque je me suis alors renversée avec fracas et retrouvée, à mon grand embarras, les quatre pieds en l’air, offrant à la vue de tous mes ressorts découverts de leur jupe.

Pour en finir avec ces jérémiades qui sont pourtant mon lot quotidien, je me dois néanmoins de signaler que le pire reste les fins de semaine, quand le salon est envahi de populace : Mâle Bis qui s’installe sur moi les deux jambes à cheval sur mon accoudoir gauche, Femelle Ter dont le parfum nauséabond m’imprègne pour des jours, à tel point que Lüm refuse de m’octroyer sa délicate présence pendant ce temps. Mentionnons également Vieillarde dont l’incontinence n’est pas sans désagrément ou Sénile dont les pantalons en tergal font naître entre lui et moi une électricité statique et déplaisante.

Cependant, la nuit est au plus noir, le silence règne partout et, dans la pénombre, je reconnais la silhouette chaloupée de Lüm qui s’approche. Il se frotte tendrement à moi, son poil soyeux caresse mon épiderme, son poids est celui d’une plume, ses vibrisses m’effleurent avec tendresse. Le bois de mon squelette craque doucement, je courbe mes bras dans sa direction, il se love plus profondément. Nous nous endormons ainsi, incrustés l’un dans l’autre, avec chaleur, amoureusement.

____________________
Lal Behi > lalbehyrinthes


Dernière édition par Lal Behi le Dim 15 Nov 2009, 11:38:25; édité 1 fois
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageSam 14 Nov 2009, 23:01:27 Répondre en citant
J'allais répondre la même chose, ne coupe pas pour le jeu, le texte entier, c'est toujours bien mieux (et je confirme, le texte est super !)

Note aux suivants quand même : si vous avez fait plus court que lui, vous inquiétez pas hein, il a juste fait de l'excès de zèle Laughing
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Lunatik
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 107

MessageLun 16 Nov 2009, 05:57:40 Répondre en citant
Arf... après Mâle et Femelle, je ne m'attendais tout de même pas à Morpion (qui est tout à fait excellent !)

J'aime aussi l'odeur virile et méphitique Mr. Green
____________________
Ce qui n'est pas écrit n'existe pas...
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageLun 16 Nov 2009, 12:28:53 Répondre en citant
Plus jamais je ne me vautrerai dans un fauteuil comme avant, je crois. hein

C'est vrai Lal Behi que ça aurait été dommage de raccourcir ce texte à l'humour caustique, qui se lit d'une traite. Et j'aime beaucoup ta faculté à employer des mots peu courants, sans que ce soit lourd.


H.S. : Lunatik, tu te lèves ou tu te couches à cette heure plus que matinale ?
[Haut]
Lunatik
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 107

MessageLun 16 Nov 2009, 23:48:51 Répondre en citant
Re Hs: à l'heure dont tu parles, je me lève (sinon je ne me couche pas du tout).
____________________
Ce qui n'est pas écrit n'existe pas...
[Haut]
Lunatik
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 107

MessageMer 18 Nov 2009, 04:00:33 Répondre en citant
Ma contribution, en 1 620 caractères (sans le titre, qui m'échappe et se dérobe et ça m'agace... on verra plus tard)
Edit: ayé j'ai un titre (provisoire, mais bon...)



La Belle et la Bête


Je suis belle et colorée, bigarrée, chatoyante, je suis de celles qui attirent l’œil et transpercent le cœur. Vive et aérienne entre les doigts de l’homme, je m’abandonne à sa dextérité ; je danse, je virevolte, j’éblouis. A tant d’occasions comme aujourd’hui, tant de mains expertes sur mon corps fuselé m’ont caressée jusqu’à l'usure.

Derrière le flou diapré de mes rubans, je devine l’Autre qui s’impatiente. La raucité de son souffle, puissant et régulier malgré les battements erratiques de son cœur, le parfum de sa sueur qui monte vers moi, la fureur qui exsude de chaque pore de sa peau brune : tout en lui m’excite jusqu’à l’indécence. Je sais son corps tendu, tout en muscles durcis et tendons souples. Je l’attends, je suis prête.

Autour de nous, des soupirs et des cris qui m’indiffèrent. Je ne vibre plus que pour lui, sa nervosité me gagne et m’étreint comme une mauvaise fièvre. Qu’importe, je repère enfin sur sa nuque moirée le palpitement d’une veine, renflée et aguicheuse.

La moiteur de la paume qui me retient m’insupporte soudain. Le sang m’invoque, son appel me brûle.
Maintenant !
Je m’envole brusquement à sa rencontre. Je plonge en lui, je le goûte, je le savoure, j’absorbe sa force et sa chaleur. Je me vautre dans la pulpe tiède de ses chairs lacérées.

Mes rubans se parent de pourpre et d’écarlate, sublimant la sombreur de son échine. En séchant pourtant, ils deviendront noirs. Noirs comme sa robe luisante et son regard voilé de souffrance étonnée. Noirs comme le sable de l’arène sous sa gorge. Noirs comme l’aura de l’homme qui viendra l’achever en souriant sous les clameurs de la foule.
____________________
Ce qui n'est pas écrit n'existe pas...


Dernière édition par Lunatik le Dim 22 Nov 2009, 22:47:06; édité 1 fois
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageJeu 19 Nov 2009, 19:10:13 Répondre en citant
cry

Et je fais quoi moi après ces deux là? N'importe quoi que je pourrais écrire ne tiendrait pas la comparaison... :bea
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Lunatik
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 107

MessageVen 20 Nov 2009, 23:56:43 Répondre en citant
Tsss tsss aucune excuse bidon de désistement ne sera acceptée...
____________________
Ce qui n'est pas écrit n'existe pas...
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageSam 21 Nov 2009, 00:11:36 Répondre en citant
C'est pas bidon, j'ai deux arguments, et de poids même :
1° le texte de Lal Behi
2° le texte de Lunatik
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageDim 22 Nov 2009, 13:27:32 Répondre en citant
Lunatik j'avoue qu'à la première lecture je n'ai pas compris de quoi il s'agissait. Peut-être que je l'avais lu trop vite, peut-être que j'étais persuadée qu'il n'y avait que deux entités (et du coup, j'étais un peu perdue) parce qu'à ma deuxième lecture, plus lente et attentive, j'ai saisi grâce à quelques termes. Je serais curieuse de savoir si les autres ont deviné tout de suite, histoire de voir si je suis vraiment dramatiquement à la masse ou non, donc je ne révèle rien pour l'instant.

En tout cas, j'aime beaucoup cette animation finement suggérée de l'objet, avec une montée en puissance mêlant violence, cruauté mais aussi des touches de sensualité, de façon originale. Belle écriture.

La chute (c'est le cas de le dire) me plaît aussi parce qu'on peut croire jusqu'au dernier paragraphe à une apologie de l'acte en question, alors qu'en fait, il n'en est rien.
Juste un truc par contre : je m'interroge sur la pertinence du mot "aura" dans ce contexte. Difficile à expliquer, mais je trouve que c'est un peu trop décalé, comme si ce mot avait une connotation trop positive dans l'absolu pour être ainsi employé. Mais bon comme je ne saurais pas trop quoi proposer à la place, tu peux faire fi de cette remarque.
[Haut]
Lunatik
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 107

MessageDim 22 Nov 2009, 23:17:34 Répondre en citant
Merci pour ce chouette commentaire détaillé, Syane.

Le texte a été écrit pour être lu deux fois.
Au delà de la huitième lecture, ça devient inquiétant (pour mon style (trop confus :bea ) ou pour le neurone (amoindri Mr. Green ) du lecteur)

Concernant l'aura... au début j'avais fait au plus simple et écrit "âme" mais c'est tellement cliché que j'en ai honte.
Et finalement, l'aura s'est imposée parce qu'on dit qu'elle est visible par les innocents et les âmes pures. Alors l'idée que cet homme adulé et habillé de brillant se trimballe autour de lui un nuage sombre, ça me plait.


Ps: irrecevable, Chryso, au boulot !
____________________
Ce qui n'est pas écrit n'existe pas...
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageLun 23 Nov 2009, 00:02:28 Répondre en citant
Lunatik a écrit:

Au delà de la huitième lecture, ça devient inquiétant (pour mon style (trop confus :bea ) ou pour le neurone (amoindri Mr. Green ) du lecteur)

lol7:
Bon, ça va, tu renvois dos à dos auteur et lecteur. Egalité partout.
Lunatik a écrit:
Concernant l'aura... au début j'avais fait au plus simple et écrit "âme" mais c'est tellement cliché que j'en ai honte.
Et finalement, l'aura s'est imposée parce qu'on dit qu'elle est visible par les innocents et les âmes pures. Alors l'idée que cet homme adulé et habillé de brillant se trimballe autour de lui un nuage sombre, ça me plait.

Oui, alors, ça me rassure un peu car je constate que ce n'était pas évident pour toi non plus.
Et si ça te plaît comme ça, tant mieux. Et puis ton argumentation est intéressante...


Mais c'est vrai qu'à vous deux, vous placez la barre haut, là. Comment que je vais faire moi ? Pas sûre d'oser écrire un truc. Déjà que.
[Haut]
Lunatik
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 107

MessageLun 23 Nov 2009, 15:48:11 Répondre en citant
Syane a écrit:

Mais c'est vrai qu'à vous deux, vous placez la barre haut, là. Comment que je vais faire moi ? Pas sûre d'oser écrire un truc. Déjà que.

Moi c'est de passer après Lal dans la poésie du casse tête qui me fait flipper, j'avoue...
____________________
Ce qui n'est pas écrit n'existe pas...
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageVen 27 Nov 2009, 18:46:48 Répondre en citant
Je vieillis, je me flétris. Depuis longtemps je n'attire plus le regard, je le sais. Les jeunes se détournent de moi, les adultes n'ont jamais le temps : trop pressés, trop stressés, que pourrais-je leur apporter, avec toutes mes années ?

Voilà longtemps qu'on ne m'a plus touché. Voilà longtemps que je n'ai plus ressenti la caresse de mains glissant sur mon corps. Je me souviens pourtant de chacune d'entre elles.
Les unes avaient la douceur du velours, les autres étaient sèches et rugueuses. Attentionnées ou brusques, je les ai toutes aimées.
Oh, certaines m'ont froissé, parfois, mais je ne leur en tiens pas rigueur.

Ma vie fut pourtant riche, j'ai tant à partager. J'ai beaucoup voyagé, j'ai connu le confort comme les conditions difficiles. J'ai été seule compagnie sur une île déserte, on a parfois voulu me brûler.
J’ai été torturé, abandonné, trouvé, adopté, cajolé… Est-ce d'avoir trop vécu, que maintenant on m'abandonne ?

J'ai recueilli les larmes d'une jeune fille, les microbes d'un enrhumé aussi parfois... J'ai fait rire et pleurer, s’attendrir et s’emporter. Pourquoi me délaisse-t-on ? Aurais-je tant offert, qu'il ne me reste plus rien ?

N’ai-je plus aucun attrait ? Serais-je devenu si vieux, racorni, décrépit, que ma simple vue vous insupporte ? Est-ce pour cela que vous m’avez remisé ici, avec mes compagnons d’infortune ? Avec pour seul lien avec vous, dernière preuve de notre existence, le frôlement du plumeau effaçant sans relâche les traces du passage du temps.

Mais est-ce vraiment une preuve ? Un livre qui n’est pas lu, existe-t-il encore ?
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Lunatik
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 107

MessageVen 27 Nov 2009, 22:12:24 Répondre en citant
On geint, on se lamente et puis au final on produit quand même de belles choses, hein...
____________________
Ce qui n'est pas écrit n'existe pas...
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageVen 27 Nov 2009, 22:14:57 Répondre en citant
Grmpff
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageLun 30 Nov 2009, 15:16:29 Répondre en citant
Chrysopale a écrit:
Grmpff

Drôle d'onomatopée pour manifester joie, remerciement, et satisfaction du devoir accompli. Mais bon, sachant dans quelle contrée tu vis, ça ne m'étonne guère. Mr. Green

Vite, vite, une idée pour moi ! D'ailleurs, quelle idée d'avoir pondu un sujet pareil qui ne débloque rien de ma non-inspiration, je dois avoir un côté maso qui s'ignore. hein
[Haut]
waterlily
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2006
Messages: 1 005
Localisation: Sur ma stratosphere
Humeur du Jour: Au plus pres du bonheur.

MessageDim 13 Déc 2009, 08:36:41 Répondre en citant
Zut zut zut j'arrive trop tard, j'avais fait mon texte depuis des semaines, mais j'ai raté la date limite... :calimero1

Bon tant pis, j'aurais au moins pris plaisir à l'écrire lol7:
____________________
What you see is what you get
Another one bites the dust
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageDim 13 Déc 2009, 23:18:10 Répondre en citant
Bah rien n'empêche que tu le postes ! Je suis curieuse de le lire maintenant !! Smile
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
waterlily
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2006
Messages: 1 005
Localisation: Sur ma stratosphere
Humeur du Jour: Au plus pres du bonheur.

MessageSam 16 Jan 2010, 21:27:24 Répondre en citant
Chrysopale a écrit:
Bah rien n'empêche que tu le postes ! Je suis curieuse de le lire maintenant !! Smile



Mfff Mfff j'arrive un peu tard encore... les fêtes ont passé, le temps aussi Laughing

Alors voici ma maigre contribution, mais j'ai pris plaisir à l'écrire ce texte :yno


Le quotidien d’une sage Bougie violette néanmoins très observatrice.

Je m’appelle Bougie de mon prénom. Je suis violette, couleur très prisée apparemment. De taille moyenne, la face ronde, je ne fais pas de vagues dans la vie, mais j’adore observer mon petit monde. Mon père est très célèbre, alors je tairai son nom. Depuis que j’ai atteint la taille requise pour illuminer le monde, j’ai quitté l’entrepôt ou j’avais grandi et on m’a envoyé vivre dans un lieu plein de couleurs. On m’a ramené bien emmitouflée dans mon manteau de plastique incolore et mon écharpe de satin bouclée rouge et on m’a posé bien en évidence sur l’étagère rouge, contre le mur neige. Au début ça m’a fait tout bizarre je l’avoue, car le lieu n’était pas très décoré. Puis au fil des mois, Elle a pris le soin d’égayer la pièce par quelques tableaux, des photos.

Cela fait maintenant plus de 2 années que je suis à mon nouveau domicile. Et il s’en passe des choses tous les jours. A commencer par ce gros chat rouquin qui ne me prête aucune attention, il me dédaigne oui, parce que je suis une pauvre bougie, je ne roule pas, je ne fais pas de bruit sourd comme une feuille, ou je ne roule pas comme une balle. Et j’ai une odeur qui ne lui plait pas. Ce matou imposant, je ne le déteste pas, non. J’aimerais juste parfois qu’il ne fasse pas semblant de me regarder, alors que c’est la mouche au dessus de ma tête qu’il reluque. Il a beau parfois faire un clin d’œil, je reste persuadée que c’est ladite mouche qu’il cherche ainsi intimider. Jamais il n’a osé sauter sur l’étagère, je ne sais pas pourquoi. C’est un chat gourmand, câlin, joueur, parfois agressif quand notre maitresse l’embête trop longtemps ce qui arrive à l’occasion. Il lui laisse alors des matrices, des marques longues et rougeâtres qui parfois perlent quand les griffes s’enfoncent dans sa peau. Quand ça arrive, Elle lui passe une soufflante, mais lui s’en moque car au bout du compte, il fait bien ce qu’il veut.

Ce qui m’amène aux autres chats. Chat-Métal, que le gros rouquin vient effleurer parfois, il me fait penser à l’homme de métal dans le magicien d’Oz, on ne sait s’il vit, s’il a un cœur, il ne montre rien et ne bouge pas, sauf si on l’a sollicité. Un peu curieux tout de même, mais je lui trouve une bonne tête. Le dernier chat est celui sur le tableau, c’est Chatnoir, je le trouve inquiétant, mais on m’a dit que tant que je ne le regardais pas directement dans les yeux, je n’aurais pas de souci. Tout de même… Il y a une rumeur qui court du côté de la cuisine (je pense que c’est cette mégère de Gazinière qui l’a lancé, avec ses gros yeux globuleux…), et qui dit que son père était un ancien gangster parisien repenti qui l’aurait abandonnée un soir tard devant une boutique. Mais les rumeurs…..

Il y a aussi Mademoiselle Plante Grasse, vieille fille qui habite sur les plaines du Plateau Gris. Elle en voit de toutes les couleurs avec ses voisins, aussi nombreux que différents. Il y a depuis peu mais de façon constante, M’am Bouteille, anglaise expatriée qui lui tient compagnie, quoiqu’elle ne parle pas beaucoup, elle a souvent le gosier sec. Mais surtout je me souviens des précédents qui sont venus faire la java quelques jours et ont laissé le Plateau dans un état lamentable : Magazine Senior avec ses frères, Yaourte, Tassine, Miss Fourchette aux dents pointues, Stylo toujours aussi allumé et dénudé ! et j’en passe… Il fallu que notre maitresse se fâche pour de bon et décide de remettre de l’ordre dans tout ça en posant son ho-là !

Madame Télé-Vision, nous allons en parler avec révérence, c’est un peu comme notre mère à nous les objets de ces lieux. Elle fait toujours en sorte d’égayer notre quotidien. Quelle diversité dans les échanges ! quelle culture, elle peut sans l’ombre d’un doute nous en boucher un coin avec ses récits de voyages, ses films, ses jeux.. Je crois bien que Madame Télé-Vision nous permet de garder un peu de dignité ; à nous les objets. Et puis sa figure imposante interdit à quiconque de lui manquer de respect !

De ma fenêtre, j’ai vue sur un incroyable jardin potager, très coloré au printemps et en été. Y cohabitent salades, tomates, patates, cives, courgettes, poireaux et potirons, et des fruits de toute sorte. Que j’aimerais sentir leur parfum, mais cette fenêtre reste définitivement fermée, car Elle ne veut pas que le gros rouquin saute. Pfff, il y a longtemps qu’il aurait sauté s’il avait vraiment voulu. Ca n’est pas les occasions qui lui ont manqué, il a le balcon pour lui tout seul. Je le sais, car comme ma voisine Rétro (la lampe rouge et verte), j’ai la meilleure vue sur l’extérieur, nous sommes des privilégiées c’est vrai, nous avons vue à l’est et au sud ! Les rayons du soleil nous caressent et chatouillent en milieu de matinée et en début d’après-midi, quel bonheur ! Rétro, donc, n’apparaît vêtue que le soir, c’est une nocturne. Son œil malicieux et allumé me fait rire, c’est la bonne humeur assurée. Rétro a subi un lifting peu après avoir emménagé ici. Cadeau offert par notre maitresse qui la trouvait tristounette, repliée sur elle-même, manquant d’entrain, pâle à faire peur surtout. Elle est donc allée faire une Cure de Couleurs, et est devenue rouge et verte, cela lui va à ravir. Elle se fait draguer de temps en temps par le Blondinet, le gros abat jour surplombant le salon, mais depuis qu’elle l’a rejeté pour la enième fois il y a 1 mois, il fait grise mine, et ne parle plus, ne fait plus aucun sourire. Il s’en remettra…

Je suis donc, comme Rétro sur l’Etagère Rouge, immeuble d’origine modeste mais refait à neuf il y a quelques années. Nous vivons dans les mansardes aérées, et au dessous de nous habite la vaste famille Librairienne. C’est une vraie smala. Biographie et Roman sont les plus connus dans le Salon. Ils vivent leur vie en noir et blanc, mais racontent des anecdotes hautes en couleur. Ils ont cotoyé de nombreux personnages et personnalités : Audrey Hepburn à la classe naturelle, Vivien Leigh et son tempérament de feu, Mr Malaussène dévoué à vie à sa famille recomposée, Boris Vian a la plume originale et acerbe…. Chaque matin en milieu de matinée, ils se concertent et choisissent une ou plusieurs pages de leur vie à raconter.

Il y a aussi le reste de mon petit monde, les objets vivant également dans le salon et la cuisine, mais vous raconter leur vie en détail et leur personnalité me prendrait… une vie et j’en perdrais alors mon éclat et ma flamme à vouloir attiser votre attention et curiosité ! Alors j’aurai une petite pensée pour Confo le meuble accueillant Télé-Vision, pour Frou-Frou, la figurine de l’autre coté de la pièce qui ressemble à une dame de la haute des années 20 ; également pour Tabline qui permet parfois à notre maitresse de recevoir des invités, quoique par facilité Elle préfère quérir les services de Dame Blanche la table basse ; et je terminerai par Sofa, le canapé à la couleur bien terne à mon gout, que le gros rouquin apprécie énormément et Elle aussi d’ailleurs.

Voilà en quelques lignes le quotidien de Bougie, sage illuminatrice mais néanmoins très observatrice.
____________________
What you see is what you get
Another one bites the dust
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> L'Amuse-Plume -> Jeux d'écriture terminés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com