Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Comme quoi...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageMer 04 Nov 2009, 01:11:29 Répondre en citant
On n'imagine pas toujours à quel point les gens que nous croisons tous les jours cachent au creux de leur cœur des douleurs indicibles.

Nous les croisons tous les jours, au travail ou au parc où nous allons faire un petit footing. Que ce soit notre collègue de plusieurs années qui est toujours là pour lancer la plaisanterie qui fera rire tout l'open-space ou la caissière du supermarché du coin avec qui nous échangeons quelques mots à force de la croiser à chaque fois que nous faisons les courses.
Nous avons parfois l'impression de les connaître, certains sont même devenus des copains, des amis.
Mais quoi au final? Nous n'échangeons que des banalités, ne savons rien ou presque d'eux. Ils ont l'air heureux, ne semblent pas avoir d'histoire.

Et puis un jour, au cours d'une conversation, une petite phrase est lâchée. Quelques mots, pas plus, vite rattrapés, vite oubliés et la conversation continue. Je n'ai pas entendu la suite de la conversation. Ces quelques mots, simples et sincères, et d'autant plus douloureux, m'ont frappée.
J'ai réalisé que derrière cette personne que je croyais connaître, au moins un peu, ne se cachait pas qu'un collègue de boulot, ou un ami avec qui il m'arrive d'aller boire un verre après le boulot avec d'autres.
Derrière cet homme, qui semble si fort, se cache aussi un père qui a souffert.

"Ma fille aurait eu 24 ans."

Je ne le connais pas si bien, je ne savais même pas qu'il avait eu une fille. Je ne sais pas ce que peut provoquer la perte d'un enfant, n'en ayant pas moi-même. Je ne peux qu'imaginer. Et même ça me fait mal. Ce doit être une des choses les plus difficiles à vivre.

Alors, quand j'entends ça, je réalise mieux. On a beau le savoir, on n'oublie que chacun d'entre nous porte en lui des douleurs, des cicatrices du passé, qui parfois ont du mal à se refermer.

Alors oui je souffre parfois. Mais lorsque je pense aux autres, qui ont dû faire face à bien pire que moi, je me dis que je n'ai pas le droit de me plaindre.
Ils arrivent encore à sourire. Et je vais continuer de sourire avec eux.
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageMer 04 Nov 2009, 02:42:00 Répondre en citant
Oui.
Ce peut être terriblement difficile de livrer des détresses et des souffrances inexprimables, surtout quand on les a déjà hurlées par tous les moyens.
Pour continuer à vivre avec les autres, parfois ça semble plus simple de les taire. En tout cas, parfois.
[Haut]
Une Nouvelle Vie
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2006
Messages: 2 650
Humeur du Jour: Vivre, c'est ne pas se résigner - Camus

MessageJeu 05 Nov 2009, 08:29:00 Répondre en citant
Parfois ....

Il faut les crier, il faut les exprimer et puis, ... arriver à vivre avec elles. Ce qui ne veut pas dire les taire. Un jour, elles resurgissent dans une conversation, elles sont dévoilées de façon moins traumatisantes mais .... elles sont toujours aussi présentes dans l'esprit de celui ou de celle qui les a vécues.
____________________
"Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art." Baudelaire
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageVen 06 Nov 2009, 00:14:48 Répondre en citant
Oui, malheureusement, je pense que quasi tout le monde a connu ou connaîitra des souffrances diverses et dont on ne va pas parler généralement.

Chrysopale a écrit:

Alors oui je souffre parfois. Mais lorsque je pense aux autres, qui ont dû faire face à bien pire que moi, je me dis que je n'ai pas le droit de me plaindre.


Mais je ne suis pas trop d'accord avec ce principe, celui de regarder plus mal loti que soit pour estimer qu'on ne s'en sort pas si mal.
Il n'y a pas que l'événement de souffrance qui doit être pris en compte, mais plus le retentissement provoqué chez la personne.
On peut souffrir plus qu'un autre même si le mal qui l'a provoqué est moins important.

Et puis tout passe et s'atténue avec le temps, donc on peut resourire, plus tard. Smile
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com