Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Rien de pire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageMer 23 Sep 2009, 22:13:09 Répondre en citant
Je sais pas trop ce que ça vaut, vos avis sont bienvenus...

Il n'est rien de pire que de passer une soirée entière à attendre quelqu'un. Surtout si sa venue n'est qu'hypothétique. On espère, simplement. Et le manque de certitude ajoute à la nervosité.

Il est tard maintenant. Beaucoup trop tard. Tu ne viendras plus. Ce n'est plus possible. Pourtant l'angoisse persiste. Elle s'est insinuée en moi, fait partie de moi depuis quelques jours. Depuis l'annonce de cette soirée, et de l'espoir de peut-être t'y rencontrer. Mon estomac se contracte, se tortille, m'empêche de penser à autre chose.

Je n'arrive pas à profiter de la soirée. Elle pourrait être bonne pourtant. De la musique, une compagnie agréable pour des conversations qui le sont tout autant. Je feins, mais je n'arrive pas à me convaincre. Et je ne sais pas si dans ce cas, j'arrive à convaincre les autres. Je discute gaiement, j'écoute la musique et je trompe ma nervosité en aidant au service. Mais toujours, il faut que je me tourne vers cette porte, dans l'espoir de te voir apparaître. Espoir vain, je le sais, mais je ne peux m'en empêcher.
On me voit bien distraite, on se demande ce qui m'arrive, je ne dis rien. Ils ne comprendraient pas je pense.

Il est tard, mais je n'arrive pas à me résoudre à partir, à dire que je suis fatiguée, que je rentre chez moi. Alors je reste là, et j'attends.
Il est beaucoup trop tard maintenant. Tout le monde est parti. La vaisselle presque finie. Mes yeux se ferment malgré moi tandis que j'essuie les verres. Et pourtant, toujours cette porte. Cet espoir. Je me traite d'idiote, je ne sais pas m'en empêcher malgré tout.

Non, rien n'est pire que ça...

Sauf d'apprendre le lendemain la raison de ton absence... fichu verglas.
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageMer 30 Sep 2009, 18:10:28 Répondre en citant
Suite à quelques remarques, j'ai déjà amélioré le texte...
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMar 06 Oct 2009, 10:23:53 Répondre en citant
Une chose qui me semble très intéressante dans ton texte, c'est le contraste entre le contexte festif en arrière-fond et la préoccupation personnelle qui tourne à l'obsession.
Tu dessines habilement deux mondes en parallèle qui se côtoient mais ne peuvent se rencontrer, séparés qu'ils sont par la frontière de l'attente angoissée.
La fin tombe comme un coup de semonce, dans la gradation du "pire".

Et, au-delà, ton texte peut donner à réfléchir sur cette notion un peu floue finalement de ce qui est pire que tout. Y a-t-il vraiment des événements pires que tout ? Ne doit-on pas imaginer que le pire du pire peut toujours arriver ? Ce genre de questions me viennent en le lisant.

Ce récit me semblait un peu court. Mais c'est complètement stupide, car il se tient et se lit bien ainsi, finalement.
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMar 06 Oct 2009, 12:50:27 Répondre en citant
Ce texte, à sa première lecture, me semblait pour ma part un peu "léger" et décalé entre les sentiments créés par cette non-venue, qui de toute façon était hypothétique, non certaine, et le ressenti qu'elle provoque chez l'auteur.
J'imaginais quelque chose de plus "catastrophique" alors que ça me semble anecdotique, surtout que l'explication en est donnée dès le lendemain. Il me semble que le "pire" n'est pas la non-venue d'un soir en raison du verglas, mais un éventuel accident que ce même verglas aurait pu causer.
C'est surtout ce décalage entre la gravité du fait et les répercussions qui me gênent, même si, bien sûr, en matière de sentiment, il suffit d'un rien pour échafauder un scénario catastrophe. Mais ce "pire" est réparé, oublié, dès le lendemain.
Ce pire du moment présent ne se transforme-t-il pas en simple regret une fois un léger temps passé ?

Sinon sur la forme, rien à dire, tout coule.
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageMar 06 Oct 2009, 18:49:18 Répondre en citant
Merci à vous deux Smile

Syane : c'est la longueur habituelle de mes textes. Je suis apparemment incapable de faire du long... mais je ne suis pas sûre que ce serait digérable comme style si je le faisais traîner en longueur.

Blue :
j'aime bien laisser une part de mystère dans ce qui mène aux sentiments décrits, mais en fait, j'imaginais une jeune fille qui a appris que le garçon qu'elle aime en secret viendra à la soirée. Quelque chose comme ça. Pour avoir vécu ce sentiment d'attente, je peux te dire qu'il est très fort, et horrible à vivre.
Je pensais ma fin assez claire. Elle est catastrophique. Quelque chose du genre perte de contrôle du véhicule pour finir encastré dans un panneau publicitaire...
C'est plus clair?

____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMar 06 Oct 2009, 21:20:07 Répondre en citant
C'est plus clair, mais contradictoire avec ça qui m'a foutu dedans

Citation:
Surtout si sa venue n'est qu'hypothétique. On espère, simplement. Et le manque de certitude ajoute à la nervosité.


Dès le début, je l'ai pris pour un "oui peut-être que j'irai", très aléatoire, transformé par l'espoir en un "il viendra" qui n'avait pas lieu d'être à mon sens.
d'où le décalage entre l'espoir de, et le "pourquoi n'est-il pas là ?"
Le sentiment d'attente, je connais, c'est mon côté féminin Mr. Green
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageMar 06 Oct 2009, 21:22:36 Répondre en citant
Smile
Oui, en fait de "il viendra", je me suis mal expliquée, c'est plutôt "il a été invité, il y a de fortes chances qu'il vienne". Dingue ce qu'on peut se faire des films juste avec ce genre de détails.
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com