Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Cadeau empoisonné

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Terlam
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2009
Messages: 14

MessageJeu 25 Juin 2009, 22:26:58 Répondre en citant
« Vous êtes libre pour ce week-end ! » Merlav comprend par cette petite phrase que Monsieur Dupont le chef de service, lui accorde enfin son après-midi. Amoureux de sa femme, comme aux premiers jours, il se précipite chez le fleuriste le plus cher de la ville et fait son choix parmi les bouquets les plus beaux qui trônent dans la vitrine. Un camaïeu de rouge, de bleu, de jaune, de vert : « Comme le tempérament de ma petite chérie, se dit-il, plein de couleurs et sans ennui ! » Il se sent pousser des ailes, heureux et excité à l’idée de la surprendre dans son lit, encore chaude et endormie. « Ma petite marmotte… » répète t-il en embrassant presque les poteaux qu’il croise sur sa route. Le bonheur est une affaire de pas grand chose…
Pas grand chose effectivement, car lorsqu’il ouvre la porte de sa chambre, la pire scène qu’il eût pu imaginer s’impose à lui dans l’horreur de la surprise. Sa petite marmotte n’est pas seule. Sa petite marmotte n’est plus qu’un vilain rat se fourvoyant dans les égouts de l’infidélité. Dans une position des plus abjectes, et que Merlav n’a d’ailleurs jamais connu, le rongeur vêtu de bas résille se dandine sur un crapaud jouissant et satisfait.
L’image est trop brutale pour le petit cerveau de Merlav et le diable se met en quatre pour lui susurrer les pires horreurs. « Pauvre idiot, s’entend-il répéter, pauvre imbécile, voilà où te mène ton romantisme. Tes fleurs, tu peux les mettre sur la tombe de ton couple ! Regarde-la, regarde la comme elle prend du plaisir sur son batracien ! Tu l’as déjà vu habillée comme ça ? Je suis sûr que ce têtard a une queue bien plus grande que la tienne ! C’est peut-être pour ça qu’il est dans ton lit, sous ta femme… »
Merlav veut la faire taire cette petite voix, mais plus il se presse les oreilles, plus elle se fait tenace et rebondissante dans son cerveau et dans un mal assourdissant.
Il se presse encore les oreilles. Il ne veut rien entendre, plus rien savoir. Il ne comprend rien, n’a rien compris, rien vu, rien entendu.
Tout redevient calme, enfin. Il regarde ses mains pleine de sang et pense qu’il s’est crevé les tympans. Sa femme est toujours en bas résille et gît dans une mare, tout comme l’amant.
La peine est lourde et Merlav ne bénéficie d’aucune circonstance atténuante. Perpétuité avec trente années incompressibles et ce verdict marque pour notre homme, le début de la descente aux enfers.
Pendant plus de dix ans, dans la prison ou il atterrit, Merlav est racketté et violé par ses co-détenus.
Au bout de ce calvaire pénitentiaire, il réussit à obtenir une cellule individuelle.
Il s'y laisse enfermer et n'en sort plus, ni pour les promenades, ni même pour la douche.
Il se laisse aller à une dépression qui l'enferme chaque jour un peu plus dans une seconde prison.
Il passe ses jours et ses nuits allongé, le regard vide et fixant le mur.
Le spectacle fait peine à voir, même les surveillants, d'habitude si peu enclin à la sollicitude envers les détenus, le prennent en pitié. On cherche à le forcer à se lever, on essaye de le faire manger, rien n'y fait. L'homme se laisse mourir dans une absence de vie dépressive et pitoyable.
Un matin, alors qu'il est comme tous les jours affalé sur le lit de son désarroi, il voit une petite fourmi sortir de la fente du mur.
Son cœur se met à battre.
La fourmi s'approche, s'arrête. Elle semble même le regarder.
Elle continue son chemin, monte sur le pied du lit et vient se poser sur l'oreiller crasseux ou trône la tête de notre malheureux.
Merlav essaye de lever les yeux pour mieux la voir. L'insecte devine que l'homme n'arrive pas à bouger la tête et s'approche encore.
Quelques larmes perlent sur la joue du détenu qui se laisse nettoyer les yeux de vingt années de crasse et de misère.
Les gouttes s'arrêtent près de la fourmi et se laissent absorber par le tissu de l'oreiller, comme pour éviter de la noyer.
Merlav et l'insecte restent plusieurs heures ainsi, à se raconter du regard.
Le lendemain, à l'étonnement de toute la population carcérale, Merlav se retrouve dans les douches.
Il se lave, se rase et se coupe cheveux et barbe.
Il nettoie sa cellule et confectionne même des petits rideaux pour cacher les barreaux de sa fenêtre.
Il installe un petit coin chaleureux à sa nouvelle amie et commence à lui parler.
Il lui raconte sa femme, la prison, les sévices, la dépression et son vide intérieur.
La fourmi ne dit rien mais semble le comprendre.
Merlav lui lit ses plus beaux poèmes, lui apprend des tours.
Très vite, une complicité naît entre les deux amis et leurs habitudes s'installent peu à peu.
Chaque matin il se lève et lui prépare des petites choses à grignoter. Ils dorment l'après-midi et le soir, Merlav lit de belles histoires à sa fourmi, sous la surveillance de l’œilleton attendri .
L'homme commence alors à penser à sa libération , il se met à rêver et fait mille projets incluant son amie.
"Nous pourrions ouvrir un cirque, lui dit-il, Tu exécuteras les tours que je t'ai appris."
Et le temps se laisse ainsi si vite compter, qu'un beau jour, la porte de la cellule s'ouvre.
"Libres ! Nous sommes libres , lui crie-t-il. Viens ma belle, la porte de l'espoir s'ouvre à nous. Viens nous allons redécouvrir le monde. Tu verras, tout sera exactement comme nous l'avons rêvé !"
Installant confortablement la petite fourmi dans sa poche, Merlav sort et reste longtemps devant la porte du centre de détention. Il dépose son sac, ouvre les bras et se remplit les poumons de renouveau. Il regarde les bruits. Il écoute les mouvements de ces gens du dehors qui avancent, sans trop savoir qu'ils sont libres.
"Enfin libres !", répète-t-il en récupérant délicatement son amie du bout de l'index.
En face, le troquet "La liberté" fait scintiller son enseigne lumineuse, comme pour appeler les ex-taulards à fêter la leur, dans une bonne défonce alcoolique.
Merlav entre et s’installe au comptoir. Il commande une bière et dépose délicatement sa petite fourmi sur le marbre brillant.
Les yeux dans les antennes, l’ex-détenu et l’insecte restent ainsi plusieurs minutes à s’aimer du regard. La vie est devant eux, un nouvel avenir se promet, Merlav est heureux, enfin !
Le patron grassouillet, lâchant sur son passage les cendres froides du mégot collé à sa bouche s’approche des deux amis, la chopine à la main. Il dépose le verre sur le comptoir, devant Merlav et voyant la petite tâche noire munie de pattes qu’il devine être un insecte, lance dessus son poing fermé et le relève sur une petite tâche de sang en criant : « Saloperie d’fourmi ! »

Nota bene Ps de l'auteur(e). Avec un peu beaucoup de faute, désolée, j'ai pas trop le courage de corriger...Je crois que certains connaissent la trame de cette petite historiette. Je l'ai écrite pour le plaisir et aussi pour l'entraînement parce qu'on se fait bien la main avec des textes courts et une bonne chute.
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageVen 26 Juin 2009, 22:07:44 Répondre en citant
"Je crois que certains connaissent la trame de cette petite historiette"
Comment ça ?

Un peu de mal avec cette histoire, personnellement. Trop mélodramatique flirtant avec un comique pas vraiment affirmé en symbiose avec le drame, c'est-à-dire dénué de cynisme avéré. Il y a hiatus entre le drame du perso et la forme légère, ça manque de liant.
La chute m'a parue par trop prévisible et bizarrement lourde.
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com