Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
La femme au café

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> L'Amuse-Plume -> Jeux d'écriture terminés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageVen 08 Mai 2009, 19:53:36 Répondre en citant
A partir de la photo ci-dessous, rédigez un texte de 3000 à 5000 signes.
Délai : à poster ici avant le 28 juin.

Au plaisir de vous lire !




____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMar 09 Juin 2009, 21:51:02 Répondre en citant
Tu m'aimes ? Tant pis pour toi, tu m'auras, tu jouiras, mais tu le regretteras, tu ramperas, carpette, serpillière, kleenex. Crois-toi au firmament, je suis une perte.

Je suis la fille-qu'on-baise
Et qu'on laisse sur une plage en hiver
Avec un café pour chauffer mon corps de banquise


Tu veux être mon amant ? Je serai ta mante, ta femme, tes enfants, tu rempliras la case "pension alimentaire" sur ta prochaine déclaration. Tends ta queue, je suis une cannibale.

Je suis la fille-qu'on-baise
Le temps d'un soir, d'une nuit, enivré
Une tueuse implacable d'hommes qui se croient grands


Tu me crois exutoire ? Tu seras mon défouloir, ta tête offerte trônera au-dessus de ma cheminée, tout ce que tu as je le prendrais. Regarde mon con, je suis la Reine des Amazones.

Je suis la fille-qu'on-baise
Surtout sans emballage de mots d'amour,
De tendresse ou d'amitié, basculable à souhait sur un coin de table


Tu veux mon cul ? Il est à toi, sers-t'en à volonté, vous êtes tellement semblables, c'est un trompe-coeur. Rêve d'Annapurna, je suis une princesse de l'Atlantide.

Je suis la fille-qu'on-baise
Du moment qu'on ne me parle pas d'après
Qu'on ne me demande pas mon avant ni de pourquoi


Tu cherches mon cœur ? Il n'y en a pas, celui qui l'a inauguré est reparti avec, mon créateur était un destructeur. Offre ton cou, je suis la fille de Dracula.

Je suis la fille-qu'on-baise
Mal, bien, j'affiche complet depuis longtemps
Je ne suis plus que ça, une fille qu'on a baisée, à regret, à jamais.


Tu m'aimes ?

(le texte en italique est le premier jet, mais insuffisant pour la contrainte de longueur. Donc ajout – un peu à regret – du 2e texte entrecroisé afin d'allonger. Encore insuffisant. Mais je n'ai plus d'inspiration à ajouter. Donc désolé… )

____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageLun 22 Juin 2009, 11:54:49 Répondre en citant
Série B néo-soviétique



- Madame Kaspersky, je sais que vous êtes encore sous le choc du décès de votre mari, mais nous devons vraiment procéder à votre interrogatoire afin d'élucider au plus vite les causes de sa mort. Qu'il s'agisse d'un suicide ou d'un meurtre, étant donné la notoriété de Monsieur Boris Kaspersky, il y a urgence. Vous comprenez, n'est-ce pas ? Le commissaire Louminov commençait à perdre patience.
- ...
- Coopérer est dans votre intérêt. Dans le cas contraire, si vous persistez dans ce mutisme...
- Ecoutez, vous m'avez demandé ce que je faisais hier soir, je vous ai répondu. Ça ne vous suffit pas ? répondit-elle dans un sanglot étouffé.
- Vous m'avez dit que vous aviez pris un sandwich en lisant des revues. Point. Alors non, désolé, ça ne me suffit pas. Résumons. Une femme qui ne s'inquiète pas de n'avoir reçu aucun coup de fil de son mari, qui n'est pas rentré de toute la soirée; cette femme part tranquillement se coucher à une heure du matin sans chercher une seule fois à le joindre. Comment voulez-vous que je me contente de ça ? maugréa le commissaire.
- C'était très courant. Il est ministre...était. Je...Boris ne savait que rarement à quelle heure il pouvait quitter le bureau, ses réunions, rentrer de déplacements...Et il me disait toujours en riant "Natacha mon chou, ne t'inquiète jamais, je finirai toujours pas rentrer à la maison". Il était heureux...Il avait des ennemis bien sûr mais moins que la plupart, vous savez...mais suffisamment quand même pour qu'on puisse chercher à lui faire du tort. Sa carrière était prometteuse... Enfin, pour dire que je ne crois pas à l'hypothèse du suicide, Monsieur Louminov.
- Bien. On progresse. Lentement, certes, mais je vous préfère douée de parole. En même temps je me demande si sous tes airs minaudant de belle veuve toute neuve éplorée pas très fûtée, tu ne te fiches pas de moi dans les grandes largeurs. Mais si c'est ça, dommage pour toi, il y a des choses que je sais et que tu ne sais pas que je sais, songea Louminov.
Il reprit :
- Donc, vous ne croyez pas au suicide ? Voilà une information qui me donne justement très envie d'explorer cette voie. Vous avez une réputation, comment dirais-je, de femme aux liens mondains extrêmement développés, ce n'est plus un secret. On se souvient par exemple de cette vague de clichés dans les magazines people qui avaient défrayé la chronique et azimuté les paparazzis. Photos floues, mal cadrées, mais on vous y devinait tout de même assez bien, seule en compagnie d'un homme dans divers lieux de la capitale.
- Tout ce qui a été raconté à ce sujet était calomnieux. La vérité, Monsieur Louminov, et je compte sur votre discrétion à ce sujet, est que j'étais chargée par mon mari lui-même de fréquenter certaines personnes à des fins d'information. De l'espionnage officieux, en quelque sorte. Non seulement je ne trompais pas mon mari, non seulement je me contentais de nouer des liens de pure, euh, sociabilité, mais en outre mon mari était pour le moins parfaitement au courant, puisque c'était à sa demande que j'agissais ainsi.
C'est bizarre, ton élocution devient tout à coup beaucoup plus nette et tranchée, Madame miss Monde dévouée à son mari. Louminov savoura ce court instant, avant de resserrer l'étau.
- Au fait, j'y pense ! Sur le bureau de Monsieur votre bien-aimé feu Kaspersky, nous avons trouvé une enveloppe qu'il venait visiblement d'ouvrir, posée sur le dessus de ces documents du jour. A l'intérieur, toute une série de photos de vous, bien plus nettes que celles des paparazzis publiées. Et bien plus déshabillées aussi, pour certaines. Ah, et il y a une lettre, anonyme bien sûr, de chantage évidemment, avec à la fin une addition sacrément salée.
Louminov étala sous les yeux de Natacha une dizaine de photos, comme on abat un jeu de cartes.

Nikolaï et elle. La première photo qu'elle vit était celle où elle était à une terrasse d'un café, avec Nikolaï, dont elle avait mis la veste sur ses épaules car elle avait un peu froid. Elle s'en souvenait très bien. C'est là où elle lui avait promis de quitter Boris et sa cage dorée d'ici quelques mois, le temps de prendre progressivement ses distances. Saisie d'un étrange sentiment mêlé de soulagement et d'inquiétude, elle avait scruté l'horizon quelques instant, espérant y deviner son nouvel avenir.
C'était Nikolaï qui avait pris ces photos. Mais il était inimaginable qu'il soit le maître-chanteur.
Alors qui ?



La suite de votre série préférée la semaine prochaine sur NTV la seule et unique chaîne que vous devez vénérer.
Et maintenant une page de page de pub de 45 minutes pour Gazprom !
[Haut]
toni
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2009
Messages: 9

MessageSam 27 Juin 2009, 11:18:39 Répondre en citant
Dès qu'on m'a présenté ma "chef" j'ai tout de suite su que ça n'irait pas. Je ne saurais dire vraiment pourquoi. C'était physique ! Il y a des gens qui spontanément s'attirent et puis il y en a d'autres...Hélas c'était le cas, je faisais partie des "autres"...
Comment vous dire, sa façon de me regarder de travers, ou plutôt sa façon de ne jamais me regarder. C'est ça, comme si j'étais transparent. Transparent c'est le mot. " Je suis la belle sirène de la plage privée de Trifouillis les galets, et vous m'ennuyez terrrrriblement, monsieur Machin". Son air suffisant était une façon de me renvoyer à ma condition de subalterne, regardant autour comme si le paysage était nettement plus prestigieux que ce que je pouvais représenter. J'étais un mauvais moment à passer:" Allez déballez-moi vos platitudes et qu'on en finisse"semblait-elle me lancer. Et puis aussi cet indéfinissable sourire, mi triste mi dégoûté... Une façon de vous dire, sans vous le dire : "hé bien avec vous j'ai l'impression que ça va pas être marrant tous les jours " ! Et cette manière de se tenir, engoncée dans son manteau comme pour se protéger de ma présence, vrillée dans sa carapace en titane renforcé, pour parer les effluves contaminantes de ma personnalité insignifiante. Qu'est-ce que je lui avais fait ? On ne s'était jamais vu. Comment deux êtres qui ne se connaissent pas peuvent-ils avoir autant de passif entre eux ? Un différend dans une autre vie peut-être ? La réincarnation à partir d'un chien et d'un chat ? Allez savoir ! Quel âge pouvait-elle avoir ? 20, 25 ans ? Comment peut-on faire quand on est chef à 25 ans ? Quel masque d'autorité porter ?
A un moment je lui ai présenté une tasse de café, histoire de faire un geste sympathique, de réchauffer le froid sibérien, de courber un peu l'échine, c'était quand même mon supérieur hiérarchique : "ça va j'ai compris, vous êtes ma chef, aussi, voyez, je vous sers, je me mets à votre service". D'abord elle a fait mine de ne pas me voir, comme pour signifier que je n'existais toujours pas, que je n'avais jamais exister et que je n'existerai jamais. J'ai alors lentement porté la tasse à hauteur de ses yeux... Rien à faire : la miss demeurait imperturbable. Je restais planté là, le coude en lévitation en prenant un air de garçon de café (la tête penchée , le sourcil levé). Posture ridicule ! Comme dirait l'autre : "avec ma tasse de café, j'avais l'air d'un con, ma belle !". Tout à coup, le caméléon à deux pattes, sans détourner son regard d'un objet sans doute très important (un caillou, une chaise...) a daigné bouger la phalange gauche en direction de la soucoupe qui n'en demandait pas tant ! En langage codé de chef qui fait la gueule ça voulait dire : "Vous commencez vraiment à me courir sur le haricot avec votre breuvage, vous la prenez dans combien de temps la retraite ? ". C'était le signe ultime. Elle n'en pouvait plus et moi non plus. Heureusement, le vent s'est levé et avec lui, la miss pisse-froid.
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageSam 27 Juin 2009, 11:26:49 Répondre en citant
Bonjour et bienvenue Toni !

Tu signes ton arrivée avec un premier texte amuse-plumesque jubilatoire ! Merci pour cette lecture. Smile
[Haut]
Onde
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2005
Messages: 5 709
Localisation: Cesson

MessageDim 28 Juin 2009, 20:35:06 Répondre en citant
C'est possible d'avoir un petit délai pour celui-ci ? J'ai bien commencé mais je n'ai pas fini...

J'ai un p'tit loup qui a décidé qu'une nuit de 12 heures suffisait bien et que la sieste du matin et celle de l'après-midi, c'était terminé. hein
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 816

MessageDim 28 Juin 2009, 20:40:05 Répondre en citant
Onde a écrit:
C'est possible d'avoir un petit délai pour celui-ci ? J'ai bien commencé mais je n'ai pas fini...

J'ai un p'tit loup qui a décidé qu'une nuit de 12 heures suffisait bien et que la sieste du matin et celle de l'après-midi, c'était terminé. hein

Yeap.
Jeu prolongé jusqu'au samedi 4 juillet minuit, dernier carat !

Est-ce que ça vous va, à toi et au p'tit loup ? Smile
[Haut]
Onde
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2005
Messages: 5 709
Localisation: Cesson

MessageDim 28 Juin 2009, 20:41:26 Répondre en citant
Merci, parfait ! Cela nous convient ! lol7:
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> L'Amuse-Plume -> Jeux d'écriture terminés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com