Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Les exquis cadavres de Wiliam

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> Le Casse-Tête -> n° 5
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageDim 03 Mai 2009, 11:28:56 Répondre en citant
(les trois exercices forment un tout, je les poste donc dans l'ordre nécessaire !)
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageDim 03 Mai 2009, 11:30:02 Répondre en citant
(exercice en "e")

Derrière Benjamin, Chloé zézaya :
— Hééééé ! Pousser Benji ! Pousser !!
Arlette intervint :
— Benjamin, laisse Chloé regarder.
Le frère grommela :
— De toute manière, le monsieur est moche. Avec le cerveau coupé en deux, comme le chou-fleur de chez mémé !
— Je veux le chou-fleur ! Chloé veut le chou-fleur !
— Benjamin, laisse Chloé passer devant !
Arlette était lasse. Elle détailla encore cet homme exposé derrière une vitre de plexiglas. Installé devant une petite table en ébène, le cadavre écorché tenait une feuille. Une poignée de stylo-plumes rouges et bleus étaient alignés, tels des scalpels maculés après une opération chirurgicale sanglante. Le cadavre était comme le précédent, exceptée une moitié de crâne tronçonnée, de sorte que les visiteurs puissent admirer le cerveau en coupe longitudinale. Les muscles écarlates, les tendons blêmes, les pauvres couilles pendant comme une paire de quetsches blafardes… Les yeux figés dépourvus de paupières exprimaient une dérangeante stupeur.
— Le monsieur écrit ses devoirs ? demanda Chloé.
— Bonne question, chérie… Des poèmes peut-être.
Arlette se pencha vers le papier posé devant les yeux éternellement ouverts de cet homme immobile. Le texte était juste lisible de cette distance :
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageDim 03 Mai 2009, 11:32:29 Répondre en citant
(logogriphe "printemps")

PRIÈRE

Rien ne respire
Pire esprit
Mine éteinte
Prie !

Rire serti
Mer et empreinte
Terne étreinte
Prie !

Et tiens, sereine
Reine en répit
Eternité pérenne
Prie !

Tripes et reins
Trempent et périssent
Rétine première
Prie !

Triste rime,
Immense mer,
Première,
Prie !

Retiens tes impies
Mire père et mère
Renie tes rites
Prie et
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageDim 03 Mai 2009, 12:17:26 Répondre en citant
(texte libre)



— Pousse-toi, je ne vois rien ! chouina Chloé.
Arlette n'entendait plus ses enfants. Elle s'interrogeait sur l'étrange poème inachevé qu'on avait placé sur le bureau. La mise en scène était grotesque. Pourquoi choisir un texte aussi obscur et sombre ?
— Maman, Benji il veut pas se pousser !
Benjamin haussa les épaules et préféra s'éloigner vers la vitrine suivante. Arlette soupira et prit la main de sa fille.
— Allez, avance, Chloé.
Dans le cube de plexiglas suivant se tenait une femme enceinte. Ses mains entouraient son gros ventre. De façon grotesque, on avait pelé le placenta comme une banane afin que les visiteurs puissent voir le foetus roulé en boule, tête en bas.
- Maman ! Maman ! Le bébé il va bientôt naître ?
- Enlève tes mains de la vitre ! éluda la mère.
Arlette n'était pas à l'aise. Elle était arrivée dix minutes auparavant, à l'ouverture des portes en tout début de matinée, et il y avait encore très peu de monde. Depuis, ils déambulaient dans les allées moquettées, plongés dans l'obscurité, entourés de multiples cages de verre comme autant de puits de lumière révélant chacun un nouveau corps. Ici un vieillard à la colonne tordue et aux cartilages gonflés, là une adolescente à peine formée, plus loin un homme obèse dont les graisses jaunes et flasques demeuraient par on-ne-sait quel miracle collées au reste du corps.
Arlette sursauta en entendant quelqu'un tousser quelque part derrière elle. Benjamin s'énervait et commençait à courir à gauche et à droite.
— Ouaah ! Maman ! Regarde celui-là, tous ses boyaux sont par terre ! C'est trop dégueu !
Sa fille dans les bras, Arlette s'approcha à son tour. C'est vrai que c'était écoeurant. Chloé serra plus fort ses bras autour du cou de sa mère. L'homme était accroupi, les mains sur les genoux, la bouche entrouverte. La cage thoracique avait été découpée jusqu'au nombril pour laisser apparaître l'estomac tordu, et on avait sorti de l'abdomen les dix mètres d'intestin pour les étaler sur le sol blanc. Arlette était nauséeuse.
— Bon les enfants, nous…
Elle s'interrompit net. L'écorché était en train de pousser un long gémissement rauque. Le râle s'amplifia, puis l'homme hoqueta et tomba à genoux. Secoué de spasmes, ses mains tremblantes tentèrent de rassembler les viscères pour les regrouper dans son ventre vide. Tout se déroulait comme au ralenti.
Arlette était figée de terreur. A son cou, Chloé l'étouffait tant elle se crispait. Benjamin s'accrocha au tailleur de sa mère. L'écorché reprit sa plainte rauque et ses yeux écarquillés se levèrent vers Arlette.
Elle hurla. Immédiatement, une sirène retentit. Un gaz sombre coula du plafond de la vitrine et quelques fractions de secondes plus tard, l'homme à l'abdomen ouvert s'écroula sur ses viscères, un filet de bave sur le menton.
Arlette hurlait toujours.

Arlette hurlait encore quand les vigiles l'évacuèrent avec ses enfants et les autres visiteurs. Un homme s'éloigna avec son talkie-walkie.
— Problème de dosage morphine avec le numéro 9. Je répète, problème sur le numéro 9.

Plus loin dans la salle, sur le bureau d'ébène, des doigts sans épiderme tracèrent lentement quelques mots au bas du poème:

Prie et péris.

____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> Le Casse-Tête -> n° 5 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com