Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
4 3 2 1 ...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageMar 17 Mar 2009, 11:20:50 Répondre en citant
4
Elle est jeune et jolie, 17 printemps et promise a un bel avenir. Elle fréquente les "salons" ou elle charme par son rire et sa fraicheur. Elle est la seule héritière de cette grande quincaillerie parisienne, d'aucuns disent la plus grande.
pour l'instant son avenir, elle n'y pense pas, toute à ses soirées qu'elle anime en jouant du piano.
Lors d'une ces fêtes elle rencontre un homme de 25 ans son ainé
il est séduisant, beau parleur, tellement plus mâle que tous ces jeunes freluquets qui lui tournent autour.
elle tombe sous le charme. il lui parle comme a une femme, comme a celle qui sera la reine de son royaume.
Il lui offre l' Amour et une vie confortable dans un vaste domaine en Armagnac.
Elle veut le suivre, elle irait n'importe où pour lui, avec lui
mais ses parents ne l'entendent pas de cette oreille, pour eux le beau parleur est un aventurier en quête d'héritière à détrousser.
les amoureux n'en ont que faire! c'est décidé il l'enlèvera pour la ramener chez lui là bas en Aquitaine.
après quelques mois d'une vie campagnarde idyllique, bien que dur par rapport au confort parisien, le climat change.
Se rendant compte que les parents de la jeune fille ne cèderont pas, le bel aventurier fait tomber le masque.
qu'en a t il a faire d'une gamine de 18 ans si ses parents la déshéritent? lui, il voulait le pactole de la quincaillerie, il a tant de dettes de jeu a rembourser, et ses maitresses a entretenir, sa réputation de gascon est en jeu.
il ira même jusqu'au mariage, espérant ainsi amadouer sa belle famille, mais rien n'y fait, il n'aura pas un centime.
A partir de là c'est la dégringolade, le domaine est vendu parcelle par parcelle, il devient violent, boit de plus en plus
quant a la belle jeune fille, chaque année une nouvelle grossesse lui déforme le corps et les travaux ménagers lui usent l'organisme.
un jour enfin, une virée un peu plus arrosée qu'une autre et la voilà libérée du joug de son "bel amoureux"
il ne lui reste qu'un petit bout de terre, de nombreux enfants enfants a élever et des rêves brisés

3
Sa vie a la campagne est difficile. les temps sont durs, on ne mange pas tout le temps a sa faim.
il faut dire qu'on est nombreux a la maison, tous ces enfants, on dit même que l'un d'entre eux n'est pas vraiment du même sang. Une aventure de son père...
un père, et bien il n'y en a pas plus a la maison
et c'est pas plus mal, elle ne s'en souvient pas vraiment, mais il lui reste une impression de peur et de violence quand elle pense a lui
la vie n'est pas aisé sans un homme a la maison, mais elle s'ecoule relativement paisiblement avec son lot de joies et de peines
un jour elle rencontre un jeune homme a la fête du village, il est gentil, simple et travailleur
il est forgeron
au bout de quelques mois, il demande a sa mère sa main
ils se marient simplement et s'installent a la ferme ou il crée une forge
de cette union, simple, sans passion naitra 7 enfants

2
Au milieu de ces six frères et sœurs, elle n'a pas beaucoup de temps pour jouer
Elle adore aller à l'école, quand elle le peut, quand les travaux de la ferme et de la forge ne l'obligent pas a fournir sa part de travail.
Sa mère tient a ce que ses enfants sachent lire et écrire, elle veut pour eux une meilleure vie que la sienne, moins dur physiquement.
Elle passera son certificat d'étude et rêve de devenir maitresse d'école, qui sait?
Puis la guerre, la Grande, change tout
tous ces hommes du villages disparus, toutes ces deuils, toutes ces destructions, son père n'en reviendra pas
le monde a changé, plus rien ne sera comme avant.
un jour, un ouvrier ferronnier d'art démobilisé se propose pour relancer la forge.
Il est taciturne, affiche souvent un mauvais caractère, mais il sait travailler.
lui, tombe amoureux.
elle aussi, le croit-elle du moins
il nait un premier fils
la grande crise et la naissance d'un deuxième enfant, une fille, les poussent a "monter" a Paris
ils n'emmèneront que leur fils, laissant leur fille a sa grand mère.
la vie a Paris n'est pas tellement plus aisé, seul le fils s'en sort bien pouvant aller a l'école tous les jours
7 ans plus tard un troisième enfant arrive, du coup on se souvient de la petite fille et on la fait venir pour s'occuper du jeune frère.
Avec ses trois enfants autour elle, la mère semble avoir trouvé un certain apaisement.
Elle travaille dans des bureaux, son mari exerce sa ferronnerie d'art
si seulement, il n'etait pas si violent, s'il ne la battait pas...
sa plus grande fierté, ses fils: ingénieur tous les 2!
elle devient grand mère, la vie semble enfin l'épargner un peu, quand arrive la malade, cette saleté de crabe
Des années elle va lutter, se prêtant même a des test thérapeutiques
elle ne regrette rien
pourtant qu'il était dur de partir une semaine par mois en traitement à Villejuif et de voir en revenant que son mari n'avait rien fait, même pas laver une tasse a café.
il lui reprochait même son absence, lui arrachant les quelques cheveux que les chimiothérapies avaient épargné en la trainant dans la cuisine pour lui montrer dans quel taudis elle l'obligeait a vivre.
la mort est une délivrance pour elle, elle qu'on disait si gentille a tel point qu' enfant elle n'osait pas marcher sur l'herbe, de peur de lui faire mal...

1
De ses sept premières années, il ne lui reste que le souvenir de la dureté de la vie a la campagne et le sentiment d'abandon provoqué par l'absence de ses parents.
heureusement elle avait l'amour de sa grand mère.
c'est une période rude pour elle, mais heureuse en apparence
Elle allait a l'école a plusieurs km, a pieds , enfin en échasses le matin emportant pour tout déjeuner une tartine de graisse d'oie.
elle était de santé fragile, et les faibles revenus de la ferme ne permettait pas au foyer de s'alimenter correctement.
On lui disait que ses parents et son frère étaient loin pour gagner leur vie.
elle reportait son affection tous les ans sur un agneau qui naissait a la ferme, elle lui mettait un beau ruban autour du cou, et l'emmenait partout avec elle
et puis tous les ans, à la même époque, vers Pâques sa grand mère lui disait qu'il était parti.
lui aussi, comme ses parents...
un jour, une grand nouvelle arrive, elle va avoir un petit frère
elle ne sait pas trop quoi en penser
quand ses parents viennent la chercher, elle est déchirée entre la joie de les retrouver et la séparation d'avec sa grand mère
c'est la fin d'une période insouciante malgré tout
A Paris, elle doit mettre les bouchées doubles, même triples: s'occuper du petit frère, en partie de la maison et aller a l'école.
Elle est sage et appliquée, ses maitresses lui prédisent un bel avenir
les années passent, elle réussit son certificat d'étude et voudrait poursuivre ses études pour passer le bachot et même peut être devenir prof de Maths
mais son père ne l'entends pas de cette oreille
non, elle n'ira plus a l'école, mais fera un apprentissage de couturière, un point c'est tout!
certains de ses professeurs interviennent en sa faveur, expliquant a son père que ce serait du gâchis que de l'empêcher de faire des études, qu'elle en avait les capacités et la volonté.
rien a faire!
tout au plus accepte il, qu'après l'obtention de son CAP elle reprenne, si tel est encore son souhait, ses études.
elle boucle donc son CAP en 2 ans couronné par un brillant 19,75 de moyenne
pendant l'été suivant, elle rattrape en cours particuliers dispensés gratuitement par une de ses anciennes prof les 2 ans qui lui manquent
et en octobre, a la rentré elle ré intègre le cursus normal
pas pour longtemps... la guerre, les pressions paternelles, les soucis financiers ont rapidement mis a mal son désir.
elle arrête sa scolarité et trouve du travail comme employée dans une banque.
Un jour dans le bus, pour aller sur son lieu de travail, un homme s'assoit sur elle, semblant ne pas la voir
il est grand, beau, charismatique
elle tombe immédiatement amoureuse.
A 21 ans, enfin majeure, elle quitte le domicile familiale, ne supportant plus la violence et les vexations paternelles. Elle s'installe dans une chambre dans un foyer.
sa relation avec cet homme se renforce, il est drôle, intelligent
ils décident de se marier, un mariage d'Amour.
Bien sur c'est un fêtard, qui boit plus que de raison avec ses amis, qui disparait plusieurs jours écumant les fêtes parisiennes.
mais il est tellement drôle, grand et protecteur quand il est là
Au bout de 5 ans elle tombe enceinte
le fruit de leur amour
mais tout ne se passe pas comme prévu
a 5 mois de grossesse, quelque chose ne va pas, son mari n'est pas là, encore en bringue quelque part
elle se rend seule a la maternité ou elle accouche prématurément un enfant, un garçon mort né.
la vie reprend, son mari toujours fêtard, changeant de boulot dès que l'ancien ne le satisfait plus.
avec les années les choses semblent se stabiliser, il entre dans une grande société informatique ou il progresse rapidement
elle est de nouveau enceinte
là encore l'accouchement est problématique
elle fait une hémorragie, elle doit être opérée, on craint pour sa vie
elle ne verra sa fille que 48 heures plus tard
de son coté le père trouvant le temps long, va faire un tour a la foire de Trône, on est en avril, il fait beau
lui aussi ne verra son enfant que 2 jours plus tard; d'ailleurs, il ne sait pas bien s'il a ce fils tant désiré ou une fille. le médecin accoucheur lui a bien dit : vous avez une belle petite fille, mais sur le berceau vide, la fiche indique sexe: mâle!
cette naissance signe le départ d'une nouvelle vie
Il décide qu'il en marre de porter la cravate IBM, lui le N° 2 français et que la vie parisienne n'est pas bonne pour sa famille.
lors d'un déplacement professionnel en province, il accepte une proposition intéressante et se retrouve directeur d'une maison de prêt a porter
quelle ironie pour sa femme avec son CAP mention très bien de couturière!
Elle travaille comme comptable avec lui.
les années passent
un jour ou elle consulte pour ses maux de tête qui sont devenus tellement invalidant, on lui parle de tumeur cérébrale.
elle doit aller a Paris chez un grand professeur.
au bout de 15 jours d'examens divers et variés, le diagnostic tombe: pas de tumeur, mais une dépression sévère.
elle rentre chez elle avec un traitement lourd.
sa fille a 2 ans
ils ne lui prêtent pas grande attention , tant ils sont pris par leur travail et leur propre blessure
Ils l'aiment, c'est certain mais ils ne la voient pas

0
"de vos blessures est née ma blessure"
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageMar 17 Mar 2009, 17:26:11 Répondre en citant
la conclusion résume à elle toute seule tout ce que tu as voulu dire dans ton texte.
Et c'est...comment dirais-je....impressionnant (même si n'est pas exactement le mot que je cherchais) de constater comment l'histoire familiale devient souvent un bagage que l'on porte d'une descendance à l'autre...
La valise est plus ou moins lourde en fonction du temps...et de tant de choses.
kis
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageMer 18 Mar 2009, 14:06:46 Répondre en citant
Intéressant, cette histoire familiale racontée de mère en fille. De malheur de mère en malheur de fille… Les hommes ne sont pas vraiment sympathiques ! Mais peut être que les hommes de ces époques avaient du mal à être très humain avec les femmes, à force de s’entendre dire que c’était eux les chefs.
Recit qui met mal à l’aise, comme tous les récits où les malheurs s’accumulent, inexorablement.
Pour ce qui est de la phrase de la fin, elle m’a mis aussi mal à l’aise, tellement je suis dubitatif sur la « chrono psychologie » (je ne sais pas si ça s’appelle comme ça), où il semblerait que les traumatismes se lèguent de mère en fille.…
Smile
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageMer 18 Mar 2009, 20:09:15 Répondre en citant
Salut Marin Smile

oui ces hommes là n'étaient pas très sympathiques
j'ai sur eux le regard d'une femme a travers l'histoire de leurs femmes.
j'aurais pu également écrire l'histoire des hommes de ma famille, avec une certaine compassion et empathie ce qui les auraient mis en lumière sous un autre jour.
je ne sais pas si les traumatismes se lèguent de mère a fille, de parents a enfants plus globalement.
on ne lègue pas un évènement
ce que je sais c'est qu'un traumatisme empêche un individu d'avoir une relation a autrui "normale"
en l'occurrence ici, la dépression de la mère (enfermée malgré elle dans sa tête) associée a ce coup du sort du destin d'un accouchement difficile peut être le point de départ de la blessure de sa fille.
de ma blessure...
kis
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 19 Mar 2009, 07:34:08 Répondre en citant
Un texte fort, Papeete, que tu as écrit là. Smile

Et je crois aussi que de mère en fille les blessures et les regards portés sur le monde et les autres se transmettent.
Parfois en regardant ma fille, j'y songe et cela m'effraie.
Toute filiation est soumission à un vécu.

kis
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageJeu 19 Mar 2009, 20:49:02 Répondre en citant
Citation:
ce que je sais c'est qu'un traumatisme empêche un individu d'avoir une relation a autrui "normale"
en l'occurrence ici, la dépression de la mère (enfermée malgré elle dans sa tête) associée a ce coup du sort du destin d'un accouchement difficile peut être le point de départ de la blessure de sa fille.
de ma blessure...

Salut Papeete,
J'espère que ta blessure se cicatrise, même si la cicatrice est caleuse et te fait soufrir les jours de pluie...
Citation:
Et je crois aussi que de mère en fille les blessures et les regards portés sur le monde et les autres se transmettent.
Parfois en regardant ma fille, j'y songe et cela m'effraie.
Toute filiation est soumission à un vécu.

Salut Margot',
Mais alors pourquoi spécialement de mère en fille ? A cause des relations plus passionnées ?
pensif
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageVen 20 Mar 2009, 19:03:32 Répondre en citant
Margot a écrit:

Et je crois aussi que de mère en fille les blessures et les regards portés sur le monde et les autres se transmettent.
Parfois en regardant ma fille, j'y songe et cela m'effraie.
Toute filiation est soumission à un vécu.

je comprends tout a fait ce que tu ressens en regardant ta fille
j'ai les mêmes inquiétudes en regardant mes fils
je me "rassure" en me disant que moi, contrairement aux femmes de ma famille, j'ai conscience de tout ça
je ne dis pas que je vais arriver a tout désamorcer, mais j'y travaille whistle
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageVen 20 Mar 2009, 19:11:11 Répondre en citant
Aladin a écrit:

Salut Papeete,
J'espère que ta blessure se cicatrise, même si la cicatrice est caleuse et te fait souffrir les jours de pluie...

non, la blessure ne se cicatrise pas
elle ne se cicatrisera jamais
elle n'est pas faite pour se cicatriser
elle sert de fondation a ma vie
le problème c'est que je ne le savais pas
je ne savais pas que ma vie avait été faussée dès le départ
j'en avais pas conscience
je pensais que ma vie était une vie "normal"
un peu comme un enfant battu, qui croit que tous les enfants sont battus.
il a fallu que je m'écroule (facile et inéluctable quand on est mal construit ) pour me rendre compte que je ne vivais pas
maintenant il faut que j' apprenne a vivre avec ces nouveaux paramètres
je suis moi
Smile
merci de vos lectures et de vos commentaires :)

kis
[Haut]
Chrysopale
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 537
Localisation: Trop au nord... 'fait froid
Humeur du Jour: Fermé pour cause d'inventaire

MessageVen 20 Mar 2009, 19:27:43 Répondre en citant
C'est émouvant ce que tu as écrit là Papeete...

Juste, je dirais, un peu trop de fautes d'orthographes qui me faisaient perde le rythme...
Ca, et les majuscules en début de phrase, point à la fin. Tu gagnerais en qualité de lecture.

Maintenant, ce n'est que mon avis, ce n'est surtout pas à prendre mal, juste un conseil. Smile
____________________
Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite...

Il était un foie, deux reins, trois fois rien... minuscule terrien, ou pas grand chose...
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageVen 20 Mar 2009, 20:11:54 Répondre en citant
Chrysopale a écrit:
C'est émouvant ce que tu as écrit là Papeete...

Juste, je dirais, un peu trop de fautes d'orthographes qui me faisaient perde le rythme...
Ca, et les majuscules en début de phrase, point à la fin. Tu gagnerais en qualité de lecture.

Maintenant, ce n'est que mon avis, ce n'est surtout pas à prendre mal, juste un conseil. Smile

Smile
ne t'inquiète pas
tu ne sais pas que je suis sur ce forum littéraire "par erreur"
par amitié, plus que par un quelconque talent littéraire
alors, non je ne prends pas mal tes conseils
merci de ta lecture
(là encore, tu vois j'ecris comme je parle, comme je pense sans majuscule et sans point )
kis
[Haut]
leone
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2006
Messages: 51

MessageDim 22 Mar 2009, 10:57:32 Répondre en citant
Je n'ai compris oú le texte allait mener qu'au 3. (le temps que mes 2 neurones percutent, faut excuser).
J'aime assez l'idée du 4 3 2 1, meme si le 0 à la fin évoque beaucoup trop de chose pour ne pas etre dérangeant.

C'est vrai que le regard sur les hommes n'est pas très valorisé. Peut être un peu... sympliste? Le mot est un peu fort mais disons que j'ai la sensation d'un parti pris sans beaucoup de nuances, ce que tu identifies et presque revendiques.

Mais peut etre qu'on gagne a etre dans la nuance non?
Peut etre aussi que la nuance ne peut venir que dans un second temps, et que le reductionnisme en est un préalable nécessaire. En d'autres termes, la logique mathématique est peut être une condition a une compréhension plus complexe des choses. Et je sais que papeete est très matheuse dans l'ame Wink

Margot a écrit:

les blessures et les regards portés sur le monde et les autres se transmettent.
Parfois en regardant ma fille, j'y songe et cela m'effraie.
Toute filiation est soumission à un vécu.

C'est aussi un socle sur lequel tout etre s'appuie. On peut s'acharner à le voir comme une fatalité, ou alors considérer que ca fait parti du bagage de tout individu. La 2ème option me semble plus constructive.


Papeete a écrit:
(là encore, tu vois j'ecris comme je parle, comme je pense sans majuscule et sans point )

Ah ben tiens, moi je pense avec des majuscule et des points de partout. Et des virgules à tout les coins de chiottes! Comme quoi, le style, c'est pas nous qui le choisissons, c'est bien lui qui s'impose à nous!
[Haut]
Une Nouvelle Vie
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2006
Messages: 2 650
Humeur du Jour: Vivre, c'est ne pas se résigner - Camus

MessageLun 23 Mar 2009, 10:32:15 Répondre en citant
Voili, voilou ... Comme beaucoup de textes qui me marquent, je préfère attendre quelques jours avant d'y mettre un commentaire.

Merci Papeete Smile

Ton récit chronologique m'a tout à coup fait penser à cette nouvelle théorie sur la psychanalyse généalogique.

La recherche au travers des frustrations et des secrets familiaux qui se répercutent de générations en générations.
____________________
"Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art." Baudelaire
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageLun 23 Mar 2009, 10:56:35 Répondre en citant
Papeete a écrit:
"de vos blessures est née ma blessure"

oui, mais "de vos blessures est née Papeete".
Sans ces blessures, le destin de chaque aïeule n'aurait pas été le même, et tu ne serais pas née.
Vaut-il mieux naître blessée ou ne pas naître du tout ?
Il n'est pas joli le printemps ?
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
AmeStramGram
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 06 Oct 2006
Messages: 18
Humeur du Jour: Le Coeur en Atout

MessageLun 23 Mar 2009, 12:28:14 Répondre en citant
Papeete a écrit:


ne t'inquiète pas
tu ne sais pas que je suis sur ce forum littéraire "par erreur"


Il y a de belles erreurs..... Smile Et si tout naissait d'une erreur ?

kis Voyou !
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageLun 23 Mar 2009, 19:27:15 Répondre en citant
Léone,
Oui tu as raison, il y a une forme de parti pris.
Je n'en avais pas conscience en écrivant, ce sont vos lectures qui me l'ont révélée...
Je ne peux pas écrire sur les hommes de ma famille.
J'ai trop peur d'eux ( peut être est-ce même le cas des hommes en général).
Là, encore, l'histoire familiale (des 2 côtés cette fois) et mon histoire personnelle en sont probablement en partie la cause.


Une Nouvelle Vie,
C'est exactement ça, de la psychanalyse généalogique!
Quand on va mal, sans savoir pourquoi, sans avoir connaissance d'un grand traumatisme personnel responsable, on cherche une cause.
Cette approche est peut être mauvaise, mais comme dit Léone je suis matheuse lol : une cause, une effet.
Alors, j'ai cru que là était la solution.


Démo,
C'est toi qui est dans le vrai.
Je commence juste à le concevoir.
Jusqu'à récemment, je pensais qu'en trouvant LA cause, je guérirais.
Actuellement, je suis plus dans l'intégration de tous ces évènements pour me re construire d'aplomb, cette fois.
Quant à ta première question, il n'y a pas si longtemps encore, ma réponse n'aurais pas été la même qu'aujourd'hui.
Oui, il est joli le printemps, quand on le voit. Smile


AmeStramGram,
L' univers est chiffonné, non?
L'entropie mesure le chaos.
Dans notre univers, l'entropie augmente.
On tend donc vers le chaos.
Que de possibilité d'erreur! et nouvelles voies!
kis
[Haut]
aubin
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2005
Messages: 501
Localisation: ici et las

MessageJeu 26 Mar 2009, 15:03:12 Répondre en citant
Bien sur ce texte est important.
La forme participe aussi à l'expression, y compris les minuscules en début de phrase. Elles expriment aussi, même si ce n'est pas un choix.
La perfection apparente ne sied qu'à la fadeur.

Bon, ces hommes sont bien noirs ? Mais sans doute l'étaient-ils. La seule question que cela m'a posé est : " Pourquoi ces femmes ont elles toutes choisi de tels hommes ? "
Et encore moins correct: "quelles femmes ont fabriqué de tels hommes ? "

aubin
____________________

Je n'ai pas les moyens des passions qui m'agitent. PB8592
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageJeu 26 Mar 2009, 16:52:29 Répondre en citant
aubin a écrit:
. La seule question que cela m'a posé est : " Pourquoi ces femmes ont elles toutes choisi de tels hommes ? "
Et encore moins correct: "quelles femmes ont fabriqué de tels hommes ? "

aubin

Bonne question, Aubin.
A la première "Pourquoi les femmes ont elles choisi de tels hommes"......Je suppose "qu'avant" il n'y avait pas vraiment le choix.

A la seconde question...mystère. Comment les femmes peuvent élever des enfants qui plus tard les opresseront ?
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 26 Mar 2009, 20:22:42 Répondre en citant
aubin a écrit:
La seule question que cela m'a posé est : " Pourquoi ces femmes ont elles toutes choisi de tels hommes ? "
Et encore moins correct: "quelles femmes ont fabriqué de tels hommes ? "

Cela fait donc deux questions.
Et les réponses sont sûrement plus incorrectes encore que les questions.

Aladin a écrit:
A la seconde question...mystère. Comment les femmes peuvent élever des enfants qui plus tard les opresseront ?

Pour la même raison que les enfants battus aiment et protègent leur parent persécuteur peut-être.
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageJeu 26 Mar 2009, 20:26:44 Répondre en citant
aubin a écrit:
Bien sur ce texte est important.
La forme participe aussi à l'expression, y compris les minuscules en début de phrase. Elles expriment aussi, même si ce n'est pas un choix.
La perfection apparente ne sied qu'à la fadeur.
Bon, ces hommes sont bien noirs ? Mais sans doute l'étaient-ils. La seule question que cela m'a posé est : " Pourquoi ces femmes ont elles toutes choisi de tels hommes ? "
Et encore moins correct: "quelles femmes ont fabriqué de tels hommes ? "

aubin

Pourquoi ces femmes ont "choisi " de tels hommes?
Une hypothèse: Toute leur vie d'enfants et de jeunes adultes elles ont été soumises à la volonté paternelle, voire maltraitées physiquement. Dans de telles conditions, la confiance en soi n'existe pas. Pour elles, il est plus simple de reproduire le schéma maternel, d'autant plus que ces hommes n'étaient pas que noirs, ils pouvaient être très séducteurs. Pour elles, l'insurmontable est la prise de risque que constitue l'inconnu, bien plus que la maltraitance.
Quant aux mères de tels hommes... Je ne sais pas.
Mon père , celui que je connais le mieux de ces hommes noirs, est issu d'une branche qui portait un très lourd secret de famille concernant sa mère.
Peut être est ce là une des explications.
Merci d'être passé par là
[Haut]
aubin
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2005
Messages: 501
Localisation: ici et las

MessageVen 27 Mar 2009, 16:10:32 Répondre en citant
Margot a écrit:

Cela fait donc deux questions.



Bien sur.

La seule question était celle que je m'étais posée, seulement celle là, à la lecture.

La seconde est venue pendant sa rédaction.

Rien de ce qu'on écrit n'est dépourvu de sens, pas même ce qui parait insensé.
Merci de cette illustration de ma thèse plus haut !

bises à toutes, salut à tous.
____________________

Je n'ai pas les moyens des passions qui m'agitent. PB8592
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageVen 27 Mar 2009, 17:39:39 Répondre en citant
Aladin a écrit:
A la seconde question...mystère. Comment les femmes peuvent élever des enfants qui plus tard les opresseront ?

Pour la même raison que les enfants battus aiment et protègent leur parent persécuteur peut-être.[/quote]

Je m'étais posé "profondément" la question, en voyant un reportage sur les femmes afghanes (ou je ne sais plus quel autre pays à l'islamimisme fondamentaliste ).... comment est ce possible de reproduire sur des centaines de générations les mêmes oppréssions, alors même que celles qui sont chargées de l'éducation sont les principales victimes de cette oppression ?
La question peut aller dans l'autre sens : comment les hommes, élevées par les mères, peuvent ils ensuite asservir leurs femmes ?
Tout ça est peut être un point de vue occidental un peu tranché. les relations humaines sont plus profondes et complexes que l'image manichéenne que j'en dis. Et même à travers ces relations déséquilibrés, il peut y avoir des beaux échanges. Surtout dans des pays où la vie est tellement réduite à l'essentiel, où la frugalité tue la futilité.
"Allah, ce nom qui transforme le vide en espace"...
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageSam 28 Mar 2009, 14:03:02 Répondre en citant
très joli texte Papeete
sacrés bagages que les héritages et les secrets imposés
on pourrait faire de drôles d'arbres généalogiques avec les blessures transmises par les uns aux autres
et remonter l'histoire pour rendre à chacun son dû, ça serait un chouette délestage
kis
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageSam 08 Aoû 2009, 16:16:52 Répondre en citant
je voudrais tant connaître la suite qui s'appellerait "1...2...3...4"!
____________________
debout!
[Haut]
Chevalier Jari
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2009
Messages: 8
Localisation: Granby
Humeur du Jour: En paix

MessageDim 09 Aoû 2009, 12:43:56 Répondre en citant
Je travaille pour une maison de femmes battues, d'un centre de prévention du suicide et d'une alternative en santé mentale. Des histoies comme celles-là, je le vis au quotidien. C'est pourquoi, en général, j'évite de lire toutes les "histoires vécues". Je suis tombé sur celle-ci par hasard. Au début, je ne comprenais pas trop où l'auteur voulait nous emmener. J'avoue que j'ai été surpris par cette nouvelle et que je l'ai bien aimé malgré tout. Et à voir les commentaires, je dirais que ce texte a réussi son objectif : Une réflexion qui fait réfléchir. Bravo !
____________________
On allume plus d'incendies avec les mots qu'avec des allumettes !
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com