Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Les exercices de style de Wiliam Kain
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Retour de flamme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 09:46:27 Répondre en citant
Démo a écrit:
Tu connais ceux de Raymond Queneau?

A ton tour, tu vas imaginer une courte histoire mettant en scène Mélisande et son instrument, et tu vas décliner ton texte suivant plusieurs styles (métaphorique, hésitant, précis, injurieux, coloré, prosthèse, sonnet,...)

Délai: 3 semaines!



(voici la trame de base, les variations suivront)

Un jour dans un magasin de musique entre une jeune femme blonde nommée Mélisande. Elle porte une robe verte sans manches et des chaussures blanches à talons plats. D'un pas décidé, elle se dirige vers le fond du magasin. Là, s'adressant à l'employé, elle demande d'un ton froid quand son instrument sera réparé. L'homme un peu gêné lui répond qu'il a du retard, mais que les travaux sont bien avancés. Pour preuve il l'invite à le suivre dans l'arrière-boutique où se trouve le piano droit, panneaux ouverts, marteaux par terre, touches salies.
Mélisande est horrifiée et pointant l'index sous le nez de son interlocuteur, elle le prévient qu'elle a besoin de l'instrument chez elle dès la semaine prochaine. L'autre ne pipe pas mot. La demoiselle un peu amère s'approche du piano, passe sa main sur les touches blanches en poussant un soupir.
Avant de quitter le magasin, elle choisit une partition de Chopin et indique à l'homme qu'elle la paiera plus tard. Sans attendre de réponse, elle sort de la boutique en claquant la porte.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 11:55:10 Répondre en citant
Sensuel

Odeur de bois, son de guitare, dans la pièce chaude entre une silhouette. Effluve de lavande dans le sillage, drappée de vert bouteille, peau incarnadine, bouche cerise et chevelure mordorée, voici Mélisande. La belle ondoie et ondule, hanches dessinées par le coton léger. Son haleine parfumée trouble le petit bonhomme poussiéreux qui bredouille et transpire dans sa chemise passée. Dans un bureau sombre et aphone trône un massif piano écartelé, un éléphant au cimetière: palissande mat, ivoire terni, ébène taché.
L'employé cheveux gras frémit, frisson glacé dans le dos, quand Mélisande agite sous ses narines un doigt à la fragrance fleurie. Elle effleure les touches de l'instrument moribond. Contact éphémère, sensation froide et fugitive, l'animal est mal en point.
Dans l'alignement grège des papiers, Mélisande saisit du Chopin et part. Claquement de porte, bruit de la rue étouffé, la lavande déjà s'évapore dans la boutique. Revient la poussière, le papier, le silence. Retour à la normalité.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 29 Mar 2006, 11:59:38 Répondre en citant
ça démarre fort... jap:
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 12:14:24 Répondre en citant
Paranoïa

C'est sûr, Mélisande a dû surveiller la rue pendant au moins une heure avant de se décider, guettant toutes les entrées et sorties, choisissant le moment propice. Quand enfin elle pénètre dans la boutique, c'est avec une idée précise de la façon dont les choses vont se dérouler. Elle a très probablement bâti minutieusement son plan, choisi ses mots, préparé ses répliques. D'ailleurs, l'employé n'a pas le temps d'ouvrir la bouche, elle questionne déjà:
-- Mon piano est-il prêt ?
En insistant bien sur "mon", histoire de faire comprendre qu'elle est la propriétaire de l'objet, et qu'elle ne l'a confié que pour une courte durée. Le bonhomme bafouille quelques mots, et ne peut que reculer devant le regard d'acier de la femme. Un pli mauvais au coin de la bouche, Mélisande avance encore, et le faible se retrouve involontairement dans l'arrière-boutique. Seul un semblant de dignité l'empêche de lever les bras devant son visage pour se protéger.
Devant l'instrument dépecé, Mélisande étouffe un juron. Blanche de colère, elle brandit son index sous le nez de l'employé. Mais que cherche-t-elle, ainsi remontée ? Est-ce un moyen d'extorquer une remise sur le montant de la réparation ? Sans aucun doute, et l'homme n'étant pas à la hauteur, elle obtiendra sûrement ce qu'elle désire.
Enfin elle s'éloigne, mais ce n'est peut-être qu'une feinte, il faut se méfier... Non, elle part maintenant, en empochant au passage une partition de Chopin. Pourquoi Chopin ? Est-ce un message ?
Ça y est, elle est sortie, la porte est fermée, l'homme est sauvé. Ce soir, par acquis de conscience, il scrutera quand même la rue par la fenêtre avant de fermer boutique, on n'est jamais trop prudent.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 29 Mar 2006, 12:35:16 Répondre en citant
bravo
Ce topic va être le fil rouge des gages en cours.
Je ne l'archiverai pas avant la 99ème version Wink
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 12:53:09 Répondre en citant
Injurieux

Bordel, encore un blondasse qui se la joue dans ses fringues à deux balles. La voilà qui déboule comme une niaiseuse dans ce bouge dégueu qui pue la poussière. Dire qu'ici, on t'astique les cuivres et on te ramone le tromblon ! Bref, la pétasse crache à le gueule de l'employé - une sorte de crapaud niais qui a pas dû croiser beaucoup de nibards dans son pieu - pour savoir si son bastringue est OK. Tu parles Charles ! Le truc est dépiauté, les parties à l'air et c'est pas demain la veille qu'on pourra lui tripoter les tiges.
La gueularde rugit en montrant un doigt au nigaud de service: ce qu'elle veut, l'amazone, c'est qu'il se magne le fion pour lui remonter l'instrument, histoire qu'elle puisse rapidement s'en servir pour se donner du plaisir. Le gars se pisse quasiment dessus de trouille et n'ouvre pas la gueule (tant mieux, vu les chicots de son râtelier).
Là-dessus, la furie se casse en piquant au passage une partoche d'une tantouze miévreuse quelconque. Quant à la payer: macache ! On verra ça à la Saint-Glinglin. A la fin, la nénette s'éjecte du boui-boui en claquant la lourde.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !


Dernière édition par Wiliam le Mer 29 Mar 2006, 12:55:13; édité 1 fois
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 12:54:15 Répondre en citant
Merci pour tes encouragements Démo... Je me dis que ce genre d'exercice devrait être utilisé pour une écriture à plusieurs, un jour.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 13:11:03 Répondre en citant
(un classique facile, mais ça me fait toujours rire)

Par devant, par derrière

Un jour par devant dans un magasin de musique par derrière entre une jeune femme blonde par devant nommée Mélisande par derrière. Elle porte par devant une robe verte sans manches par derrière et des chaussures blanches par devant à talons plats par derrière. D'un pas décidé par devant, elle se dirige par derrière vers le fond du magasin par devant. Là par derrière, s'adressant à l'employé par devant, elle demande d'un ton froid par derrière quand son instrument sera réparé par devant. L'homme un peu gêné par derrière lui répond qu'il a du retard par devant, mais que les travaux sont bien avancés par derrière. Pour preuve par devant, il l'invite à le suivre par derrière dans l'arrière-boutique par devant où se trouve par derrière le piano droit par devant, panneaux ouverts par derrière, marteaux par terre par devant, touches salies par derrière.
Mélisande est horrifiée par devant et pointant l'index par derrière sous le nez de son interlocuteur par devant, elle le prévient par derrière qu'elle a besoin de l'instrument chez elle par devant dès la semaine prochaine par derrière. L'autre ne pipe pas mot par devant. La demoiselle un peu amère par derrière s'approche du piano par devant, passe sa main par derrière sur les touches blanches par devant en poussant un soupir par derrière.
Avant de quitter le magasin par devant, elle choisit par derrière une partition de Chopin par devant et indique à l'homme par derrière qu'elle la paiera plus tard par devant. Sans attendre de réponse par derrière, elle sort de la boutique par devant en claquant la porte par derrière.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 14:04:07 Répondre en citant
Subjectivité

Je suis furieuse. Depuis deux longues semaines, aucun signe de vie, rien. Ils ne décrochent même plus le téléphone. Me voilà donc obligée de me déplacer jusqu'à la boutique pour avoir des nouvelles. Après trois quarts d'heure passés en majorité dans les embouteillages, j'arrive enfin. J'entre et l'aigre odeur de poussière finit de m'énerver. Au fond du magasin, l'employé se fait tout petit: tu parles, il m'a reconnu et sait pertinement ce que je vais lui demander. J'essaye de prendre sur moi, mais c'est difficile: sans mon piano pour répéter, ma représentation du mois prochain sera un fiasco. Je maîtrise donc ma voix, essayant de rester courtoise:
-- Bonjour, mon piano est-il prêt ?
L'attitude apeurée de l'homme me tape sur les nerfs. Je sais bien qu'il n'a pas grands pouvoirs ici, je veux juste des nouvelles et leur faire comprendre que ça commence à devenir urgent. Il m'invite à le suivre dans l'arrière-boutique pour me montrer l'avancement du travail. Je découvre l'horreur: non pas que le piano soit ouvert - ça me semble le minimum pour pouvoir intervenir, mais les panneaux de bois vernis ont été posé n'importe comment contre les murs, sans rien pour les protéger. La mécanique traîne au sol, et il suffirait d'un moment d'inattention pour marcher dessus. Le clavier, enfin: mais bon Dieu ! Jamais ils se lavent les mains avant de toucher à un instrument ? Ça me révolte, et mon vernis de retenue explose. Je préviens l'employé qu'ils ont intérêt à faire vite, très vite, parce que là, ça ressemble à du grand n'importe quoi.
Je n'attends même pas de réponse de sa part, j'ai d'autres chats à fouetter. Je repars quand mon oeil est attiré par une valse de Chopin dans les rayons. C'est celle que je leur avais commandé il y plus de quatre mois. Ils ne m'ont jamais appelé et je la vois aujourd'hui en quatre exemplaires. Ça m'achève... Je saisis le livret, signalant au bonhomme que je la lui paierai un autre jour.
Je quitte rapidement les lieux, le vent fait claquer la porte que je n'ai pas le temps de retenir, tant pis: c'est bientôt la sortie des classes et j'ai le petit à récupérer.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 14:04:33 Répondre en citant
Autre subjectivité

Je suis tranquillement en train de terminer la comptabilité lorsqu'entre en coup de vent une femme. Elle est bien jolie, dommage qu'elle est l'air si furieuse. Son visage me dit quelque chose. Oui, ça me revient, c'est la propriétaire du piano. Dire qu'elle a peut-être essayé de nous joindre par téléphone... Je me demande quand est-ce qu'un employé des télécoms va enfin venir réparer notre installation.
Elle me demande des nouvelles de son instrument, bien sûr. Je n'ai pas eu le temps de réfléchir, et stupidement, je l'ammène dans l'arrière-boutique. Evidemment, elle voit rouge en apercevant le piano. J'aurais peut-être dû tout ranger, mais je ne suis pas musicien, juste caissier. Comment lui dire que le gérant de la boutique a fait une crise cardiaque il y a dix jours ? Il s'est effondré sur le clavier, ça a fait un boucan d'enfer quand les panneaux de bois sont tombés sous son poids. J'ai eu une trouille bleue qu'il passe l'arme à gauche, mais bon, ce matin, sa femme semblait dire qu'il serait de retour avant la fin de semaine.
Je ne vais pas commencer à sortir le couplet dramatique à cette cliente dont l'énervement semble être une façade à son agoisse. Je fais un mea culpa, lui promets de prévenir qui de droit. Elle fait demi-tour sans rien dire et s'arrête dans l'allée devant une partition qu'elle saisit. Une sorte de revanche, je suppose. Une façon de ne pas repartir "perdante". Je suis attristé. Les gens devraient se parler plus qu'ils ne le font. S'écouter aussi.
Elle claque la porte en sortant du magasin. J'ai une pointe de compassion pour cette belle femme. Demain, j'appellerai un collègue plus au sud de la ville pour faire sous-traiter la réparation.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !


Dernière édition par Wiliam le Mer 29 Mar 2006, 15:15:13; édité 1 fois
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 29 Mar 2006, 14:21:16 Répondre en citant
bound bound bound
C'est sympa de savoir qu'il en reste encore 93...
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 14:23:05 Répondre en citant
Musical

Quatre heures sonnent au clocher quand une sirène pénètre la chambre accoustique tambour battant. Sa tessiture sonne à l'oreille tendue et inquiète: l'instrument chante-il enfin comme autrefois ? Mais l'organiste prolonge la pause, maintient le silence et la guide adagio jusqu'à la mesure suivante. La diva monte dans les aigus en apercevant le piano étendu tel un bruit blanc.
Des trémolos dans la voix, elle vibre ad libitum et s'éloigne prestissimo. Pourtant, on prête l'oreille au duo qu'elle forme au passage, accompagnée d'une valse mélancolique. Elle plaque enfin l'accord final d'un battement de porte.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !


Dernière édition par Wiliam le Mer 29 Mar 2006, 14:51:58; édité 1 fois
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 29 Mar 2006, 14:33:24 Répondre en citant
Wili m'a tuer!

(je suis le seul fan ou les autres lisent silencieusement? pensif )
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
cafeinoman
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 1 090
Localisation: nantes
Humeur du Jour: yipiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

MessageMer 29 Mar 2006, 14:48:16 Répondre en citant
Démo a écrit:
Wili m'a tuer!

(je suis le seul fan ou les autres lisent silencieusement? pensif )



.................... bound bound
____________________
LOL
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 15:17:44 Répondre en citant
Court

Mélisande entre pour savoir si le piano est prêt: non. On lui montre l'instrument en morceaux. Elle s'énerve et repart avec une partition de Chopin.


whistle
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 29 Mar 2006, 15:24:17 Répondre en citant
wiliam kain a écrit:
(ça c'est un clin d'oeil facile au jeu-concours)


Tu dois pouvoir faire aussi le "complet", l'acrostiche du piano (ou de Méli) et le logo-rallye (bouteille, jupe, sourcil, pièce, ciel, micro-onde, caillou).

La tartine, ça rique d'être un peu plus dur, mais te connaissant...
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 15:35:32 Répondre en citant
Hésitantes digressions

Un jour - je dirais bien hier mais je n'en suis plus très sûr, une dame est entrée dans la boutique. Ou une demoiselle ? En tout cas, elle semblait jeune. Mais peut-être mariée. Même mère de famille qui sait ? Elle portait des vêtements colorés, quelque chose d'assez soutenu, peut-être rouge ou vert. Une sorte de jupe longue... On pourrait dire une robe, mais une robe, ça descend nécessairement jusqu'aux pieds, non ? Or je crois bien qu'on voyait ses mollets. Enfin, ses mollets, je ne le jurerais pas, mais ses pieds, si. D'ailleurs elle avait des tennis blanches. Ou des sandalettes ? Un truc en coton blanc, quoi. En coton ou dans un autre tissu, mais ça avait l'aspect du coton. Remarquez, je ne me suis pas penché pour vérifier, n'est-ce pas... Moi j'étais juste là pour acheter une flute pour mon neveu. Je dis mon neveu, mais c'est le fils de ma demi-soeur. Je ne sais pas si on peut dire quand même neveu. Bref, il voulait une flûte (ou son école avait demandé à ce qu'il en achète une) et donc j'étais venu dans ce magasin pour ça.
Toujours est-il que la demoiselle avait l'air faché. Non, pas faché, mais plutôt inquiet. Mieux: contrarié. Elle s'adressa à l'employé, un vieux bonhomme grincheux... Ah non, je suis bête ! Le vieux bonhomme grincheux, c'est le gérant du bar-tabac, celui de la rue principale (à deux pas d'ici, d'ailleurs). Là, c'était plutôt un homme d'une trentaine d'années. Peut-être plus vieux, cela dit, mais je n'ai jamais été très fort pour donner un âge à quelqu'un. Tenez, notre voisine, madame Marot, j'ai appris qu'elle avait cinquante ans ! Qui l'eut crû ? Cinquante ans et pas une ride ! Enfin presque pas une. Ses mains la trahissent un peu, mais quand même ! Moi j'aurais dit la quarantaine, tout au plus !
Où j'en étais ? Ah oui, l'employé donc: un homme jeune et pas très soigneux. Je dis pas très soigneux, parce que sur sa chemise (enfin, ça ressemblait à une chemise, mais sans col) il y avait une tache de graisse. Ou de sauce tomate, j'hésite. Mais bon, comme la chemise était plutôt orangée (disons que je la voyais orangée sous la lumière du magasin), ça pourrait bien être de la tomate. Je me suis dit qu'il aurait dû tout de suite la passer à l'eau, sa tache, parce que maintenant, il va falloir qu'il l'amène au teinturier. Et moi qui ai déjà eu affaire à des taches tenaces, je peux vous dire que même chez le teinturier, ça pourrait ne pas partir. En fait, ça dépend de l'âge de la tache.
Tenez... Quoi ? Vous partez ?
Bien. Je vous expliquerai plus tard pour les taches, alors...
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !


Dernière édition par Wiliam le Mer 29 Mar 2006, 15:39:01; édité 2 fois
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 15:36:50 Répondre en citant
Démo a écrit:
wiliam kain a écrit:
(ça c'est un clin d'oeil facile au jeu-concours)


Tu dois pouvoir faire aussi le "complet", l'acrostiche du piano (ou de Méli) et le logo-rallye (bouteille, jupe, sourcil, pièce, ciel, micro-onde, caillou).

La tartine, ça rique d'être un peu plus dur, mais te connaissant...


whistle euh... non merci sans façon... Mr. Green
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 16:02:35 Répondre en citant
Obsédé

L'autre jour, une bombe sexuelle pénètre dans un lieu sombre et chaud. La coquine porte une robe moulante érotique à souhait: les seins bien dessinés sous le tissu tendu, le téton érigé, les hanches enserrées par le coton vert tendre... Elle avance vers le fond du magasin, et on devine très bien ses cuisses nues qui glissent l'une contre l'autre à chacun de ses pas.
Elle se penche sur le bureau, les deux globes en avant. L'employé a les yeux qui s'affolent, il louche sur le décolleté, il transpire et déjà, ça se tend dans son pantalon. Pour l'instant tout va bien, il est assis et il compte le rester. Mais la fille se penche encore. Elle est fâchée pour une histoire de piano. La voilà qui appuie maintenant son pubis sur le bord du bureau. Elle a beau être en colère, elle a bien senti le trouble du jeune homme, et ça ne la laisse pas indifférente.
L'employé se dit que l'occasion est trop belle, il se lève pour mener l'aguicheuse dans l'arrière-boutique. Mélisande - c'est le nom de la fille - remarque la bosse dans le pantalon à pinces. La situation la perturbe, et elle sent une humidité sourdre de son entrejambe. Si elle avait eu le temps, c'est clair, elle le déboutonnerait sur place et le violerait séance tenante.
Le jeune homme lui montre le piano en pièces. La nana l'examine: elle se penche en avant, elle s'accroupit, sa jupe remonte et découvre ses cuisses. Elle s'offre en spectacle et le bonhomme se rince l'oeil.
Contente de son effet, elle repart, et dernier clin d'oeil, grimpe sur une échelle coulissante pour attraper une partition. L'employé juste à la verticale s'aperçoit qu'elle ne porte rien sous le vêtement. Elle s'en va finalement... Reste dans le magasin un homme seul avec une érection d'enfer.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !


Dernière édition par Wiliam le Mer 29 Mar 2006, 16:35:13; édité 1 fois
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageMer 29 Mar 2006, 16:16:18 Répondre en citant
je lis depuis ce matin...
moi j'adore ce mec... kis
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 29 Mar 2006, 16:25:36 Répondre en citant
wiliam kain a écrit:
scéance tenante.


J'imagine la sène! (en toute bienscéance) Rolling Eyes


C'est un régal ce topic!
J'me répète mais pourquoi être avare de compliments (c'est Onde qui paie en plus)?
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 16:33:34 Répondre en citant
ah merde, je vais corriger...
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 16:33:57 Répondre en citant
Alexandrins

L'autre jour Mélisande entre dans la boutique,
Une robe vert clair, chaussée de tennis blanches
Des cheveux blonds dorés, voix flûtée de mésange
Elle a tout de la fée, et rien d'une Monique.

Elle n'a pas de nouvelles: qu'en est-il du piano ?
L'employé est timide, son discours hésitant
Si bien que la donzelle s'énerve maintenant
Elle exige de voir l'instrument illico.

Dans la pièce du fond c'est un triste spectacle
Les marteaux sont au sol, les touches sont salies,
Sur les panneaux de bois est griffé le vernis...
Mélisande voit rouge, étouffe un "Tabernacle !"

Elle fait demi-tour, mais s'arrête un instant:
Parmi les partitions, ell' saisit un Chopin,
La valse qu'elle préfère (celle du petit chien)
Puis s'en va en claquant la porte fermement.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageMer 29 Mar 2006, 16:44:53 Répondre en citant
pensif

Cet homme est il un être humain? Wili, avoue: t'as un logiciel dans la tête, alimenté par des émotions.
tant de forme et de sens, c'est insensé
____________________
debout!
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 29 Mar 2006, 17:00:16 Répondre en citant
La disparition

Un jour dans un magasin musical arriva la nana, habit pas gris, poil blond. La souris visa au fond un gars jauni: "Mon piano, l'as-tu fini ?"
Mais non, il gisait toujours là-bas, bâillant, bois pourri. La nana bougonna, grogna, râla... Puis à la fin partit, attrapant dans l'amas d'abondants tracts un truc à la Chopin.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Retour de flamme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com