Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Les mots à placer : La manivelle
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> L'Amuse-Plume -> Jeux d'écriture terminés
Sujet précédent :: Sujet suivant  

Quels "mots à placer" ont votre préférence ? Ceux de ...
Aladin
0%
 0%  [ 0 ]
Axior
0%
 0%  [ 0 ]
Fréhelle
17%
 17%  [ 3 ]
Lal Behi
11%
 11%  [ 2 ]
Lunatik
23%
 23%  [ 4 ]
Margot
5%
 5%  [ 1 ]
Morgane
11%
 11%  [ 2 ]
Onde
5%
 5%  [ 1 ]
Syane
5%
 5%  [ 1 ]
Une Nouvelle Vie
0%
 0%  [ 0 ]
Wiliam
11%
 11%  [ 2 ]
Yno
0%
 0%  [ 0 ]
Yunette
5%
 5%  [ 1 ]
Total des votes : 17

Auteur Message
Onde
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2005
Messages: 5 713
Localisation: Cesson

MessageVen 27 Fév 2009, 01:14:08 Répondre en citant
Rédiger un texte comprenant les mots ci-dessous, placés dans l'ordre et sans pluriel ou conjugaison :

Manivelle – Avouer – Crème glacée – Paris – Réchauffer – Mordre - Radiateur – Papillon – Gypsophile – Papier – Abattre – Ordinateur – Chambre d'hôte – Fouet

Le but étant de rédiger un texte le plus court possible, et jusqu'à 1000 caractères (espaces compris) maximum.



Le texte arrivé 1er est celui de Lunatik

Un tour de manivelle et les notes s’envolent comme pour avouer mes fautes aux passants. Un enfant me dévisage en laissant dégouliner sa crème glacée sur les pavés de Paris.
Un tour de manivelle pour réchauffer mon bras que le vent se plait à mordre. La rue est calme, bordée d’automobiles élégantes aux bouchons de radiateur agressifs.
Un tour de manivelle et le papillon qui virevolte sous mon crâne se pose enfin, apprivoisé. Le dos au mur, je joue, avec pour seule compagne une gypsophile rachitique qui suffoque sous la pisse de chien.
Un tour de manivelle et la magie du papier perforé apaise mes craintes. Non, je ne me laisse pas abattre, ce n’est pas ce soir encore que je rejoindrai le grand ordinateur dans les cieux orangés.
Un tour de manivelle contre un repas et une nuit en chambre d’hôte. Un peu de chaleur pour contrer l’indifférence des badauds.
Un dernier tour de manivelle et mon orgue se tait. La rue a fait de moi un âne, qui marche au fouet et à la carotte.

***


Aladin

Le pêcheur laissait filer la manivelle de son moulinet, je regardais en connaisseur le bouchon de sa ligne balloter sur l’eau. Sans me l’avouer je me sentais bien : je suçotais une crème glacée assis sur une berge de seine, le Brouhaha de Paris me semblait loin, je laissais le soleil me réchauffer, et se mordre plus les doigts n’aurait servi à rien : j’avais laissé mourir sur le radiateur – celui sur lequel ma fille avait dessiné un papillon bleu – le pot de gypsophile que ma mère défunte m’avait confié sur son lit de mort, avant-hier. Je regardais filer sur l’eau un bateau en papier, et décidais de ne pas me laisser abattre : avec le magot, fini les journées devant un ordinateur blafard, j’allais ouvrir une chambre d’hôte en Sologne, et me consacrer à la pêche au fouet.



Axior

- C'est la troisième fois en dix minutes que tu descends de l'automobile pour tourner la manivelle. Je vais finir par avouer que l’idée d’une crème glacée pour nos hôtes n'était pas si bonne : d'ici à Paris le soleil aura vite fait de la réchauffer ! Nous ne risquerons pas nous casser les dents à mordre dedans !

- Qu’est-ce que j’y peux ? Le radiateur est mort ! Tu vois ce papillon ? il y en a des centaines de coincés dedans ; C'est la gypsophile de ton bouquet qui les attire !

- Tu n’as qu’à le nettoyer, tiens ! Essaie avec ce morceau de papier !

- Te rends-tu compte du travail que tu me demandes d’abattre ? Nous ne somme pas à l’époque de l’ordinateur ma vieille, le boulot ne se fait pas tout seul.

- Laisse tomber, nous trouverons bien une chambre d’hôte en chemin pour la nuit et demain on y verra plus clair.

- T’as de la chance que je n’ai pas emmené le fouet !



Fréhelle

Et vlan ! Encore un tour de manivelle, vas-y que j’en remets une couche de critique. J’en ai ras le bol, faut avouer. A longueur de journée, madame s’empiffre de crème glacée en rêvassant de shopping à Paris, et c’est moi le fainéant ? Elle m’emmerde. Je me doute que ça va pas réchauffer l’ambiance si je le dis, mais de toute façon on lui a fait mordre la poussière depuis longtemps, à l’ambiance. Entre nous c’est température hivernale, radiateur éteint, s’entend. Elle aura pas duré longtemps, la passion ! Les « mon papillon », « mon Gypsophile », « ma cocotte en papier », et autres niaiseries. Dire que je trouvais ça mignon. Faudrait que je songe à faire abattre mes œillères en béton armé, un jour. Je me suis marié avec une emmerdeuse, et je n’ai rien vu venir. Bientôt, je vais lui lancer mon ordinateur portable à la figure, game over. Je me mettrai au vert en chambre d’hôte, la belle vie. J’attends, pour oser, le reproche de trop qui me donnera un bon coup de fouet.


Lal behi

La manivelle de ma sorbetière – un modèle antique, je dois l’avouer – est brisée. Adieu crème glacée ! C’est pourtant l’hiver, Paris voudrait se réchauffer, mais je ne souhaite qu’une chose : mordre un esquimau. Je fuis le radiateur et, avec le bruissement d’un papillon sur la gypsophile, le papier d’emballage d’un cône se déroule. Je ne me laisserai pas abattre par ceux qui houspillent les bouches-à-sucre comme moi. Mon ordinateur me trouvera une chambre d’hôte en Laponie, là où le froid, de plein fouet, forme de la glace à l’envi.



Margot

Sacré retour de manivelle, il fallait bien l’avouer.
Chipotant ma crème glacée, allongée sur le sable, je me faisais l'effet de Paris Hilton à Miami. Sauf que Miami, c’était Blériot-plage.
Bye-bye Providencia, mon paradis caribéen, je me retrouvais à me réchauffer au soleil belge et j’avais beau mordre dans les noix de macadamia de mon pot de Haagen Dasz, le radiateur estival restait à peine tiède.
Le papillon de la contredanse qui me servait de marque-page tomba du livre.
Comment appelle-on un collectionneur de pierres précieuses ? Un gypsophile ?
Je maudissais le papier du journaliste qui avait fait de moi la femme à abattre : « La Croqueuse de diamants escroquée : le butin réintègre la place Vendôme ». Je maudissais le journaliste qui avait fait de moi une femme traquée, l’ordinateur qui lui avait mis la puce à l’oreille et jusqu’à la chambre d’hôte de notre escapade romaine où mon promis s’était fait la malle avec notre futur idyllique.
Le destin avait claqué comme un coup de fouet.



Morgane

La manivelle enclenchée, il fallait avouer,
La faute ne se limitait pas à une crème glacée
Dévorée en secret juste avant le dîner.
J’étais montée à Paris, juste avant l’été,
Pour me réchauffer dans ses bras musclés….

Il aimait à me mordre, à m’attacher au radiateur,
Prisonnière des heures aux barreaux en chaleur,
Je voyais parfois approcher un papillon-voyageur,
Virevoltant dans les maigres effluves d’un gypsophile-décorateur.
Sur le papier, j ‘étais la femme à abattre. Dans son ordinateur,

Il avait trouvé, la facture de la chambre d’hôte louée …
Sombre idiote j’avais été !! Quel fabuleux acte manqué !!
J’avais donné le fouet pour me faire flageller…
Qu’allais-je donc pouvoir inventer pour argumenter ?
Mieux vaudrait-il, peut-être, dire la vérité !


Onde

« Il tournait la manivelle de son orgue de Barbarie des heures durant – sans jamais s’avouer vaincu – sous le regard amusé des touristes qui mangeaient leur crème glacée en visitant Paris. L’hiver, même s’il n'arrivait pas à se réchauffer, il ne se plaignait jamais du vent qui venait lui mordre les joues. Impossible d’installer un radiateur.
Son instrument, décoré de papillon et de gypsophile, qui possédait plusieurs rouleaux de papier à musique était son seul gagne-pain, mais le vieil homme ne se laissait pas abattre…»


- T’es où, Chérie ?
- Sur l’ordinateur ! Tu te souviens de l'organiste barbare devant notre chambre d’hôte, rue du Fouet ? Il a gagné au loto !



Syane

En fait, le supplice de la manivelle n'était rien, il faut bien l'avouer, comparé aux autres épreuves qui m'attendaient.
Juste après, j'ai dû avaler six pots de cinq cent grammes de crème glacée en une heure. Puis, en plein coeur de Paris, complètement dévêtu, il m'a fallu réchauffer une marmite de soupe sur un camping-gaz, tout en étant tenu de faire mine de mordre les passants qui m'approcheraient. Ensuite, j'ai eu l'ordre de décorer le radiateur du bureau de la direction avec des noeuds papillon, des pétales séchés de gypsophile et du papier toilette, avant d'y abattre une dizaine d'oeufs périmés. Et enfin, on m'a obligé à attacher une étudiante avec des câbles d'ordinateur à un lit dans une chambre d'hôte, et à lui donner plusieurs coups de fouet jusqu'à ce qu'elle demande grâce. Heureusement, la pauvre perdit connaissance assez rapidement - abrégeant ainsi cette ultime épreuve.
Mais bien sûr, n'importe quel bizuteur d'école de médecine vous dira que tout ça n'est qu'un jeu, hein.



Une Nouvelle Vie

Dans le quartier, tout le monde le surnommait Joe la manivelle. Il était très bel homme mais son agressivité était légendaire. Je dois vous avouer qu'il m'a laissé dans le dos un froid de crème glacée lorsque je l'ai croisé sur Paris. Pour me réchauffer, je pensais mordre un morceau de pizza brûlante mais seul un collé-serré avec le radiateur y arriva. Tel un papillon avec la légèreté du gypsophile qui ne lui ressemblait pas, il m'apporta un papier avant d'abattre tout ce qui faisait barrage sur son passage. Le soir, il me contactait sur mon ordinateur pour me suggérer un rendez-vous dans une chambre d'hôte. Surprise, ma curiosité l'emporta mais je ne m'y rendais qu'accompagnée de mon fouet.



Wiliam

Tu vois la manivelle, Raoul ? Je dois t'avouer qu'elle a une folle envie de te changer le blair en machine à crème glacée italienne, parfum groseille. Moi je dis qu'une promesse comme ça, ça fait dire des gentillesses. On prend les paris ?
Comment ça t'as oublié ? T'as gelé des neurones ? T'inquiète, ma pogne et moi, on va te réchauffer la mémoire. Et si ça suffit pas, on va te faire mordre le radiateur, c'est nickel pour dégivrer la cervelle et aligner les molaires.
Bordel, arrête de cligner des yeux façon papillon, ça m'énerve. J'ai l'impression de causer avec un boeuf allergique à la gypsophile. Et t'es blanc comme du papier mâché. Allez, faut pas te laisser abattre, ça va te revenir !
Ça y est, tu commences à te souvenir ? T'as l'ordinateur qui s'affole ? Ils ont remis la lumière dans la chambre d'hôte ? C'est bien, ça. Ho là ! Calme-toi, Raoul ! Maintenant, t'as la boite à beignets qui bat plus fort qu'un fouet ! Tu vas faire monter tes aveux en neige ! Calme-toi, Bibi va tout noter.



Yno

Mr Manivelle devait bien se l'avouer, une crème glacée, fut elle mangée dans le plus luxueux salon de thé de Paris ne pouvait le réchauffer.
Dans le miroir en face, il se regardait lécher la glace et mordre à belles dents dans la gaufrette.
Il était assis à la meilleure place, celle près de la fenêtre et du radiateur.
Il guettait l'heure, rectifiait son nœud papillon pourtant impeccable. Le bouquet composé d'une rose rouge et de gypsophile était bien en évidence sur la table, enveloppé dans son papier transparent.
L'heure tournait et il sentait la déception s'abattre sur lui. Il vérifia tout de même la date du rendez vous sur son petit ordinateur de poche
Tandis qu'il retournait dans sa petite chambre d'hôte louée pour l'occasion, le découragement le prit de plein fouet.
Cette fois encore, elle ne viendrait pas...



Yunette

Un coup de manivelle sur ton genou. Avouer… Tu allais avouer. La clé était dans… la crème glacée ? Chez Paris… il fallait la réchauffer pour l’en extraire.
Approcher mon oreille pour mieux entendre ta voix qui se faisait filet. Me faire mordre ! Traitre ! Te renvoyer d’un coup contre le radiateur, observer le sang qui gicle et s’étale sur le sol tel un papillon. Croquis d’une Gypsophile sur le papier. Comprendre on ne sait comment. S’énerver. Abattre la manivelle sur ton ordinateur. Mettre le feu à la chambre d'hôte, te sortir. T’attacher contre un arbre. M’armer d’un fouet et entamer la lente danse de la souffrance sur ton corps endolori.
Ta frêle cervelle oubliera de me mentir, la vérité. Tu me la diras. La clef que tu as cachée… Rien de mieux qu’un aimant pour la retrouver dans les cendres de ta chambre.



SONT EXCLUS DU VOTE :

Dilettante

La manivelle du gramophone s’immobilisa. Mets fins et grande musique ! Il n’avait aucune pudeur à l’avouer : dans sa cuisine aussi, il était un grand chef ! Ses clients eux-mêmes prétendaient qu’à Paris on ne pouvait trouver meilleure crème glacée ou plats à réchauffer plus fins ! Mordre dans ses brioches au petit matin, attablé contre l’archaïque radiateur, porter à sa bouche son café si serré au fond de ses tasses désuètes qu’ornait tantôt un papillon, tantôt une gypsophile, déchirer d’une dent distraite le papier sulfurisé qui protégeait ses petits cakes avant que d’aller retrouver qui son métro, qui son bureau, qui son ordinateur était sans doute la plus belle façon de démarrer une journée de labeur ! Oui ! Depuis qu’il avait plaqué le pupitre de la salle Pleyel pour cette chambre d’hôte et sa table aujourd’hui renommée, depuis qu’il avait troqué sa baguette contre le fouet avec lequel il battait tour à tour l’air et les blancs d’œufs, il était le plus heureux des maestro !


Inversion entre « crème glacée » et « Paris », et manque « abattre ».


Démo

Manivelle, tu brûles mon esprit
Ton amour (faut avouer) étrangle ma vie
Et la crème glacée, devient comme un espoir
Car dans tes mains je meurs chaque soir
Je veux partager autre chose que l'amour dans Paris
Et Réchauffer la vie et ne plus me mordre sous tes cris
Oh fini, fini pour moi
Je ne veux plus voir mon radiateur dans tes yeux

{Refrain}
Dix ans de chaîne sans papillon c'était ma peine forçat de l'amour
Et bonne chance à celui qui veut ma place
Dix ans de chaîne sans gypsophile c'était ma peine forçat de l'amour
J'ai refusé, mourir d'amour en papier

Manivelle, tu vas abattre mon cœur
C'est une illusion d’ordinateur
Et tu chantes, c'est la voix d'une enfant
Avec laquelle tu glaces mon sang
Je veux t'expliquer tu confonds et le jour et la nuit
Je veux t'approcher, mais tu tournes le dos et tu t'enfuis
Oh sais-tu vraiment ce que tu veux faire
Je ne serai plus chambre d'hôte de ta chair

{Refrain}

Et d’un coup d’fouet, mourir d'amour enchaîné
{ad lib}

Non mais vraiment ! lol7:

Papeete

-Manivelle? de quoi parles tu?
-mais de rien Papy, je disais juste: Mamie veille encore
faut dire qu'une crème glacée dégustée a cette heure tardive en plein Paris a du perturber son rythme de campagnarde
enfin une bonne tisane pour la réchauffer, un verre pour y déposer son dentier, comme ça aucun risque de se faire morde cette nuit, hein Papy... et hop au dodo la Mamie!
arrêter le "radiateur"?
c'est une clim Papy!
voilà c'est fait
oui oui on éteindra aussi la lumière pour ne pas attirer les papillons de nuit
de toutes façons le gypsophile sous la fenêtre les fait fuir
bon c'est pas tout, ca, Papy, on a beau ne plus être a l'ère du papier, j'ai quand même un sacré boulot a abattre, faut que j'aille retrouver mon ordinateur dans la chambre d'hôte.
si je finis pas ce travail, j'aurais droit au fouet d'Onde!
bonne nuit Papy !

un « s » à papillon, et manque « avouer »


Posté après la mise en place du vote :

Bluedream

La manivelle tourne sans vouloir avouer à quel endroit elle va s'arrêter, telle une roue de la fortune en vie réelle. Crème glacée, sucrée ou pamplemoussée ?
Les roues qu'on souhaite voir tourner, on ne sait jamais quand elles vont s'arrêter, à Paris, Marseille ou à Roubaix ? C'est galère.
Pour se réchauffer quand on a froid, c'est compliqué, faut une bouillotte pour mordre le gel en cas de besoin, ou un bon radiateur. Tout dépend de ce qu'on préfère avoir chez soi.
Même un papillon hésite devant un tel dilemme.
La gypsophile, elle, espère le printemps, c'est écrit sur le papier d'emballage, mais rien n'assure qu'elle soit universelle.
L'ordinateur, lui, annonce une météo équatoriale. Qui croire quand dans la chambre d'hôte règne un froid glacial, mordant comme un coup de fouet ?
A cause du chaud,du froid, pour l'instant je tremble, c'est le seul constat de l'instant présent.
De froid ou d'autre chose, quelle importance ?
Si, savoir pour quoi, pour qui j'agis. C'est important.


Dernière édition par Onde le Dim 05 Avr 2009, 21:19:40; édité 7 fois
[Haut]
Une Nouvelle Vie
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2006
Messages: 2 650
Humeur du Jour: Vivre, c'est ne pas se résigner - Camus

MessageLun 02 Mar 2009, 11:21:31 Répondre en citant
Dans le quartier, tout le monde le surnommait Joe la manivelle. Il était très bel homme mais son agressivité était légendaire. Je dois vous avouer qu'il m'a laissé dans le dos un froid de crème glacée lorsque je l'ai croisé sur Paris. Pour me réchauffer, je pensais mordre un morceau de pizza brûlante mais seul un collé-serré avec le radiateur y arriva. Tel un papillon avec la légèreté du gypsophile qui ne lui ressemblait pas, il m'apporta un papier avant d'abattre tout ce qui faisait barrage sur son passage. Le soir, il me contactait sur mon ordinateur pour me suggérer un rendez-vous dans une chambre d'hôte. Surprise, ma curiosité l'emporta mais je ne m'y rendais qu'accompagnée de mon fouet.

____________________
"Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art." Baudelaire
[Haut]
Dilettante
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 73
Localisation: mare nostrum

MessageLun 02 Mar 2009, 12:55:56 Répondre en citant
Le texte initialement proposé ici a été transféré à la rubrique "effeuillage". Une contribution plus accessible est proposée supra...

D.


Dernière édition par Dilettante le Lun 02 Mar 2009, 18:56:33; édité 8 fois
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageLun 02 Mar 2009, 13:12:41 Répondre en citant
Shocked
Diable ! La concurrence est rude !

Vos textes sont super !
"Joe la manivelle" est vraiment bien trouvé, mais cette image est magnifique :
Dilettante a écrit:
Quand d’une lente rotation de ses mains sur la manivelle elle fit entrer par les lames du volet roulant une raie de lumière qui vint crever la lourde pénombre de cette pièce déserte,


Je crois que j'aurais dû éviter de vous lire avant de composer ! hein
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Dilettante
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 73
Localisation: mare nostrum

MessageLun 02 Mar 2009, 18:30:03 Répondre en citant
Certains ont su souligner en MP le côté trop osé de ma première contribution... Si après, un second texte pour concourir dans la catégorie "tout public"...

D.

La manivelle du gramophone s’immobilisa. Mets fins et grande musique ! Il n’avait aucune pudeur à l’avouer : dans sa cuisine aussi, il était un grand chef ! Ses clients eux-mêmes prétendaient qu’à Paris on ne pouvait trouver meilleure crème glacée ou plats à réchauffer plus fins ! Mordre dans ses brioches au petit matin, attablé contre l’archaïque radiateur, porter à sa bouche son café si serré au fond de ses tasses désuètes qu’ornait tantôt un papillon, tantôt une gypsophile, déchirer d’une dent distraite le papier sulfurisé qui protégeait ses petits cakes avant que d’aller retrouver qui son métro, qui son bureau, qui son ordinateur était sans doute la plus belle façon de démarrer une journée de labeur ! Oui ! Depuis qu’il avait plaqué le pupitre de la salle Pleyel pour cette chambre d’hôte et sa table aujourd’hui renommée, depuis qu’il avait troqué sa baguette contre le fouet avec lequel il battait tour à tour l’air et les blancs d’œufs, il était le plus heureux des maestro !
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageLun 02 Mar 2009, 22:18:24 Répondre en citant
Sacré retour de manivelle, il fallait bien l’avouer.
Chipotant ma crème glacée, allongée sur le sable, je me faisais l'effet de Paris Hilton à Miami. Sauf que Miami, c’était Blériot-plage.
Bye-bye Providencia, mon paradis caribéen, je me retrouvais à me réchauffer au soleil belge et j’avais beau mordre dans les noix de macadamia de mon pot de Haagen Dasz, le radiateur estival restait à peine tiède.
Le papillon de la contredanse qui me servait de marque-page tomba du livre.
Comment appelle-on un collectionneur de pierres précieuses ? Un gypsophile ?
Je maudissais le papier du journaliste qui avait fait de moi la femme à abattre : « La Croqueuse de diamants escroquée : le butin réintègre la place Vendôme ». Je maudissais le journaliste qui avait fait de moi une femme traquée, l’ordinateur qui lui avait mis la puce à l’oreille et jusqu’à la chambre d’hôte de notre escapade romaine où mon promis s’était fait la malle avec notre futur idyllique.
Le destin avait claqué comme un coup de fouet.

____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Une Nouvelle Vie
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2006
Messages: 2 650
Humeur du Jour: Vivre, c'est ne pas se résigner - Camus

MessageLun 02 Mar 2009, 22:24:04 Répondre en citant
Margot a écrit:

Bye-bye Providencia, mon paradis caribéen, je me retrouvais à me réchauffer au soleil belge .


lol7:

Excellent !!
____________________
"Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art." Baudelaire
[Haut]
Morgane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2005
Messages: 1 003
Localisation: loin, loin, très loin...
Humeur du Jour: je sais plus...

MessageLun 02 Mar 2009, 23:16:48 Répondre en citant
Allez je le tente !!!
Ca m'a trop manqué !!

La manivelle enclenchée, il fallait avouer,
La faute ne se limitait pas à une crème glacée
Dévorée en secret juste avant le dîner.
J’étais montée à Paris, juste avant l’été,
Pour me réchauffer dans ses bras musclés….

Il aimait à me mordre, à m’attacher au radiateur,
Prisonnière des heures aux barreaux en chaleur,
Je voyais parfois approcher un papillon-voyageur,
Virevoltant dans les maigres effluves d’un gypsophile-décorateur.
Sur le papier, j ‘étais la femme à abattre. Dans son ordinateur,

Il avait trouvé, la facture de la chambre d’hôte louée …
Sombre idiote j’avais été !! Quel fabuleux acte manqué !!
J’avais donné le fouet pour me faire flageller…
Qu’allais-je donc pouvoir inventer pour argumenter ?
Mieux vaudrait-il, peut-être, dire la vérité !
____________________
On s'habitue à tout, même à l'enfer...
[Haut]
Dilettante
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2005
Messages: 73
Localisation: mare nostrum

MessageMar 03 Mar 2009, 12:09:44 Répondre en citant
Outre le plaisir que j'ai à lire ces trés courts textes écrits sous la contrainte (celui de Margot, sublimes premières lignes d'une future livraison de la Série Noire, celui de Morgane, confession d'une enfant gâtée), je ne peux m'empêcher de rapprocher la toute dernière phrase de Morgane de sa signature automatique : "Mieux vaudrait-il, peut être, dire la vérité : on s'habitue à tout, même à l'enfer."

D.
[Haut]
frehelle
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 34
Localisation: En vrai: ville polluée; De coeur: mer et vent

MessageMar 03 Mar 2009, 15:07:36 Répondre en citant
Et vlan ! Encore un tour de manivelle, vas-y que j’en remets une couche de critique. J’en ai ras le bol, faut avouer. A longueur de journée, madame s’empiffre de crème glacée en rêvassant de shopping à Paris, et c’est moi le fainéant ? Elle m’emmerde. Je me doute que ça va pas réchauffer l’ambiance si je le dis, mais de toute façon on lui a fait mordre la poussière depuis longtemps, à l’ambiance. Entre nous c’est température hivernale, radiateur éteint, s’entend. Elle aura pas duré longtemps, la passion ! Les « mon papillon », « mon Gypsophile », « ma cocotte en papier », et autres niaiseries. Dire que je trouvais ça mignon. Faudrait que je songe à faire abattre mes œillères en béton armé, un jour. Je me suis marié avec une emmerdeuse, et je n’ai rien vu venir. Bientôt, je vais lui lancer mon ordinateur portable à la figure, game over. Je me mettrai au vert en chambre d’hôte, la belle vie. J’attends, pour oser, le reproche de trop qui me donnera un bon coup de fouet.

Dernière édition par frehelle le Mar 31 Mar 2009, 13:56:21; édité 1 fois
[Haut]
frehelle
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 34
Localisation: En vrai: ville polluée; De coeur: mer et vent

MessageMar 03 Mar 2009, 15:16:00 Répondre en citant
(bon, fallait bien que je me lance, alors voilà, c'est fait, mais c'est court, 1000 caractères, pfuh!)
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMar 03 Mar 2009, 16:12:52 Répondre en citant
Tu vois la manivelle, Raoul ? Je dois t'avouer qu'elle a une folle envie de te changer le blair en machine à crème glacée italienne, parfum groseille. Moi je dis qu'une promesse comme ça, ça fait dire des gentillesses. On prend les paris ?
Comment ça t'as oublié ? T'as gelé des neurones ? T'inquiète, ma pogne et moi, on va te réchauffer la mémoire. Et si ça suffit pas, on va te faire mordre le radiateur, c'est nickel pour dégivrer la cervelle et aligner les molaires.
Bordel, arrête de cligner des yeux façon papillon, ça m'énerve. J'ai l'impression de causer avec un boeuf allergique à la gypsophile. Et t'es blanc comme du papier mâché. Allez, faut pas te laisser abattre, ça va te revenir !
Ça y est, tu commences à te souvenir ? T'as l'ordinateur qui s'affole ? Ils ont remis la lumière dans la chambre d'hôte ? C'est bien, ça. Ho là ! Calme-toi, Raoul ! Maintenant, t'as la boite à beignets qui bat plus fort qu'un fouet ! Tu vas faire monter tes aveux en neige ! Calme-toi, Bibi va tout noter.
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMar 03 Mar 2009, 16:13:23 Répondre en citant
(1000 signes pile-poil Mr. Green )
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageMar 03 Mar 2009, 16:44:41 Répondre en citant
voici mon...comment dirais-je...mon"oeuvre"


Mr Manivelle devait bien se l'avouer, une crème glacée, fut elle mangée dans le plus luxueux salon de thé de Paris ne pouvait le réchauffer.
Dans le miroir en face, il se regardait lécher la glace et mordre à belles dents dans la gaufrette.
Il était assis à la meilleure place, celle près de la fenêtre et du radiateur.
Il guettait l'heure, rectifiait son nœud papillon pourtant impeccable. Le bouquet composé d'une rose rouge et de gypsophile était bien en évidence sur la table, enveloppé dans son papier transparent.
L'heure tournait et il sentait la déception s'abattre sur lui. Il vérifia tout de même la date du rendez vous sur son petit ordinateur de poche
Tandis qu'il retournait dans sa petite chambre d'hôte louée pour l'occasion, le découragement le prit de plein fouet.
Cette fois encore, elle ne viendrait pas...
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...


Dernière édition par Yno le Mar 03 Mar 2009, 17:28:25; édité 1 fois
[Haut]
frehelle
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 34
Localisation: En vrai: ville polluée; De coeur: mer et vent

MessageMar 03 Mar 2009, 16:49:44 Répondre en citant
hé bé dites donc, y'a du niveau...! J'aurais dû me méfier avant de participer! Bravo, les gens, je suis impressionnée!
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 03 Mar 2009, 18:14:28 Répondre en citant
Bon bon bon... voilà voilà... malheureux jury qui va devoir départager les candidats et décider du vainqueur... whistle

Félicitations à tout le monde ! Nos textes sont très réussis ! Mr. Green
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMar 03 Mar 2009, 20:05:29 Répondre en citant
(c'est clair que c'est pas évident de passer après vos prouesses, ahem me voililala...en tout petit, faisez pas trop gaffe Mr. Green )

En fait, le supplice de la manivelle n'était rien, il faut bien l'avouer, comparé aux autres épreuves qui m'attendaient.
Juste après, j'ai dû avaler six pots de cinq cent grammes de crème glacée en une heure. Puis, en plein coeur de Paris, complètement dévêtu, il m'a fallu réchauffer une marmite de soupe sur un camping-gaz, tout en étant tenu de faire mine de mordre les passants qui m'approcheraient. Ensuite, j'ai eu l'ordre de décorer le radiateur du bureau de la direction avec des noeuds papillon, des pétales séchés de gypsophile et du papier toilette, avant d'y abattre une dizaine d'oeufs périmés. Et enfin, on m'a obligé à attacher une étudiante avec des câbles d'ordinateur à un lit dans une chambre d'hôte, et à lui donner plusieurs coups de fouet jusqu'à ce qu'elle demande grâce. Heureusement, la pauvre perdit connaissance assez rapidement - abrégeant ainsi cette ultime épreuve.
Mais bien sûr, n'importe quel bizuteur d'école de médecine vous dira que tout ça n'est qu'un jeu, hein.


Dernière édition par Syane le Mar 03 Mar 2009, 20:21:43; édité 1 fois
[Haut]
Une Nouvelle Vie
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2006
Messages: 2 650
Humeur du Jour: Vivre, c'est ne pas se résigner - Camus

MessageMar 03 Mar 2009, 20:09:37 Répondre en citant
bound

Super Syane Smile
____________________
"Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art." Baudelaire
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 03 Mar 2009, 20:21:00 Répondre en citant
Syane a écrit:
en étant tenu de faire mine de mordre les passants qui m'approcheraient.

lol7:
Pauvre bizuth ! Mr. Green
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMar 03 Mar 2009, 20:41:34 Répondre en citant
(Dans l'idéal, pendant la lecture, il faut écouter ça : http://www.deezer.com/track/gabrielle-T128424)


Manivelle, tu brûles mon esprit
Ton amour (faut avouer) étrangle ma vie
Et la crème glacée, devient comme un espoir
Car dans tes mains je meurs chaque soir
Je veux partager autre chose que l'amour dans Paris
Et Réchauffer la vie et ne plus me mordre sous tes cris
Oh fini, fini pour moi
Je ne veux plus voir mon radiateur dans tes yeux

{Refrain}
Dix ans de chaîne sans papillon c'était ma peine forçat de l'amour
Et bonne chance à celui qui veut ma place
Dix ans de chaîne sans gypsophile c'était ma peine forçat de l'amour
J'ai refusé, mourir d'amour en papier
           
Manivelle, tu vas abattre mon cœur
C'est une illusion d’ordinateur
Et tu chantes, c'est la voix d'une enfant
Avec laquelle tu glaces mon sang
Je veux t'expliquer tu confonds et le jour et la nuit
Je veux t'approcher, mais tu tournes le dos et tu t'enfuis
Oh sais-tu vraiment ce que tu veux faire
Je ne serai plus chambre d'hôte de ta chair

{Refrain}

Et d’un coup d’fouet, mourir d'amour enchaîné
{ad lib}


(ce qui me permet de réaliser par le même coup l'exercice d'un vieux casse-tête et de prendre un point-statut supplémentaire au passage. C'est pas démoniaque, ça ?)
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 03 Mar 2009, 20:46:09 Répondre en citant
Démo a écrit:
Manivelle, tu brûles mon esprit
(...)
ce qui me permet de réaliser par le même coup l'exercice d'un vieux casse-tête et de prendre un point-statut supplémentaire au passage. C'est pas démoniaque, ça ?

lol7:
Quel vieux grigou !
C'est n'importe quoi ce texte !
Manivelle (...) dix ans de chaînes sans gypsophile ! non mais vraiment, ça veut dire quoi ? lol7:

En même temps, ça me fait rire tes bêtises.
Tu mériterais bien un 1/4 de point pour ça kis
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMar 03 Mar 2009, 20:50:47 Répondre en citant
Démo a écrit:

Je ne veux plus voir mon radiateur dans tes yeux

lol7: Je crois que c'est ma strophe préférée ! lol7:

(sinon, t'es tellement retors que t'as même réussi à choisir un vieux casse-tête qui n'est plus en ligne !)
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageMar 03 Mar 2009, 21:56:44 Répondre en citant
Démo a écrit:

J'ai refusé, mourir d'amour en papier


alors moi ma préférée c'est celle là...
j'adhère à fond lol7: lol7:
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...
[Haut]
Lal Behi
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2009
Messages: 69

MessageMer 04 Mar 2009, 22:39:10 Répondre en citant
Voilà ma première participation au forum. Mais en 538 caractères, c'est à peu près n'importe quoi...

La manivelle de ma sorbetière – un modèle antique, je dois l’avouer – est brisée. Adieu crème glacée ! C’est pourtant l’hiver, Paris voudrait se réchauffer, mais je ne souhaite qu’une chose : mordre un esquimau. Je fuis le radiateur et, avec le bruissement d’un papillon sur la gypsophile, le papier d’emballage d’un cône se déroule. Je ne me laisserai pas abattre par ceux qui houspillent les bouches-à-sucre comme moi. Mon ordinateur me trouvera une chambre d’hôte en Laponie, là où le froid, de plein fouet, forme de la glace à l’envi.

____________________
Lal Behi > lalbehyrinthes
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 05 Mar 2009, 08:12:42 Répondre en citant
Lal Behi a écrit:
Voilà ma première participation au forum.

Plus court, impossible ! et tellement bien trouvé !
Félicitations Lal Behi !
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> L'Amuse-Plume -> Jeux d'écriture terminés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com