Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Christopher Priest, Le monde inverti.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Fragments littéraires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 15 Juin 2008, 13:19:51 Répondre en citant



Je viens de terminer Le monde inverti de Christopher Priest.
Une œuvre de SF dans l’ensemble riche et bien ficelée.
Voici le texte de quatrième :

« Helward Mann avait atteint l’âge de mille kilomètres. Il allait entrer dans la prestigieuse guilde des Topographes du Futur. Au prix d’un serment terrible : il ne révélerait jamais ce qu’il pourrait voir du monde hors de la Cité Terre. A quoi servait la Traction ? Et la Pose des Voies ? Et la Construction des Ponts ?
Helward le sut dès sa première sortie. Lentement, difficilement, la Cité progressait sur le sol inconnu d’une planète effrayante. Pour survivre, il fallait se rapprocher d’un point situé dans le Futur : l’Optimum. Et l’Optimum se dérobait sans cesse. Impossible de s’écarter du chemin, la réalité physique se disloquait aussitôt. Un ravin se refermait, une montagne s’élargissait ou s’aplanissait, les êtres vivants eux-mêmes étaient soumis à des métamorphoses monstrueuses. Dans cet univers-là, le temps se comptait en kilomètres. Et il ne s’arrêtait pas. »


L’idée d’un monde parabolique, toujours en mouvement est fantastique.
Certaines images sont très belles et frappent l’imagination, ainsi la première phrase « J’avais atteint l’âge de mille kilomètres », qui nous plonge d’emblée dans un monde où les perceptions de la réalités sont déformées, perverties. La mesure du monde ne sera pas la même pour le narrateur et pour le lecteur.

En revanche le style et l’économie générale du roman montrent des longueurs et quelques maladresses. L’auteur a manifestement voulu que la forme de son récit rende compte de la distorsion de la réalité perçue et il a multiplié les changements de point de vue et de perspective narrative. Ce choix, loin de renforcer la cohésion du roman, en éclate le sens et diminue la tension dramatique.
L’explication des phénomènes naturels propres à la Ville Terre m’a semblée « parachutée » par l’auteur qui a parfois choisi la facilité : un personnage apparaît pour apporter une explication physique aux distorsions du réel, à grands coups de formules mathématiques. Tardive, très didactique, et traitée trop rapidement, cette explication est ardue et difficilement intelligible par un lecteur non scientifique. Au final, elle n’entraîne pas l’adhésion.
La chute laisse sans réponse de nombreuses questions et c’est dommage.

Mais l’ensemble se lit avec plaisir car les personnages sont attachants et l’intrigue est prenante.
L’idée de fond soulève bon nombre de questionnements métaphysiques, politiques et sociaux et donne à réfléchir.

Chacun voit midi à sa porte.
C’est vrai au fond, mon soleil n’est pas le même que le vôtre. Smile

____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera


Dernière édition par Margot le Mar 10 Fév 2009, 23:32:39; édité 1 fois
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageDim 15 Juin 2008, 20:40:31 Répondre en citant
J'ai gardé un souvenir mitigé de ce bouquin : excellente idée, conclusion un peu faible... Excellente idée et belle exploitation : c'est vrai, la vie dans le monde inverti est passionnante car crédible.

Je croyais avoir lu un autre bouquin de lui, mais c'est de Bob Shaw : "Les yeux du temps". Pue-têtre justement que je confonds les deux car dans ce livre aussi, c'est l'exploitation d'une idée forte qui fait l'intérêt du bouquin.



Pssst, Margot... Tu sais ce que c'est qu'un inverti ? Mr. Green
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 15 Juin 2008, 21:20:34 Répondre en citant
wiliam kain a écrit:
Pssst, Margot... Tu sais ce que c'est qu'un inverti ? Mr. Green

C'est quelqu'un qui a le coeur à droite ? Mr. Green

Bon plus sérieusement, c'est bizarre que tu poses cette question( whistle ) parce que je me suis interrogée aussi sur la traduction.
Le titre original est "The inverted world" et il me semble qu'il aurait été préférable de traduire par "Le monde inversé".
Inverti est connoté sexuellement.

Cela dit, le livre développe de façon très particulière les sujets de la famille, du rapport entre les sexes et de la sexualité - les femmes de la Cité-Terre sont incapables de concevoir des filles et les hommes sont obligés de négocier auprès des chefs de villages extérieurs le prêt de quelques femmes autochtones, la domination masculine des couches supérieures de la société de la Cité, les couples masculins qui se forment dans les guildes...
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Fragments littéraires Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com