Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Souvenir futur du siècle dernier

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMer 29 Aoû 2007, 22:06:56 Répondre en citant
(mémento partiel sans avenir)


Là. Ils ne savent toujours pas si ce sont eux qui sont en train de tourner la page
ou si c’est la page qui est en train de les tourner.
Ils n’ont pas le temps de déterminer la réponse.
Ils n’ont même pas l’heur de se poser la question. Tous les deux.
Entraînés.

Chaque wagon est encore frappé du sceau
de la faucille
et du marteau,
et de l’étoile rouge
et de la CCCP
Et.
Le train semble filer à toute allure entre Moscou et Leningrad.
Pauvres fous.
C’est le vacarme mécanique
qui donne la sensation de vitesse.
Hein ?
Les banquettes en bois cognent et empêchent le sommeil.
Des babouchkas édentées,
des femmes mal et trop maquillées,
des marins identiques les uns aux autres,
des militaires pas plus distincts,
des jeunes étudiants en biologie, physique et littérature,
des animaux dodus en cage.
Tous ballottés, endoloris, en pleine nuit, yeux mi-clos subissant les aléas électriques.
Soumis.

Entre chaque wagon, un veilleur au samovar témoigne de l’atemporalité des traditions d’un voyage perpétuel.
La campagne est noire; parfois une lueur, un relief, rappellent la terre, un brin de steppe. J’ai aperçu une chauve-souris.
Trop rapide, vache miniature.
La vie du dehors entre en dedans le vaste empire clos sur lui-même.
Implosif.

Dans ces conditions, il sera inimaginable de ne pas imaginer que l’on traverse
des peuplades de fantômes,
des nuées de paroles envolées,
des rouleaux de pensées déposées,
des florilèges de scènes mythiques,
des tresses découpées de tsarines.
Transfuges ?

Ils réalisaient ici la rondeur de la planète, l’absurdité des frontières, l’infinie rapidité de l’existence et la douceur magique rigolarde d’un regard familier inconnu jusque là. Il lui aurait bien pris la main, déjà.

Le lendemain on allumera la télévision.


(A Liéna.)
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 29 Aoû 2007, 22:30:58 Répondre en citant
J'aime beaucoup l'atmosphère que tu as réussi à installer au travers de ces lignes.
Cela me laisse dans la tête l'image d'une vieille carte postale en noir et blanc. Pourquoi? I don't know!

kis
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageJeu 04 Oct 2007, 08:03:25 Répondre en citant
(Réserve de mélodies visionnées.)


Tu n'auras rien oublié.
Les uns vivant dans certaines parties du monde voient ce que les autres ne voient pas.
Les autres ont pourtant les mêmes capacités.
Ils n'ont simplement pas la même volonté. Leur attention ne se cristallise jamais sur ce que les uns voient.
Comment, pourquoi les nommer ?
C'est l'altérité réservée.

Ceux qui voient l'invisible chantent la musique inouïe.
Au sein d'un de ces endroits, tu te souviendras toujours de cette musique qui tourbillonnait.
Assis, debout, au bout de l'infiniment nulle part, l'ensoleillement omniprésent, le vent polyphonique infiltrant tes oreilles, tu jouais. De la flûte enchanteresse.
Pour tous, vivants et morts.
Les dunes si lisses. Ma course est effrénée. Puis la chute joyeuse.

Par qui, où, considérer ces visions ?
Nous sommes nombreux et uniques et seuls à les posséder.
Sans cupidité, ni avarice, ni jalousie. Tout ces sentiments ont été expulsés hors de notre monde.
Tout ce que je sais dans cette seule seconde où mon oeil entre dans le sien, c’est que c’est là où l'éternité s'achève. Et alors.
Et alors des fleurs sauvages éclosent en terre stérile.
Il faut le dire.

C’est ainsi que nos visions produisent une musique qui, elle-même, reproduit d’autres visions.
Ce monde est fait de la sorte. Qui veut le voir le voit. Partout.
Notre bateau sera sobre, désormais. Une sorte de...
Une sorte d'immobile abri arrimé, sous le toit d’une nuit de vertes mûres.
Dans cette goutte d’eau qui coule sur ta joue, s’enroule l’histoire tout entière.
La meilleure façon de parler est parfois de se terrer.


(A Mytia).
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageLun 08 Oct 2007, 20:46:26 Répondre en citant
Ce sont deux très beaux textes, Syane. très réussis. Et étrangement complémentaires malgré leur différence de traitement.
Le premier semble un court métrage en noir et blanc, le second a un parfum de Nerval.
Il y a de la musique dans ce que tu écris. De la musique et des images. Smile
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMar 09 Oct 2007, 17:07:13 Répondre en citant
Margot a écrit:
Ce sont deux très beaux textes, Syane. très réussis. Et étrangement complémentaires malgré leur différence de traitement.
Le premier semble un court métrage en noir et blanc, le second a un parfum de Nerval.
Il y a de la musique dans ce que tu écris. De la musique et des images. Smile


Très heureuse qu'ils te plaisent, Margot, ainsi qu'à Démo (pour le premier au moins).
(Mais si tu te mets à me comparer à des génies tel Nerval alors là, je ne sais vraiment pas où me mettre tant ça me semble démesuré !)

En tout cas, ce dont je suis sûre c'est que je ne dispose pas du recul nécessaire pour estimer les impressions possibles que ces textes peuvent donner à la lecture, car ils ne sont pas du tout le produit d'une création imaginaire élaborée comme telle, pas même un peu je veux dire.
C'est-à-dire que, là, j'étais trop "en dedans" pour ça, dans une démarche de description quasi immédiate d'images réelles qui me sont restées en mémoire, sans objectif préalable de rendre tel ou tel effet. C'est un des points communs entre les deux d'ailleurs.
J'ai même du mal à les relire, c'est dire; parce que ça me fait comme un effet de larsen (je ne sais pas encore trop comment expliquer ceci pour l'instant).

De ce fait, vos impressions me semblent d'autant plus intéressantes qu'elles me surprennent forcément. Par exemple, je n'aurais absolument pas imaginé donner cette impression de "noir et blanc" que vous évoquez tous deux au sujet du premier texte.
Merci.
Smile
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMar 09 Oct 2007, 17:35:45 Répondre en citant
Syane a écrit:
Très heureuse qu'ils te plaisent, Margot, ainsi qu'à Démo (pour le premier au moins).


Si, si, le deuxième me plaît également beaucoup, mais dans un autre registre. Je le trouve beaucoup plus musical que le premier (quitte à emprunter les mêmes qualificatifs que Margoton).


Y'a quand même une chose que je n'arrive pas à décoder, en tout cas qui ne me renvoie aucune image : "Une sorte d'immobile abri arrimé, sous le toit d’une nuit de vertes mûres".

Une nuit de vertes mûres??? pensif
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMar 09 Oct 2007, 17:40:48 Répondre en citant
Démo a écrit:
Une nuit de vertes mûres??? pensif


lol7:
Argh, tu me mets à la torture.
Bon en fait, c'est "vertes" dans le sens pas mûres. C'était la nuit, il y avait (entre autres) des mûres qu'on ne pouvait pas encore manger.
Voili, voilo.
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 09 Oct 2007, 18:38:15 Répondre en citant
Démo a écrit:
Une nuit de vertes mûres??? pensif

Ben oui, comme dans "J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies"
La nuit n'est pas mûre, c'est donc le crépuscule. D'ailleurs, comment la neige pourrait-elle être éblouie dans la nuit noire : faut un minimum de lumière quand même.
'sont forts ces poètes. Mr. Green
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMar 09 Oct 2007, 19:02:08 Répondre en citant
Margot a écrit:
Démo a écrit:
Une nuit de vertes mûres??? pensif

Ben oui, comme dans "J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies"
La nuit n'est pas mûre, c'est donc le crépuscule. D'ailleurs, comment la neige pourrait-elle être éblouie dans la nuit noire : faut un minimum de lumière quand même.
'sont forts ces poètes. Mr. Green


Ben tiens ! Margot va nous décliner tous les plus grands poètes. Ce topic est en passe de devenir un véritable tremplin, je vous le dis.
Ceci dit, sérieusement, sur ce vers rimbaldien je n'aurais pas dit que la nuit n'était pas mûre.
Mah, j'suis pas prof de français, faut dire. Mr. Green (<- ceci est une banane verte roulée en boule).
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 09 Oct 2007, 19:07:56 Répondre en citant
Syane a écrit:
Ben tiens ! Margot va nous décliner tous les plus grands poètes. Ce topic est en passe de devenir un véritable tremplin, je vous le dis.
Ceci dit, sérieusement, sur ce vers rimbaldien je n'aurais pas dit que la nuit n'était pas mûre.
Mah, j'suis pas prof de français, faut dire. Mr. Green (<- ceci est une banane verte roulée en boule).

lol7:
Non mais vraiment ! Mr. Green
Tu croyais sincèrement que c'était l'interprétation que je donnais du vers de Rimbaud ? Que vais-je bien pouvoir trouver à dire sur "ithyphalliques et pioupiesques" ? (surtout qu'il y a parmi nous des puristes qui détestent les néologismes dégoûtants) Mr. Green

Et puis Margot ne décline rien, sauf toute responsabilité ! Mr. Green
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageMar 09 Oct 2007, 19:19:39 Répondre en citant
Margot a écrit:
lol7:
Non mais vraiment ! Mr. Green
Tu croyais sincèrement que c'était l'interprétation que je donnais du vers de Rimbaud ?


Mr. Green
J'avoue que j'ai eu comme un doute.
Est-ce de l'art ou du cochon, me suis-je dit ?

Margot a écrit:
Que vais-je bien pouvoir trouver à dire sur "ithyphalliques et pioupiesques" ? (surtout qu'il y a parmi nous des puristes qui détestent les néologismes dégoûtants) Mr. Green


Je ne sais, mais j'ai toute confiance pour que tu nous emmènes très loin.
D'autant que :
Margot a écrit:
Et puis Margot ne décline rien, sauf toute responsabilité ! Mr. Green


Où sont les puristes ? Qu'ils passent en premier !
tongue:
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com