Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Quand tu t'y mets

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aquaviva
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2006
Messages: 75
Localisation: 14ème- Serra di ferro
Humeur du Jour: loufoque

MessageSam 11 Aoû 2007, 21:37:07 Répondre en citant
Quand tu t’y mets


Envie de déchirer, mordre, donner des coups de latte.
J’aime pas la vie, elle joue des tours de vache et j’enrage, pas douée de patience.
La couardise existe, je ne connais qu’elle. C’en est un, c’est un couard, un minable, un ratiocineur, rien d’autre.

Envie de sortir ce soir, de traîner dans les rues, de rencontrer un homme, des hommes, d’en prendre un au vol et de me passer l’envie de baiser avec lui ou un autre. Comme ça.

J’ai souhaité le retrouver en terrasse de son habituelle brasserie et d’arriver tout gentiment. Et le gifler, tranquillement. Il fuit, depuis des mois il fuit.
Au restaurant, la dernière fois, il a échappé de peu à ma réaction : la canette de tsin-tao me démangeait, j’avais terriblement envie de la lui verser sur la tête, il avait été infect. Il y a échappé de peu, très peu.

La fuite, les mots évasifs, la maladie, les prétextes, le travail, le travail et le travail, et les mensonges, je les connais.
Son incapacité à dire nettement « c’est fini » ou de me demander de l'aide, ses fuites et ses barrière m'exaspèrent.
A se retrancher derrière sa santé et ses vapeurs. Une vraie chochotte que ce type. Il a toujours été fragile, mais rayonnant par delà cette fragilité, d'une énergie électrique, on ne la percevait pas.
C’est vrai : la maladie est là, je ne sais pas grand-chose d’elle. Il s’évanouit, il maigrit, il se cache pour ne reparaître qu’alerte et dynamique, égal à son image. Pour tout le monde, il est « le professeur », le type drôle et pertinent, sur tout.

Pour moi, non. Il est fragile, angoissé, possessif, je le vanne et le calme et je ne me reconnais pas si calme, il m'apaise et lui aussi. Comme personne.
Nous ne connaissions pas la paix, l’un sans l’autre, ça nous est venu ensemble et ça y ressemble encore parfois, comme un répit, un moment coupé de tout et de tous.
Tout serait si simple s’il se laissait aller et moi aussi.

Pourquoi m’éloigner, me rejeter, se soustraire à toute discussion, non pas que je sois morbide mais nous avions tant de projet, partir pour l « ’île resplendissante », voir son fils grandir et son reflet dans ses yeux.

Non, il disparaît, il se mure et se tait. Il sait que je m’en fous de sa maladie, bien que j’ai peur de l’avance de l’âge et que je ne veuille pas d’autre lien que celui de l’envie l’un de l’autre, je lui suis attachée comme une chienne, comme une moule à son rocher, je n’y peux plus rien.
On n'a pas reparlé de mariage, j'en ai peur, j’ai connu et ça ne m’a pas réussi, j’ai horreur de ce mot, de tout ce qu’il évoque. Et forcément, de son corollaire : veuvage, quelle horreur ! Notre différence d’âge n’était pas perceptible au départ, elle le devient, même si entre son dynamisme et ma nonchalance on faisait bien la balance. Là, c'est le déclin.

L’enfant est là, lumineux et gazouillant, aussi, il ne veut plus le voir. Reproches sur mon inconséquence. Merci, nous étions deux.

Il se terre dans son appartement, laisse le répondeur. Les bouteilles s’entassent, le whyskie est partout ; et la fumée aussi.
La période de campagne quand il était à l’eau, avec les yeux clairs et transparents, passée.
Il sait parfaitement que ce côté évasif et piteux va m’empêcher de m’envoyer en l’air avec le premier venu, ainsi que je le voudrai, que je le désire. L’envie est là, mais je n’arrive pas. Engluée, emberlificotée. Je n’ai jamais été de bois, on le sait.

C’est lui qui avait fait des pieds et des mains pour conjurer mon incrédulité, mon scepticisme devant tout sentiment, je ne souhaitais pas m’attacher. Pourquoi faire ? Tout est si fugace, si volatif, n’avais-je pas raison ?

Ruben savait tout ça, il savait tout, mon crocrodile juif praguois, avec sa sagesse distante et compassée. Quand je lui avais dit, après notre première étreinte ratée que je pouvais le faire avec n’importe qui, il m’avait répondu « mais tu ne le fera pas ». Et c’était vrai, j’avais attendu 3 mois, les jambes en coton et les mains hardies la nuit, 3 mois avant de le retrouver.

Mes jambes me portent ce soir vers notre quartier, vers son bar, je n’y suis jamais allée seule, il m’y a amenée et caressé mon dos nu devant tout le monde.
Ses aventures d’un soir et sa chère amie entremetteuse sont là, toujours là. Elles seraient là, peintes, parfumées et provocantes, comme toujours. Talons hauts et mains vernies. Qu’est-ce qui l’a attiré chez moi, qui suis tout le contraire ?
J’aimerai rentrer, m’installer et boire, provoquer ses amis, les laisser me mettre la main au cul et repartir avec l’un d’entre eux.
Ce serait si bon. Si énorme et vexant pour lui. Une raison, une raison enfin pour justifier sa jalousie, rien qu’une !
Sa jalousie ne m’a plus laissé de répit, inattendue, sournoise, serpentine, depuis l’année dernière, elle s’insinue partout.
Comment imaginer qu’il allait s’acharner à des questions puériles, sur mon ex, et devoir me justifier, moi ? Non.

Bien entendu, nous n’avions pas parlé de Ruben, mais celui-ci ne savait pas quels orages il avait provoqué quand il avait parlé de moi et de nos voyages en Irlande, nos escapades, nos pauvres relations où chacun était bien plus amical qu’amoureux.
La seule évocation qu’il en avait faite c’était « on t’a proposé la botte en Irlande ? ».
La botte ? Je ne savais pas de quoi il parlait, je ne connaissais pas ce terme.

Evidemment, lui avoir dit si naturellement que « j’avais essayé un homme » après notre première nuit suivie de 3 mois de silence, ça ne semblait pas poser de problème, il était si distant, si bienveillant, si « élastique » et nos relations ne semblaient pas devoir être poursuivies.
Il me semblait simplement amical à ce moment.

Sur la photo de mon pot de départ, six ans auparavant il tirait une sale tronche. Comment imaginer comme il me le dit très récemment qu’il était désespéré par mon départ ?
Il aurait dû me parler, simplement, dire quelque chose. Je vivais l’enfer mais je n’en montrais rien, («smile » toujours !), et je l’aimais bien, je le considérais différemment, pour moi il était différent des autres, je ne savais en quoi mais différent.

Puis je sais, j’ai la volonté de ne rien devoir à personne. Mais je revenais de si loin. Il se vexait de l’argent que je lui rendais, bûtée.
Pour moi, pas d’autre moyen de retrouver ma propre estime, de me regarder en face dans une glace.
J’estimais que mes années de mariage étaient des années où j’étais achetée, rien d’autre ; l’autre avait réussi à me garder, par tous les moyens utilisables et imaginables.
Endurer ça me poussait à rejeter toute volonté d’emprise sur moi, à la craindre et à la flairer de loin.

Et là, après quelques tentatives, il me semble que c’est fini, lamentablement fini. Amertume et l’incompréhension mêlées.

Plus souvent, je sors écouter de la musique, marcher, je travaille plus et je plaisante ; je vais rire aux larmes avec ma bande d’éternels potes ; ça ne le rassure pas.
Rien a craindre pourtant de ce côté, plus de mes pulsions et des colères que je sens monter en moi, de l’injustice que je ressens et qui me fais tourner en rond comme un fauve en cage. Là, ça craint.


Dernière édition par Aquaviva le Dim 12 Aoû 2007, 09:24:44; édité 1 fois
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageSam 11 Aoû 2007, 23:07:48 Répondre en citant
C'est agréable de retrouver tes mots et tes phrases Aquoi Smile
Même si le sujet n'est pas forcément très agréable à vivre, tu le racontes bien, on dirait que la phase de digestion est bien entamée en tout cas, pour pouvoir l'aborder.

kis
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck


Dernière édition par Bluedream le Sam 11 Aoû 2007, 23:14:11; édité 1 fois
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageSam 11 Aoû 2007, 23:10:50 Répondre en citant
Je me demandais...est-ce que le sujet se prête à la discussion ?
Enfin, est-ce la volonté de l'auteure, ou pas ?
(je voudrais éviter de mettre les pieds dans le plat, pour une fois).
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageSam 11 Aoû 2007, 23:13:31 Répondre en citant
je pense qu'Aquoiboniste a vérifié les différents endroits possibles pour y mettre ses textes pas de ma faute
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Syane
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 3 817

MessageSam 11 Aoû 2007, 23:15:03 Répondre en citant
Bluedream a écrit:
je pense qu'Aquoiboniste a vérifié les différents endroits possibles pour y mettre ses textes pas de ma faute


(okido Wink )
[Haut]
Aquaviva
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2006
Messages: 75
Localisation: 14ème- Serra di ferro
Humeur du Jour: loufoque

MessageDim 12 Aoû 2007, 09:17:40 Répondre en citant
Bluedream a écrit:
je pense qu'Aquoiboniste a vérifié les différents endroits possibles pour y mettre ses textes pas de ma faute


kis Vivi, effectivement. applau

Ca semble tout chaud mais c'est du grand différé.
Talleyrand écrivait d'un jet des trucs très "forts" et les laissait reposer avant de les envoyer.

Pareil pour moi, je regarde mûrir une situation, ce n'est pas forcément autobiographique même si ça tourne souvent autour du couple, j'écris dans ma tête et c'est environ 4/6-8 mois après que j'écris direct.

D'ailleurs, je pense que je vais essayer de me faire coincer au coin du feu, parce que je trouve mes sujets assez invariables... ce qui m'embête beaucoup :titi .
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageDim 12 Aoû 2007, 09:46:08 Répondre en citant
contente de te lire
kis
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageDim 12 Aoû 2007, 10:18:14 Répondre en citant
l'aquoiboniste a écrit:

Pareil pour moi, je regarde mûrir une situation, ce n'est pas forcément autobiographique même si ça tourne souvent autour du couple, j'écris dans ma tête et c'est environ 4/6-8 mois après que j'écris direct.


Oui j'avais bien senti le différé dans ta manière d'en parler, un peu trop posé pour le ressenti de la veille, les sentiments exacerbés ont eu le temps de se calmer, au moins un peu.
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Aquaviva
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2006
Messages: 75
Localisation: 14ème- Serra di ferro
Humeur du Jour: loufoque

MessageDim 12 Aoû 2007, 11:08:36 Répondre en citant
Bonjour à toi, ma papeete ! kis
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageDim 12 Aoû 2007, 23:04:53 Répondre en citant
l'aquoiboniste a écrit:

D'ailleurs, je pense que je vais essayer de me faire coincer au coin du feu, parce que je trouve mes sujets assez invariables... ce qui m'embête beaucoup :titi .


C'est pas con ça!
J'ai encore quelques sujets en réserve que je destinais à Syane mais maintenant qu'elle est abonnée au 421, pas facile de la coincer au coin duf'!
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com