Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
L'abandon
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Poèmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Fleur de lune
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2007
Messages: 403

MessageJeu 29 Mar 2007, 18:51:26 Répondre en citant
Pauvre enfant. Si petite, abandonnée de tous
quel âge dites-vous? Oh mon Dieu, tout juste trois ans
et la voilà qui part toute seule, sous un ciel vaquant
ne sachant pas que son coeur déjà s'émousse

Trop de vécu! Trop d'horreurs! Elle se tait et se renferme
Et pourtant si vous pouviez entendre son discours à elle
tout plein de désirs, d'espoirs. Entêtée elle y croit ferme
je serai aimée. J'aimerai et la vie pour moi sera belle...

Elle veut espérer qu'un jour la vie sera clémente et douce
croire qu'elle pourra se reposer auprès de gens qu'elle aime
Elle veut oublier qu'on l'a délaissée et être toute douce
pour les jours qui viennent et peut-être s'en sortir indemne.


Dernière édition par Fleur de lune le Jeu 19 Avr 2007, 23:17:17; édité 1 fois
[Haut]
Fleur de lune
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2007
Messages: 403

MessageLun 16 Avr 2007, 19:52:01 Répondre en citant
C'était l'âge que j'avais lorsque j'ai été adoptée. 3 ans et 11 mois, on pourrait dire quatre ans en fait...

Elle m'a abandonnée lorsque j'avais 2 ans et demi et j'ai navigué dans différentes familles d'accueil en attendant d'être adoptée (si jamais je devais l'être un jour). Je l'ai été, j'ai été chanceuse. À l'époque les gens adoptaient surtout les bébés, moi j'étais déjà une grande :yno

Je m'en souviens vous savez? Je me souviens de la première fois où j'ai vu ma famille. Celle qui m'a adoptée. J'avais 3 ans. Ce que je trouve le plus étrange c'est quand j'entends dire que les enfants ne savent pas ce qu'ils disent ou font. Faux. Je me souviens très clairement de m'être dit qu'il fallait que je sois gentille et qu'on allait me faire jolie parce qu'il fallait qu'on m'aime pour me prendre. Pour m'adopter.

On m'a mis des beaux vêtements, tellement que je n'osais plus trop bouger parce que ce n'était pas ce que je portais d'habitude et en plus il fallait que je fasse attention de ne pas me salir. Il fallait que je sois belle.

Ces gens-là sont arrivés et ont discuté avec les travailleurs sociaux, moi je devais jouer à la balle dans un couloir tapissé d'un tapis gris avec plein de portes le long du couloir. Je n'avais pas envie de jouer. J'avais la balle à la main et la main moite. J'avais peur de ce qui m'attendait. Il fallait que je sois gentille et belle. C'est quoi être gentille et belle?

Il faut qu'ils m'aiment sinon ce sera de ma faute s'ils ne m'adoptent pas. Parce que je n'aurai pas été suffisamment belle et gentille.

Quand l'heure fut venue je suis rentrée dans le bureau et j'ai rencontré mes parents qui étaient là avec un de leurs fils (ils avaient déja 5 enfants) et j'ai figé Je voulais bien être belle et gentille mais je n'étais plus capable de dire un mot. Je les regardais. En fait j'avais peur. Peur de l'inconnu, peur qu'ils m'aiment, peur.. juste peur.

Et là le monsieur m'a dit de venir m'asseoir sur ses genoux, qu'il avait quelque chose à me montrer et il a fait des oiseaux avec ses doigts comme les ombres chinoises et j'ai décompressé. C'était merveilleux, je me souviens clairement que je ne voyais que cela. Les discussions qu'il y a eu, je n'en ai aucun souvenir mais je me souviens de cet oiseau. Mon père était un artiste, il était peintre et sculpteur et il m'a apprivoisé par l'image et à partir de ce jour j'ai été "à eux" . Ils m'ont adoptée. On m'avait dit d'être belle et gentille... mon père s'est montré créatif et j'ai répondu à cet appel.

Je suis chanceuse.
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageLun 16 Avr 2007, 20:11:54 Répondre en citant
Smile
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMar 17 Avr 2007, 11:21:37 Répondre en citant
Fleur de lune a écrit:
Mon père était un artiste, il était peintre et sculpteur et il m'a apprivoisé par l'image et à partir de ce jour j'ai été "à eux" . Ils m'ont adoptée. On m'avait dit d'être belle et gentille... mon père s'est montré créatif et j'ai répondu à cet appel.

Je suis chanceuse.


J'aime bien que certaines histoires finissent bien
ça rend belle la vie lightkyle
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 17 Avr 2007, 13:19:12 Répondre en citant
Fleur de lune a écrit:
il a fait des oiseaux avec ses doigts

Petite Fleur, dont on a ouvert la cage. calins

Tes mots me touchent. kis
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageMar 17 Avr 2007, 15:45:20 Répondre en citant
Fleur de lune a écrit:
C'était l'âge que j'avais lorsque j'ai été adoptée. 3 ans et 11 mois, on pourrait dire quatre ans en fait...
.


Oh punaise de punaise (euh oui désolée, on a les expressions qu'on a...!)

Punaise de punaise disais-je donc! Que ce texte me touche! Il me laboure le coeur, il me le retourne, il creuse des sillons, et je crois même qu'il y arrose ce qui s'y trouve!
____________________
debout!
[Haut]
Fleur de lune
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2007
Messages: 403

MessageMar 17 Avr 2007, 16:50:34 Répondre en citant
Merci de vos commentaires, ça me touche beaucoup Embarassed Smile

Il paraît que tout se joue avant six ans... ce que j'ai conservé de cette période c'est de la peur. La peur de perdre ce que j'avais (ceux que j'aimais) alors je m'en demandais beaucoup, je me disais qu'il fallait que je sois assez ceci ou pas trop comme cela pour ne pas (qu'on m'abandonne) souffrir.

Bien évidemment adolescente je me sentais rassurée, je savais bien que mes parents ne m'abandonneraient pas mais quand ma vie d'adulte a commencé c'est là que je me suis rendue compte que la peur était tapie au fond de moi comme une bête blessée qui se terre dans son antre.

Peur de perdre l'autre. Peur de se sentir perdue et éperdue dans tous ces enchevêtrements que sont les sentiments d'amour. Peur de perdre l'amitié de mes amies. Peur d'être ce que je suis. Quand ma mère m'a abandonnée lorsque j'avais 2 ans 1/2 j'étais ce que j'étais, j'étais moi-même et elle m'a laissée tomber à cet âge ou d'habitude tout le monde se pâme sur le beau bébé que nous sommes.

Vous comprendrez que j'essaie d'analyser l'impact de cet abandon. Oui j'ai été heureuse dans ma famille adoptive, oui je mène une vie de femme heureuse parce que je suis arrivée à contrôler mes peurs et à faire confiance. Je me suis laissée apprivoiser. Ça a pris du temps pour y arriver et je suis fière d'y être arrivée. Il y a eu des personnes clefs dans ma vie, qui m'ont redonné le goût de faire confiance. À un certain moment je sabotais mes relations, dès que je voyais que ça devenait plus intime, je "m'arrangeais" pour détruire cette relation (pour ne pas avoir de liens, pour ne pas risquer l'abandon).

Paradoxalement j'étais (je suis toujours) une passionnée. L'amour me chavire. Je me trouvais donc prise entre le besoin d'amour, l'amour à donner et la peur de perdre l'autre. Disons que c'était un bon conflit intérieur héhé

Comme je vous l'ai dit, je me souviens de mes pensées lors de ma rencontre avec ceux qui deviendraient mes parents, je me souviens de plusieurs familles d'accueil où j'ai habitées avant cette rencontre mais je ne me souviens pas de ma mère naturelle. Et pourtant on m'a dit que je l'avais revue une fois entre le moment où elle m'a abandonnée et le moment où j'ai été adoptée. Elle se serait approchée de moi et je lui aurais dit de s'en aller, qu'elle était folle. Je ne voulais rien savoir d'elle paraît-il. Je ne m'en souviens pas.

Lorsque j'ai eu 20 ans, j'ai retrouvée ma mère. À ce moment-là j'habitais en Suisse où j'ai vécu 2 ans mais j'avais entrepris les démarches et elles ont abouti pendant que j'étais hors du Québec. On s'est écrit et lors de mon retour nous nous sommes rencontrées.

Quand j'ai été adoptée on m'a changé de nom. J'ai changé 3 fois de noms en fait. Le nom qu'elle m'a donné à ma naissance, le nom qu'une famille d'accueil qui souhaitait m'adopter mais qui ont changé d'idée (je vous raconterai ça un autre tantôt) m'avait donné et le nom que mes parents m'ont donné. (une chance que j'ai été adopté à 3 ans, si je l'avais été à 10 j'aurais bien eu 10 prénoms différents Laughing ).

Lorsque j'ai rencontré ma mère naturelle, elle m'a appelé par ce nom qu'elle m'avait donné et qui ne signifiait pas grand chose pour moi. Bien sûr je me rappelle de m'être appelée ainsi mais je me suis habituée à porter mon 3ième nom si je puis dire. Ça m'a fait bizarre de me faire appeler ainsi, je ne peux pas dire que j'ai aimé ça. Je me sentais même mal à l'aise...

Elle m'a raconté ce même épisode qu'on m'avait déjà conté. Que je lui avais dit qu'elle était folle et de s'en aller. Elle avait ça sur le coeur et elle en a eu de la peine pendant des années paraît-il. Lors de cette rencontre, je lui ai dit que je n'étais qu'un bébé lorsque je lui ai dit ça, à trois ans on est encore bien jeune, et puis j'ai fini par lui dire que j'étais désolée de lui avoir dit ça alors que je ne m'en souvenais même pas. De voir sa tristesse, je me sentais coupable et je voulais lui faire du bien. Elle a pris ce bien mais elle, elle ne s'est pas excusée de m'avoir abandonnée, elle n'avait pas eu le choix... Elle était enceinte d'un deuxième enfant et le père (qui n'était pas le même) lui a demandé de choisir entre moi ou une vie de famille avec lui.

Je me suis dit qu'il fallait que je cesse de m'excuser d'exister ou d'avoir dit ce que je pensais et c'est là que le processus de "guérison" s'est mis en branle.

Je suis donc contente de l'avoir retrouvée parce que ça m'a permis de me pardonner et de voir que je n'étais pas la responsable de l'abandon.
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMar 17 Avr 2007, 18:18:58 Répondre en citant
Très joli complément Fleur Lunaire, et qui répond à plein de questions que je n'osais poser

l'influence de cet abandon sur ta relation plus tard avec les amoureux, ton sentiment d'abandon qui forcément a été renforcé outre mesure
si tu avais eu envie de connaître tes racines, ta mère (ton père ?), et puis les raisons de l'abandon (super le "beau-papa" pan )
tu as beaucoup dit et analysé ton passé jap:
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMar 17 Avr 2007, 18:21:46 Répondre en citant
Fleur de lune a écrit:
Je suis donc contente de l'avoir retrouvée parce que ça m'a permis de me pardonner et de voir que je n'étais pas la responsable de l'abandon.


jap: jap: jap:
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Fleur de lune
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2007
Messages: 403

MessageMar 17 Avr 2007, 18:58:03 Répondre en citant
Bluedream,

Si tu as des questions à poser (et ceci s'adresse à tous les autres) allez-y. Ça va me faire une bonne thérapie! Laughing
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 17 Avr 2007, 19:12:33 Répondre en citant
Fleur de lune a écrit:
Que je lui avais dit qu'elle était folle et de s'en aller. Elle avait ça sur le coeur et elle en a eu de la peine pendant des années paraît-il. Lors de cette rencontre, je lui ai dit que je n'étais qu'un bébé lorsque je lui ai dit ça, à trois ans on est encore bien jeune, et puis j'ai fini par lui dire que j'étais désolée de lui avoir dit ça alors que je ne m'en souvenais même pas. De voir sa tristesse, je me sentais coupable et je voulais lui faire du bien. Elle a pris ce bien mais elle, elle ne s'est pas excusée de m'avoir abandonnée, elle n'avait pas eu le choix... Elle était enceinte d'un deuxième enfant et le père (qui n'était pas le même) lui a demandé de choisir entre moi ou une vie de famille avec lui.

Mon Dieu.
Tu n'étais qu'une enfant, une toute petite fille de 3 ans ! Comment une mère peut-elle être égocentrique et irresponsable à ce point ? Comment, surtout, peut-elle manquer à ce point de courage ? Le courage de s'imposer face à son deuxième mari. Et celui de s'excuser, auprès de son enfant, des années plus tard.

Mais, peut-être le poids de sa culpabilité est-il trop lourd à porter pour qu'elle accepte de se reconnaître dans le portrait d'une mère indigne et lâche.
Aucun courage, aucune dignité.
Je suis désolée si mes mots te heurtent, Fleur de Lune. Il s'agit de ta mère, je le sais bien. Mais ce type de comportement est révoltant, parce qu'il s'appuie de tout son poids sur l'innocence et la vulnérabilité. C'est tellement facile !

Mais avoir pu surmonter l'abandon, la culpabilisation, la déception et en sortir grandie... c'est faire preuve d'une telle force et d'une telle détermination. Cela, tu l'as conquis de haute lutte. jap:
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Fleur de lune
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2007
Messages: 403

MessageMar 17 Avr 2007, 19:27:16 Répondre en citant
Margot a écrit:
Fleur de lune a écrit:
Que je lui avais dit qu'elle était folle et de s'en aller. Elle avait ça sur le coeur et elle en a eu de la peine pendant des années paraît-il. Lors de cette rencontre, je lui ai dit que je n'étais qu'un bébé lorsque je lui ai dit ça, à trois ans on est encore bien jeune, et puis j'ai fini par lui dire que j'étais désolée de lui avoir dit ça alors que je ne m'en souvenais même pas. De voir sa tristesse, je me sentais coupable et je voulais lui faire du bien. Elle a pris ce bien mais elle, elle ne s'est pas excusée de m'avoir abandonnée, elle n'avait pas eu le choix... Elle était enceinte d'un deuxième enfant et le père (qui n'était pas le même) lui a demandé de choisir entre moi ou une vie de famille avec lui.

Mon Dieu.
Tu n'étais qu'une enfant, une toute petite fille de 3 ans ! Comment une mère peut-elle être égocentrique et irresponsable à ce point ? Comment, surtout, peut-elle manquer à ce point de courage ? Le courage de s'imposer face à son deuxième mari. Et celui de s'excuser, auprès de son enfant, des années plus tard.

Mais, peut-être le poids de sa culpabilité est-il trop lourd à porter pour qu'elle accepte de se reconnaître dans le portrait d'une mère indigne et lâche.
Aucun courage, aucune dignité.
Je suis désolée si mes mots te heurtent, Fleur de Lune. Il s'agit de ta mère, je le sais bien. Mais ce type de comportement est révoltant, parce qu'il s'appuie de tout son poids sur l'innocence et la vulnérabilité. C'est tellement facile !

Mais avoir pu surmonter l'abandon, la culpabilisation, la déception et en sortir grandie... c'est faire preuve d'une telle force et d'une telle détermination. Cela, tu l'as conquis de haute lutte. jap:


Tu sais, sur le coup, c'est exactement ce que je me suis dit. Tout ça. Je l'ai regardée et j'ai vu qu'elle était mal elle aussi mais qu'elle était forte dans sa décision. Dans le temps, elle m'a laissée et elle a eu deux enfants de cet homme qui l'a "obligé" à choisir. Homme qui l'a laissé tomber peu de temps après la naissance de son 2ème enfant avec lui.

C'était son choix.

Oui je n'étais qu'une enfant, oui je porte encore les conséquences de ce geste même si j'ai appris à contrôler les affres que cela a crée en moi. A -t-elle manqué de courage? Je ne sais pas, elle est si forte dans ce qu'elle dit...

Une fois elle m'a dit qu'elle avait essayé d'avorter de moi. Huile de ricin... bain de moutarde.. rien n'y a fait. La mort dans l'âme je lui ai dit que probablement que j'avais quelque chose à vivre. Je pense que ça, ça a été le véritable abandon. Savoir qu'elle avait voulu me tuer puis qu'ensuite elle m'a abandonnée.. J'avoue que ça a été dur à avaler quand elle m'a dit cela mais comme à mon habitude je suis restée de marbre, un sourire au lèvres en disant que je comprenais. Rendue chez moi j'ai pleuré à souhaits. Et c'est tout ça qui m'a fait réagir. La rencontre avec ma mère. Celle qui m'a mise au monde et celle qui aurait voulu que je meure avant de voir le jour (et qui me l'a dit).
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 17 Avr 2007, 19:43:18 Répondre en citant
Fleur de lune a écrit:
celle qui aurait voulu que je meure avant de voir le jour (et qui me l'a dit).

Manque de courage, manque de dignité et méchanceté foncière.
calins
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageMer 18 Avr 2007, 08:25:46 Répondre en citant
Margot a écrit:
Mon Dieu.
Tu n'étais qu'une enfant, une toute petite fille de 3 ans ! Comment une mère peut-elle être égocentrique et irresponsable à ce point ? Comment, surtout, peut-elle manquer à ce point de courage ? Le courage de s'imposer face à son deuxième mari. Et celui de s'excuser, auprès de son enfant, des années plus tard.

Mais, peut-être le poids de sa culpabilité est-il trop lourd à porter pour qu'elle accepte de se reconnaître dans le portrait d'une mère indigne et lâche.
Aucun courage, aucune dignité.
Je suis désolée si mes mots te heurtent, Fleur de Lune. Il s'agit de ta mère, je le sais bien. Mais ce type de comportement est révoltant, parce qu'il s'appuie de tout son poids sur l'innocence et la vulnérabilité. C'est tellement facile !

:


Je vais être simplette, mais tant pis: on ne peut donner que ce qu'on a. Et pour avoir, il faut avoir reçu.
J'y peux rien, j'ai mal quand on juge mal les femmes qui ont abandonné leur enfant. Comme j'ai mal quand on juge les femmes qui ont avorté.
Qu'est ce qu'on sait d'elles, hein?
C'est pas facile d'être mère. Et je ne trouve pas ça forcément égocentrique et irresponsable d'évaluer qu'on ne sera pas à la hauteur de la tâche.


Maintenant cela n'enlève rien rien rien à la douleur de l'enfant: savoir que ses parents n'ont pas pu ou pas su, ça fait une belle jambe au petit qui a été abandonné!
Ce n'est pas parce que je refuse de condamner les parents que je nie la souffrance des petits... ça n'a rien à voir en fait.
Ou plutôt si: c'est là un sacré héritage que la transmission de la souffrance.
____________________
debout!
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageMer 18 Avr 2007, 08:34:50 Répondre en citant
Margot a écrit:
Fleur de lune a écrit:
celle qui aurait voulu que je meure avant de voir le jour (et qui me l'a dit).

Manque de courage, manque de dignité et méchanceté foncière.
calins



NON! Pas d'accord, vraiment pas d'accord. C'est trop facile de dire des choses comme ça.
Ca me rappelle les gens qui parlaient de la mère biologique de mon fils et qui croyaient nous faire plaisir en disant "des gens comme ça on devrait les mettre en prison".
Ca me faisait terriblement mal d'entendre ça, parce que c'était de la mère de mon petit qu'ils parlaient. De celle qui l'avait nourri bon gré mal gré 9 mois dans son ventre, de celle qui, qu'elle l'ait voulu ou non, lui avait fait don de la vie au péril de la sienne. (Parce qu'on y laisse toujours de ses entrailles et de sa chair dans un accouchement.)

Bien sûr que les parents qui abandonnent agissent par manque! Mais peut on reprocher à des gens de manquer justement?
____________________
debout!
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMer 18 Avr 2007, 09:46:34 Répondre en citant
Ruth a écrit:
Margot a écrit:
Fleur de lune a écrit:
celle qui aurait voulu que je meure avant de voir le jour (et qui me l'a dit).

Manque de courage, manque de dignité et méchanceté foncière.
calins



NON! Pas d'accord, vraiment pas d'accord. C'est trop facile de dire des choses comme ça.


Pas d'accord avec toi Miss Mirabelle

Bien sûr que l'abandon ne se fait pas sans raison, et vu de loin on peut considérer ces raisons plus ou moins "valables" pour comprendre un tel geste.
Mais ce n'est pas une raison pour en rajouter comme elle l'a fait, de la souffrance inutile.

Pourquoi dire à son enfant qu'il n'était pas désiré ? et même qu'on a essayé de s'en débarasser ? si ce n'est pour soit le faire souffrir volontairement soit qu'on se fout totalement qu'il puisse souffrir ?
Ça me paraît totalement gratuit.

Donc, moins véhément que ma copine de gage facile, mais d'accord avec elle sunglasses
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMer 18 Avr 2007, 10:04:11 Répondre en citant
Ruth a écrit:
NON! Pas d'accord, vraiment pas d'accord. C'est trop facile de dire des choses comme ça.
Ca me rappelle les gens qui parlaient de la mère biologique de mon fils et qui croyaient nous faire plaisir en disant "des gens comme ça on devrait les mettre en prison".
Ca me faisait terriblement mal d'entendre ça, parce que c'était de la mère de mon petit qu'ils parlaient. De celle qui l'avait nourri bon gré mal gré 9 mois dans son ventre, de celle qui, qu'elle l'ait voulu ou non, lui avait fait don de la vie au péril de la sienne. (Parce qu'on y laisse toujours de ses entrailles et de sa chair dans un accouchement.)

Bien sûr que les parents qui abandonnent agissent par manque! Mais peut on reprocher à des gens de manquer justement?

Bonjour Ruth,

Je comprends ton sentiment et je partage ta volonté de compréhension et d'empathie.
Mais ce qui m'a fait réagir aussi vivement, ce n'est pas l'abandon en soi, c'est la (fausse) raison invoquée pour se déculpabiliser et surtout, surtout, la violence gratuite exprimée.

A un moment, je crois qu'il faut savoir refuser de cautionner : c'est trop facile de se servir des sentiments comme justification morale à toutes les vilénies.

Bien sûr que cette femme est en souffrance. Mais cette souffrance ne lui donne pas le droit de faire souffrir autrui.
Certains sortent grandis des souffrances traversées, ils développent l'empathie, la bonté. Preuve que c'est possible !
D'autres font le choix de la facilité : se servent de leur propre souffrance comme d'un bouclier, derrière lequel ils se retranchent et évitent ainsi d'agir. Facile de reprocher à autrui, beaucoup plus difficile de se remettre en question pour avancer, de se voir tel que l'on est réellement, avec ses travers et ses bassesses, difficile de dire "pardon, j'ai mal agi". Difficile de vouloir changer pour prendre enfin sa vie en main.
Beaucoup plus facile de dire : "c'est ta faute, vois comme je souffre."

Difficile de vouloir son propre bonheur, parce qu'alors il faut retrousser ses manches et faire preuve de courage pour aller le chercher.
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMer 18 Avr 2007, 10:09:01 Répondre en citant
Bluedream a écrit:
Pourquoi dire à son enfant qu'il n'était pas désiré ? et même qu'on a essayé de s'en débarasser ? si ce n'est pour soit le faire souffrir volontairement soit qu'on se fout totalement qu'il puisse souffrir ?
Ça me paraît totalement gratuit.

Oui, c'est gratuit, méchant et intellectuellement malhonnête.

Citation:
Donc, moins véhément que ma copine de gage facile, mais d'accord avec elle sunglasses

kaolo

Coucou Blue-blue ! kis
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageMer 18 Avr 2007, 10:28:02 Répondre en citant
Bluedream a écrit:


Pas d'accord avec toi Miss Mirabelle

sunglasses



ET pas d'accord avec toi Blue-Blue... (on va aller loin comme ça!).


Citation:
Bien sûr que l'abandon ne se fait pas sans raison, et vu de loin on peut considérer ces raisons plus ou moins "valables" pour comprendre un tel geste.
Mais ce n'est pas une raison pour en rajouter comme elle l'a fait, de la souffrance inutile.


(tu connais des souffrances utiles, toi?)
Je ne dis pas qu'il y a de raisons valables pour un tel geste. Il n'y en a pas. Et la preuve que je trouve ça inacceptable c'est que... bref, vous connaissez ma vie!

Mais je trouve ça un peu naïf de penser " oh la méchante mère! déjà, elle a abandonné son enfant, et en plus... elle en rajoute!"

Evidemment qu'elle en rajoute! que voulez-vous qu'elle fasse d'autre? Le meilleur moyen de défense quand on n'en a pas, quand on est faible et vulnérable ça a toujours été l'attaque.


Citation:
Pourquoi dire à son enfant qu'il n'était pas désiré ? et même qu'on a essayé de s'en débarasser ? si ce n'est pour soit le faire souffrir volontairement soit qu'on se fout totalement qu'il puisse souffrir ?
Ça me paraît totalement gratuit.


Ca te parait gratuit parce que tu as la chance de ne pas être paumé au point de ne plus savoir si tu dois garder ton enfant ou pas (et faut être sacrément paumé pour en arriver là, je pense!). Quand tu es en perdition, tu sais même plus qu'il y a des vraies routes, quand tu es détruit, tu ne sais même plus qu'il est possible de dire des choses constructives.
____________________
debout!
[Haut]
Ruth
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2 923
Localisation: hic!
Humeur du Jour: dans mon jeune temps...

MessageMer 18 Avr 2007, 10:44:08 Répondre en citant
Margot a écrit:
Je comprends ton sentiment et je partage ta volonté de compréhension et d'empathie.
.


ce n'est pas de la volonté de compréhension ni de l'empathie. C'est cette certitude, bien ancrée en moi, que je suis moi aussi, capable du pire. Et que si je ne le fais pas, c'est parce que je suis tombée dans la bonne vie.


Citation:
Mais ce qui m'a fait réagir aussi vivement, ce n'est pas l'abandon en soi, c'est la (fausse) raison invoquée pour se déculpabiliser et surtout, surtout, la violence gratuite exprimée.


Je réinsiste, comme avec Blue: je ne crois pas qu'il existe de bonne raison d'abandonner son enfant. Il n'y en a pas. Sauf le fait qu'on ne sait pas ou qu'on ne peut pas faire autrement.
A partir de là, tout ce que "l'accusé" dira pourra forcément être retourné contre lui.



Citation:
A un moment, je crois qu'il faut savoir refuser de cautionner : c'est trop facile de se servir des sentiments comme justification morale à toutes les vilénies.

Il ne s'agit en aucun cas de cautionner!!!! Justement pas. Et c'est là tout le sens d'une grande partie de ma vie. Mais de ne pas laisser faussement croire que la rémission de la victime dépend de la condamnation du coupable

Citation:
Bien sûr que cette femme est en souffrance. Mais cette souffrance ne lui donne pas le droit de faire souffrir autrui.


Evidemment. Mais ne pas avoir le droit ou dire qu'elle le fait tout exprès, ce n'est pas la même chose.


Citation:
Certains sortent grandis des souffrances traversées, ils développent l'empathie, la bonté. Preuve que c'est possible !


Oui, c'est possible. Comme pour moi, il y a plein de choses qui sont possibles et que je ne parviens pas à faire quand même.

Citation:
D'autres font le choix de la facilité : se servent de leur propre souffrance comme d'un bouclier, derrière lequel ils se retranchent et évitent ainsi d'agir. Facile de reprocher à autrui, beaucoup plus difficile de se remettre en question pour avancer, de se voir tel que l'on est réellement, avec ses travers et ses bassesses, difficile de dire "pardon, j'ai mal agi". Difficile de vouloir changer pour prendre enfin sa vie en main.
Beaucoup plus facile de dire : "c'est ta faute, vois comme je souffre."


J'essayais de la même façon de dire que c'est facile de se retrancher derrière le fait de juger l'autre comme un méchant qui ne fait rien pour être gentil.
Moi je pars du principe qu'on est tous responsables les uns des autres. Et quand il y a un méchant, sa méchanceté n'est pas d'une autre nature que celle qu'on peut avoir au fond de nous.
____________________
debout!
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMer 18 Avr 2007, 11:02:23 Répondre en citant
Ruth a écrit:
ET pas d'accord avec toi Blue-Blue... (on va aller loin comme ça!).


on va essayer, en discutant, d'avancer, c'est le but non ? kis
tiens, des bisoux pour commencer (par envie, pas pour tenter de te manipuler Smile )


Citation:
(tu connais des souffrances utiles, toi?)
Je ne dis pas qu'il y a de raisons valables pour un tel geste. Il n'y en a pas. Et la preuve que je trouve ça inacceptable c'est que... bref, vous connaissez ma vie!

Mais je trouve ça un peu naïf de penser " oh la méchante mère! déjà, elle a abandonné son enfant, et en plus... elle en rajoute!"

Evidemment qu'elle en rajoute! que voulez-vous qu'elle fasse d'autre? Le meilleur moyen de défense quand on n'en a pas, quand on est faible et vulnérable ça a toujours été l'attaque.


Tu as raison, "utiles" n'est pas le bon mot, je remplace par "évitables", et préciser qu'elle n'était pas une enfant désirée, avec les souffrances que cela entraîne, était parfaitement évitable, même pour se "défendre par l'attaque".

Naïf ? non je ne crois pas, je n'ai pas pris position contre cette femme en raison de sa décision d'abandon, car c'est certainement bien plus compliqué que ça et Fleur ne connaît peut-être pas toutes les éléments qui ont motivé ce choix (notamment pourquoi le compagnon refusait d'élever la fille de son aimée).

Un choix d'abandon est une décision tellement lourde d'importance que je ne crois pas que cela se fasse sur un coup de tête, donc même si elle est faible face à son conjoint, il doit y avoir d'autres éléments inconnus.

Citation:

Ca te parait gratuit parce que tu as la chance de ne pas être paumé au point de ne plus savoir si tu dois garder ton enfant ou pas (et faut être sacrément paumé pour en arriver là, je pense!). Quand tu es en perdition, tu sais même plus qu'il y a des vraies routes, quand tu es détruit, tu ne sais même plus qu'il est possible de dire des choses constructives.


Dans ce cas, tu peux aussi choisir de ne rien dire, ça ne coûte pas grand chose et ça évite des rajouter des maux "évitables".
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMer 18 Avr 2007, 11:11:59 Répondre en citant
Ruth a écrit:
Citation:
D'autres font le choix de la facilité : se servent de leur propre souffrance comme d'un bouclier, derrière lequel ils se retranchent et évitent ainsi d'agir. Facile de reprocher à autrui, beaucoup plus difficile de se remettre en question pour avancer, de se voir tel que l'on est réellement, avec ses travers et ses bassesses, difficile de dire "pardon, j'ai mal agi". Difficile de vouloir changer pour prendre enfin sa vie en main.
Beaucoup plus facile de dire : "c'est ta faute, vois comme je souffre."


J'essayais de la même façon de dire que c'est facile de se retrancher derrière le fait de juger l'autre comme un méchant qui ne fait rien pour être gentil.
Moi je pars du principe qu'on est tous responsables les uns des autres. Et quand il y a un méchant, sa méchanceté n'est pas d'une autre nature que celle qu'on peut avoir au fond de nous.



Cela peut aussi ne pas vouloir être seul dans la douleur et vouloir entraîner l'autre dans ses maux, pour être 2 à souffrir, voire même ne pas supporter que l'autre puisse être heureux, ou bien, alors on lui prend la main pour plouffer.

Là c'est moi qui te trouve naïve sur le coup ( calins calins calins ), la "méchanceté" de la mère a ses raisons, mais elle ne peut être expliqué par une "méchanceté" de l'enfant. On est ce qu'on est, par envie, par faiblesse, par inconscience ou aveuglement ou autres choses, l'extérieur peut influencer dans un sens ou dans un autre, selon les aléas de la vie, mais l'extérieur ne te fait pas totalement, c'est toi qui accepte - ou rejette - ce qui est proposé.

Crois-tu qu'on puisse vraiment changer quelqu'un contre sa volonté ? non bien sûr, donc l'autre ne peut me changer et me transformer si je ne veux pas.

Je ne me sens pas responsable des uns et des autres, je peux proposer, aider, soutenir, mais pas plus.
En partant de ton principe, on devient responsable des erreurs des autres.

kis
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMer 18 Avr 2007, 11:13:30 Répondre en citant
Margot a écrit:
kaolo

Coucou Blue-blue ! kis


Coucou Laverdure cul:
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Papeete
Pointe bic

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 699
Humeur du Jour: Recherche fondations solides

MessageMer 18 Avr 2007, 11:53:32 Répondre en citant
pffffffffff

ca faisait plusieurs jours que je voyais ce sujet
et je n'osais pas le lire
parce que...

juste pour dire à Ruth qu'elle ecrit exactement ce que je ressens
que je ne suis pas en etat d'argumenter plus
et que je ne veux retenir qu'une chose pour FdL:

Citation:
Je me suis dit qu'il fallait que je cesse de m'excuser d'exister ou d'avoir dit ce que je pensais et c'est là que le processus de "guérison" s'est mis en branle.
Je suis donc contente de l'avoir retrouvée parce que ça m'a permis de me pardonner et de voir que je n'étais pas la responsable de l'abandon.


résilience...

des tonnes de kis a tous !
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMer 18 Avr 2007, 12:17:57 Répondre en citant
Il y a toujours des circonstances atténuantes. Les plus grands criminels ont des circonstances atténuantes. C'est un fait. Enfance douloureuse, environnement instable ou difficile, difficulté de vie.
Mais il n'en demeure pas moins que chacun reste responsable de ses propres actes. C'est la base même de la justice.

Se retrouver face à son enfant, qu'elle a abandonné des années auparavant et ne pas s'excuser... et surtout, lui dire "tu m'as fait du mal" !
C'est sidérant.

On a tous des possibles, Ruth. Ce qu'il s'agit de savoir, ce sont les raisons qui font qu'on est pas capable de les réaliser. Souvent, c'est simplement une question de courage.
____________________
« Comprendre le monde comme une question » Milan Kundera
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Poèmes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com