Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Margot veut trouver son chas

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> Le Casse-Tête -> n° 4
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 18 Mar 2007, 20:27:49 Répondre en citant
La revenante

Ah ! Marrakech…
Aïcha quitta l’avion, accédant rapidement au tarmac brûlant dans la chaleur d’août.
Agitant cinquante dirhams dans sa main, la Marocaine indiqua au taxi la place Jamaa al Fna.
Alors, Aïcha retrouva dans la fraîcheur parfumée d’oranges suaves, dans la saveur douceâtre d’antiques palmiers-dattiers, dans certains arômes apportés par l’ardent khamsin, l’inimitable grâce d’al Marocco. Sa patrie, sa racine.
Sa famille était originaire d’Essaouira, mais Marrakech l’impériale avait la faveur d’Aïcha ; c’était la haute Koutoubia au minaret sanglant, la médina bruyante, Majorelle au nuancier mauve tant aimé par Saint-Laurent, aussi l’Atlas au couchant…
La fantasia d’Ali, également, dans la Palmeraie. Là, Aïcha l’amoureuse avait fait la connaissance d’Ahmed… quatre ans auparavant, quatre ans déjà…
Ahmed l’avait ravie par sa maestria à cheval : virevoltant, sauvage, brave à l’image d’anciens nomades d’Aït Atta, Saladîn d’ancienne croisade.
Aïcha la nostalgique regagna sa chambre solitaire au riad Dar Doukkala dans la médina.

Au matin, s’arrachant aux draps satinés, Aïcha déambula dans la Palmeraie, ôta sa gallabiyya, libéra sa tignasse sauvage, aux vagues cascadant à sa hanche pâle d’adolescente androgyne. L’eau fraîche coupa sa respiration, précipita sa circulation sanguine.
Savourant la baignade matinale, Aïcha paresse, alanguie dans l’eau calme, rêvant à sa prochaine thébaïde…
Demain Aïcha retrouvera Paris, sa grisaille, sa fadeur.
Mais aujourd’hui, la plage d’Agadir la Blanche sera sa destination.
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 18 Mar 2007, 20:29:34 Répondre en citant
La précision concernant l'apostrophe n'étant pas mentionnée dans l'intitulé de l'exercice, je ne l'ai pas prise en compte... whistle
[Haut]
Onde
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2005
Messages: 5 713
Localisation: Cesson

MessageDim 18 Mar 2007, 20:31:11 Répondre en citant
Je viens de voir ça... et comme Je suis pas las a fait la même chose, je crois que je vais laisser couler. Wink
[Haut]
Latcho Drom
Mine graphite

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2006
Messages: 860
Humeur du Jour: Excusez-moi du peu.

MessageDim 18 Mar 2007, 21:01:12 Répondre en citant
Je serais d'avis de lier certains participants, cinq doigts en moins, on ne sait jamais,
incluons le bondage, non mais...

Bonsoir Margot et bravo pour tes effluves. Smile
M'ont fait penser à un de mes voyages.
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 18 Mar 2007, 22:07:11 Répondre en citant
Merci Onde ! kis

Ouf, j'ai eu chaud, je ne me voyais pas recommencer l'exercice... surtout qu'avec la seule main gauche, je suis moins performante ('spa, Latcho ?! Mr. Green )

Merci du compliment, la miss, mais au bondage, je préfère le Lingage du Malko d'Aladin ! Mr. Green
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 18 Mar 2007, 22:25:47 Répondre en citant
Place des mots

J’ai intitulé mon tableau « Fiction ». Ado, j’avais pris un job saisonnier aux States, pour découvrir New York. Je suis Daniel Authouart, artiste peintre, et j’ai croqué la Pomme dans mes toiles. Les drive-in notamment, où l'adolescent se pavane dans une américaine rouge lucifer à l’habitacle saccagé, véritable piège à lolitas en mal d’amour.
La nouveauté de mes toiles ? cette ambiance rétro d’une amérique redécouverte lors de mon dernier séjour, sur le conseil de Joachim Pissarro, conservateur au MOMA.
C’est du moins ce qu’affirme cet idiot de journaliste qui m’a traîné sur le plateau d’une obscure émission d’art, après m’avoir tenu la jambe sur la piste de ski où il m’avait croisé en vacances. Les médias, c’est vraiment l'enfer. Je parviens enfin à m’extirper de mon fauteuil d’interviewé malheureux et lance avec la maladresse qui me caractérise : « Je dois vous quitter, une dernière couche, à passer sur ma toile ; je veux métamorphoser mon camion en chevrolet ».
-Comment s’appellera cette toile, me crie le journaliste alors que je suis déjà en coulisses.
- The show must go on.


J'ai eu l'idée de ce texte en songeant aux tableaux de Daniel Authouart, dont certains seront exposés au Grand Palais du 29 mars au 2 avril, ces deux-là en particulier : The show must go on et The drive-in . L'ambiance et les couleurs d'Authouart m'ont toujours fait rêver à cette Amérique idéalisée. Smile



Dernière édition par Margot le Jeu 12 Avr 2007, 18:13:01; édité 1 fois
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageLun 19 Mar 2007, 13:17:28 Répondre en citant
La rime imposée

Sein, fesse et front
monts de Sion
où le vent passe
pendant une heure
impair et passe

le vent d'Autan
il est pesant
tu es en pleurs
poupée d'un chien
aux poils pubiens
souillés d'humeurs

ton corps fardé
qu'on a jeté
semble une dune
et l'Attila
te laissa là
éclat de lune
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageDim 25 Mar 2007, 14:38:01 Répondre en citant
Margot a écrit:
La rime imposée

Sein, fesse et front
monts de Sion
où le vent passe
pendant une heure
impair et passe

le vent d'Autan
il est pesant
tu es en pleurs
poupée d'un chien
aux poils pubiens
souillés d'humeurs

ton corps fardé
qu'on a jeté
semble une dune
et l'Attila
te laissa là
éclat de lune


Moi, j'aime bien ça,
Ce pti truc qui laisse un sourire, une impression, une ptite musique, une rêverie vague....
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 25 Mar 2007, 20:35:52 Répondre en citant
Aladin a écrit:
Moi, j'aime bien ça,
Ce pti truc qui laisse un sourire, une impression, une ptite musique, une rêverie vague....

Pfff ! quel moqueur celui-ci ! Mr. Green
Je sais, c'est pas très gai... on m'a déjà fait la réflexion que je n'écrivais que des textes tristes.
Bon, je me remettrai peut-être à l'ouvrage. Peut-être.

kis
[Haut]
Aladin
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 2 176
Humeur du Jour: In Cauda venenum

MessageDim 25 Mar 2007, 21:52:42 Répondre en citant
Margot a écrit:
Aladin a écrit:
Moi, j'aime bien ça,
Ce pti truc qui laisse un sourire, une impression, une ptite musique, une rêverie vague....

Pfff ! quel moqueur celui-ci ! Mr. Green
Je sais, c'est pas très gai... on m'a déjà fait la réflexion que je n'écrivais que des textes tristes.
Bon, je me remettrai peut-être à l'ouvrage. Peut-être.

kis


Mais ! je reconnais que je suis souvent narquois, mais là : non. J'aime bien , et puis voilà.
Zut, quoi !
____________________
Entrer en soi-même, c'est découvrir la subversion
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageDim 25 Mar 2007, 21:57:33 Répondre en citant
Que j'aime ton côté timide ronchon ! calins
Alors merci beaucoup du compliment, Marinero. Smile
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMar 27 Mar 2007, 16:56:27 Répondre en citant
La déclaration


A l'aube, les pieds nus foulant l'herbe de pluie, mes chaussures balançant au bout d'un doigt nonchalant, je m'éveille aux sensations.
C'est pour toi que je me suis levée si tôt. Pour toi que je m'avance, seule, dans le monde encore sombre.
J'ai parcouru tous les chemins pour te trouver ; j'ai aimé avant toi, mais jamais autant que toi. J'ai senti avant toi, mais jamais avec autant d'acuité qu'aujourd'hui, que le monde est neuf et qu'il n'est que pour nous.

Sais-tu que je t'attends ? Je m'offre au vent, aux embruns, au delta, je suis venue pour entendre le son de ta voix.
Et j'espère, dans le satin doux de la nuit qui s'achève, pénétrer dans ton rêve d'ombre.

Un clair-obscur - très doux aussi - annonce ta venue. Une fée mignonne aux ongles délicats m'interdit d'un geste d'aller au-delà. C'est ici, me dit-elle, que s'arrêtent tes pas. Car c'est ici un monde dont tu n'es pas.
Silencieuse et tendue, le coeur battant au battant entr'ouvert, j'entends un son léger, ténu, cristallin et déjà disparu.
Un soupir - est-ce le tien ou le mien ? ils se mêlent déjà - et tu es déposée contre mon coeur.

Ta venue, mon amour, est celle d'un soleil.

J'ai découvert qu'aimer, c'était aimer en toi tout l'univers. Le chant de l'eau dans ton rire en cascade, la soie mauve des jours d'été dans tes cheveux et la courbure de l'espace sur ta joue endormie.

Toutes les voix humaines bruissent dans tes silences, celles qui se sont tues et celles à venir, qui chuchotent déjà.

Le monde entier tient dans ton parfum d'enfant.
[Haut]
Bulles de Nuit
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2005
Messages: 3 402
Localisation: Paris
Humeur du Jour: Collection Berardo

MessageMar 27 Mar 2007, 17:33:48 Répondre en citant
Margot a écrit:
La déclaration


A l'aube, les pieds nus foulant l'herbe de pluie, mes chaussures balançant au bout d'un doigt nonchalant, je m'éveille aux sensations.
C'est pour toi que je me suis levée si tôt. Pour toi que je m'avance, seule, dans le monde encore sombre.
J'ai parcouru tous les chemins pour te trouver ; j'ai aimé avant toi, mais jamais autant que toi. J'ai senti avant toi, mais jamais avec autant d'acuité qu'aujourd'hui, que le monde est neuf et qu'il n'est que pour nous.

Sais-tu que je t'attends ? Je m'offre au vent, aux embruns, au delta, je suis venue pour entendre le son de ta voix.
Et j'espère, dans le satin doux de la nuit qui s'achève, pénétrer dans ton rêve d'ombre.

Un clair-obscur - très doux aussi - annonce ta venue. Une fée mignonne aux ongles délicats m'interdit d'un geste d'aller au-delà. C'est ici, me dit-elle, que s'arrêtent tes pas. Car c'est ici un monde dont tu n'es pas.
Silencieuse et tendue, le coeur battant au battant entr'ouvert, j'entends un son léger, ténu, cristallin et déjà disparu.
Un soupir - est-ce le tien ou le mien ? ils se mêlent déjà - et tu es déposée contre mon coeur.

Ta venue, mon amour, est celle d'un soleil.

J'ai découvert qu'aimer, c'était aimer en toi tout l'univers. Le chant de l'eau dans ton rire en cascade, la soie mauve des jours d'été dans tes cheveux et la courbure de l'espace sur ta joue endormie.

Toutes les voix humaines bruissent dans tes silences, celles qui se sont tues et celles à venir, qui chuchotent déjà.

Le monde entier tient dans ton parfum d'enfant.


C'est très beau.

A.
____________________
Ha ! très grand arbre du langage peuplé d'oracles, de maximes et murmurant murmure d'aveugle-né dans les quinconces du savoir...
[Haut]
Indy
Invité

Hors ligne




MessageMar 27 Mar 2007, 18:58:11 Répondre en citant
Margot a écrit:
La déclaration


A l'aube, les pieds nus foulant l'herbe de pluie, mes chaussures balançant au bout d'un doigt nonchalant, je m'éveille aux sensations.
C'est pour toi que je me suis levée si tôt. Pour toi que je m'avance, seule, dans le monde encore sombre.
J'ai parcouru tous les chemins pour te trouver ; j'ai aimé avant toi, mais jamais autant que toi. J'ai senti avant toi, mais jamais avec autant d'acuité qu'aujourd'hui, que le monde est neuf et qu'il n'est que pour nous.

Sais-tu que je t'attends ? Je m'offre au vent, aux embruns, au delta, je suis venue pour entendre le son de ta voix.
Et j'espère, dans le satin doux de la nuit qui s'achève, pénétrer dans ton rêve d'ombre.

Un clair-obscur - très doux aussi - annonce ta venue. Une fée mignonne aux ongles délicats m'interdit d'un geste d'aller au-delà. C'est ici, me dit-elle, que s'arrêtent tes pas. Car c'est ici un monde dont tu n'es pas.
Silencieuse et tendue, le coeur battant au battant entr'ouvert, j'entends un son léger, ténu, cristallin et déjà disparu.
Un soupir - est-ce le tien ou le mien ? ils se mêlent déjà - et tu es déposée contre mon coeur.

Ta venue, mon amour, est celle d'un soleil.

J'ai découvert qu'aimer, c'était aimer en toi tout l'univers. Le chant de l'eau dans ton rire en cascade, la soie mauve des jours d'été dans tes cheveux et la courbure de l'espace sur ta joue endormie.

Toutes les voix humaines bruissent dans tes silences, celles qui se sont tues et celles à venir, qui chuchotent déjà.

Le monde entier tient dans ton parfum d'enfant.


L'amour d'un parent pour son enfant est sans doute le plus pur, et tu le décris à merveille. On peut imaginer ton ventre rond, sa naissance, votre amour. Je te félicite. jap:

O.
[Haut]
Démo
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2005
Messages: 8 960
Humeur du Jour: Trop au lit pour être au Net

MessageMer 28 Mar 2007, 08:04:46 Répondre en citant
Margot a écrit:
La déclaration


A l'aube, les pieds nus foulant l'herbe de pluie, mes chaussures balançant au bout d'un doigt nonchalant, je m'éveille aux sensations.
C'est pour toi que je me suis levée si tôt. Pour toi que je m'avance, seule, dans le monde encore sombre.
J'ai parcouru tous les chemins pour te trouver ; j'ai aimé avant toi, mais jamais autant que toi. J'ai senti avant toi, mais jamais avec autant d'acuité qu'aujourd'hui, que le monde est neuf et qu'il n'est que pour nous.

Sais-tu que je t'attends ? Je m'offre au vent, aux embruns, au delta, je suis venue pour entendre le son de ta voix.
Et j'espère, dans le satin doux de la nuit qui s'achève, pénétrer dans ton rêve d'ombre.

Un clair-obscur - très doux aussi - annonce ta venue. Une fée mignonne aux ongles délicats m'interdit d'un geste d'aller au-delà. C'est ici, me dit-elle, que s'arrêtent tes pas. Car c'est ici un monde dont tu n'es pas.
Silencieuse et tendue, le coeur battant au battant entr'ouvert, j'entends un son léger, ténu, cristallin et déjà disparu.
Un soupir - est-ce le tien ou le mien ? ils se mêlent déjà - et tu es déposée contre mon coeur.

Ta venue, mon amour, est celle d'un soleil.

J'ai découvert qu'aimer, c'était aimer en toi tout l'univers. Le chant de l'eau dans ton rire en cascade, la soie mauve des jours d'été dans tes cheveux et la courbure de l'espace sur ta joue endormie.

Toutes les voix humaines bruissent dans tes silences, celles qui se sont tues et celles à venir, qui chuchotent déjà.

Le monde entier tient dans ton parfum d'enfant.


Moi aussi, je peux signer avec mon initiale pour te féliciter pour la rédaction de ce superbe texte.

Z.
____________________
Puisque j'te l'dis !
[Haut]
Indy
Invité

Hors ligne




MessageJeu 29 Mar 2007, 11:26:39 Répondre en citant
Au fait, Margot, quand tu auras retrouvé ton chas, pense à dégraffer ton corsage pour lui donner la gougoutte Mr. Green


Ne t'inquiète pas, tous les gars de pdm du village seront là là là là là là là là angel
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 29 Mar 2007, 11:35:37 Répondre en citant
Merci infiniment de vos compliments. Smile

Lorsque j'ai commencé ce texte, je voulais écrire tout autre chose, une sorte de Chant du monde, à la manière de Jean Giono. Et puis l'image de ma fille s'est imposée, et les mots ont suivi, spontanés et naturels, évidents.
Finalement, ce texte n'est à la manière de personne, mais je suis dedans tout entière.
C'est la raison pour laquelle vos messages m'ont tant touchée.
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 29 Mar 2007, 11:38:35 Répondre en citant
démo a écrit:
Moi aussi, je peux signer avec mon initiale pour te féliciter pour la rédaction de ce superbe texte.

Z.

lol7:
Le Renard rusé fait encore sa loi ! Mr. Green
Il ne me reste plus qu'à inventer la couleur des voyelles, à fixer des vertiges, à réserver la traduction.
(Comment ça, c'est déjà fait ? Mr. Green )

édit : note pour Indy :
ben voyons !
N'oublie pas, quant à toi, de trouver le chameau et l'aiguille... Mr. Green
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 12 Avr 2007, 18:05:54 Répondre en citant
L'alphabet double

Gil amarra le zodiac au quai, contre un youyou eraflé.
Waouh ! Quelle vue magnifique !
Tout juste issu d'X, sans un kopek, visiter Xianchuan faisait naître maint rêves hallucinants.
Pourtant frileux habituellement, il retira son kabig orange.
Bridge, whist ou baccara ? Nulle tergiversation... Gil choisit d'y gruger et jeta la zizanie.
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 12 Avr 2007, 18:08:40 Répondre en citant
Pfff, enfin ! Cet alphabet m'a rappelé mes plus mauvais souvenirs de tartine... Mr. Green
Sans conviction aucune, donc, mais super contente d'avoir achevé ce casse-tête !

Il ne me reste qu'à éditer pour vérifier certains exercices et éliminer les fautes.

Allez, bon courage aux derniers participants, il vous reste exactement 29 heures... tic tac tic tac... Mr. Green
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> REMUE-MÉNINGES -> Le Casse-Tête -> n° 4 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com