Portail
 


||  Index  ||  Portail  ||  FAQ  ||  Rechercher  ||  Connexion  ||  S’enregistrer  ||
 
 
 Information importante 
Place des Mots ferme ses portes...
Fred Vargas, Dans les bois éternels

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Fragments littéraires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMer 25 Oct 2006, 23:18:36 Répondre en citant



Emerveillement dont je voulais parler depuis longtemps, devant un personnage récurrent, héros étonnant et étrange, un commissaire de police totalement différent des classiques, ni Sherlock Holmes à relever des indices laissés par les criminels, ni fort de la gueule et cascadeur, non, juste un type qui est hors de la réalité commune, Jean-Baptiste Adamsberg.


Apprenant hier soir qu'un film était en cours de tournage tiré d'un des livre de Fred Vargas, et que le rôle avait été attribué à José Garcia, j'ai expliqué mes doutes pour les raisons suivantes :

Adamsberg, c'est un homme non sûr, incertain qui doute de tout sauf de ses impressions basées sur rien. Il redoute l'évidence, il se méfie du fait proposé, de la logique.

Son trait le plus caractéristique physiquement, pour moi, c'est son regard.

Dans le dernier, Dans les bois éternels, Vargas écrit :

Peu porté aux discussions collectives et peu enclin à distribuer les ordres, ces mises au point générales l'ennuyaient si intensément qu'il ne se souvenait pas en avoir suivi une seule de bout en bout. A un moment ou à un autre, ses pensées désertaient la table et, de très loin - mais d'où ? - il entendait venir à lui des fragments de phrases dénuées de sens, concernant des domiciles, des interrogatoires, des filatures. Danglard surveillait la montée du taux de flou dans les yeux bruns du commissaire et lui serrait le bras quand celui-ci atteignait la cote d'alerte. Ce qu'il venait précisément de faire. Adamsberg comprenait le signal et revenait parmi les hommes, quittant ce que certains auraient nommé un état d'hébétude et qui était pour lui une issue de secours vitale où il perquisitionnait en solitaire en des directions innommées.

Pour moi il ressemble à ça, un homme pas impressionnant physiquement, "passe partout", un visage ni plus ni moins, mais un peu dérangeant par sa présence, rendant les autres un peu mal à l'aise par sa différence, et surtout, surtout, capable d'exprimer le flou dans son regard...

Adamsberg, c'est d'abord et surtout sa personnalité si différente qui rend les livres de Vargas si passionnants.

Le flou, donc, et le mode de pensée comme expliqué ici :

[...] Danglard n'endurait pas les Questions sans réponse. Questions sans réponse qui s'ingénient à pousser comme pissenlit sur le terreau de la vie, tournant en une myriade d'incertitudes, myriade alimentant son anxiété, anxiété minant son existence. Danglard travaillait sans relâche à anéantir les Questions sans réponse, comme un maniaque scrupte et ôte les poussières tombées sur sa veste. Travail de titan qui l emenait le plus souvent à l'impasse, et l'impasse à l'impuissance. Impuissance qui le propulsait vers la cave de la Brigade qui elle-même abritait sa bouteille de vin blanc, qui elle-même savait seule dissoudre une question sans réponse trop coriace. Si Danglard avait caché sa bouteille aussi loin, ce n'était pas par crainte qu'Adamsberg ne la découvre, le commissaire étant parfaitement au courant de ce fait secret, à croire qu'il avait des voix. Simplement, descendre et remonter l'escalier à vis de la cave lui était assez pénible pour repousser l'usage de son dissolvant à plus tard. Il grignotait donc patiemment ses doutes, en même temps que les extrêmités de ses crayons dont il faisait une consommation de rongeur.

Adamsberg développait une théorie inverse à celle du grignotage, posant que la somme d'incertitudes que peut porter un seul homme dans un même temps ne peut pas croître indéfiniment, atteignant un seuil maximal de trois à quatre incertitudes simultanées. Ce qui ne signifiait pas qu'il n'en existait pas d'autres, mais que seules trois à quatre pouvaient être en état de marche dans un cerveau humain. Que donc la manie de Danglard de vouloir les éradiquer ne lui servait à rien, car sitôt qu'il en avait tué deux, la place se libérait aussitôt pour deux nouvelles questions inédites, qu'il n'aurait pas connujes s'il avait eu la sagesse d'endurer les anciennes.

Danglard boudait cette hypothèse. Il soupçonnait Adamsberg d'aimer l'incertitude jusqu'à la torpeur. De l'aimer au point de la créer lui-meme, d'embrumer les plus claires perspectives pour le plaisir de s'y perdre en irresponsable, comme lorsqu'il marchait sous la pluie. Si l'on ne savait pas, si l'on ne savait rien, à quoi bon s'en faire ?



Le flou, la torpeur, l'incertitude, le brouillard, drôle de flic avec de drôles de méthodes.

Le fleuve de Paris, si puant soit-il certains jours, était son refuge flottant, le lieu où il pouvait le mieux laisser filer ses pensées. Il les libérait comme on lâche un vol d'oiseaux, et elles s'éparpillaient dans le ciel, jouaient en se laissant soulever par le vent, inconscientes et écervelées. Si paradoxal que cela paraisse, produire des pensées écervelées était l'activité prioritaire d'Adamsberg. Et particulièrement nécessaire quand trop d'éléments obstruaient son esprit, s'entassant en paquets compacts qui pétrifiaient son action. Il n'y avait plus alors qu'à ouvrir la tête en deux et tout laisser sortir en pagaille. Ce qui se produisait sans effort à présent qu'il descendait les marches qui le conduisaient sur la berge.

Dans cette échappée, il y avait toujours une pensée plus coriace que les autres, telle la mouette chargée de veiller à la bonne conduite du groupe. Une sorte de pensée-chef, de pensée-flic, qui s'évertuait à surveiller les autres, les empêchant de passer les bornes du réel. Le commissaire chercha dans le ciel quelle mouette tenait aujourd'hui le rôle monomaniaque du gendarme. Il la repéra rapidement, en train de rabrouer une jeunette qui s'amusait à lutter vent debout, oublieuse de ses responsabilités. Ensuite, elle fonça vers une autre étourdie qui virevoltait au ras de l'eau sale. Mouette-flic cirant sans discontinuer. Pour l'heure, sa pensée-flic, égaelment monomaniaque, passait en vol rapide dans sa tête, en aller-retour continu et piaillant.



Comme celles-ci :

Comme tous les durs, il n'a pas de fond. C'est le principe de la noix. Vous appuyez dessus, et cela se casse. Essayez donc de casser du miel.


Une personne qui détient un secret, un secret si important qu'elle a juré sur ses grands dieux ou la tête de sa mère de ne jamais le confier à quiconque le dit obligatoireemnt à une autre personne. Personne, sauf exceptions rarissimes, ne parvient à conserver un secret pour lui seul. Plus le secret est lourd et plus la règle vaut.




Il y avait aussi un autre passage que je n'ai pas retrouvé, sur la supériorité de l'eau sur le caillou, l'eau au fil de ses passages et repassages, façonnant le caillou, et non l'inverse...


Bref, un flic tel qu'on voudrait qu'ils soient en vrai...[/i]
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageMer 14 Fév 2007, 14:27:13 Répondre en citant
M'étant enfin penchée sur Fred Vargas et étant en plus en train d'achever celui dont tu fais mention (dans les bois éternels), ayant déjà vu jouer José Garcia dans des rôles moins comiques, je le vois finalement pas si mal que ça dans ce rôle moi.

En plus, il a ce côté séduisant que semble avoir Adamsberg que la gente féminine ne dénigre pas...
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMer 14 Fév 2007, 14:37:02 Répondre en citant
Yno a écrit:
En plus, il a ce côté séduisant que semble avoir Adamsberg que la gente féminine ne dénigre pas...


Pourtant il n'a rien d'un Grand Brun
bizarre que tu dises ça de J. Garcia
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageMer 14 Fév 2007, 15:01:47 Répondre en citant
((et voilà qu'on recommence avec le grand ou très grand lol7:))

pourquoi bizarre que je puisse penser que José Garcia est séduisant ?? ou bizarre que je puisse penser qu'il est grand ??
je ne m'attacherais pas à ce genre de détail physique moi mais à savoir si l'acteur saurait retranscrire ce drôle de personnage.
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 15 Fév 2007, 12:36:27 Répondre en citant
Je crois aussi que josé Garcia fera un bon Adamsberg... s'il parvient à saisir son côté "évaporé". J'attends de le voir avec beaucoup d'impatience, je suis une fan des polars de Fred Vargas ! (Bien que ça devienne franchement compliqué de la suivre à présent...)

Au fait, qui est prévu pour le rôle de Danglard ?
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageJeu 15 Fév 2007, 12:51:21 Répondre en citant
youpi yno et margot alliées contre blue blue le vilain modo Mr. Green
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageJeu 15 Fév 2007, 16:37:35 Répondre en citant
Margot a écrit:

Au fait, qui est prévu pour le rôle de Danglard ?


Très bonne question ! Allez, je fais ma Lisa :




Casting


Réalisation
Réalisateur
Régis Wargnier

Acteurs
le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg
José Garcia
Danglard
Lucas Belvaux
Marie
Marie Gillain
Joss Le Guern
Olivier Gourmet
Damas
Nicolas Cazalé
Camille
Linh Dan Pham
Hervé Decambrais
Michel Serrault
Victor Danglard
Titouan Laporte
Estalère
Marc Robert
l'archéologue
Mathias Mlekuz

Production
Producteur
Cyril Colbeau-Justin
Jean-Baptiste Dupont

Activités sociétés
Exportation/Distribution internationale
Gaumont Columbia Tristar Films
, France
Production
LGM productions
, France
Gaumont
, France
KL Productions
, France
TF1 Films Production
, France
Artemis Production
, Belgique

Scénario
Scénariste
Julien Rappeneau
Régis Wargnier
Ariane Fert
Ariane Marrin
Lawrence Shore
Dialoguiste
Julien Rappeneau
Ariane Fert
D'après l'oeuvre de
Fred Vargas

Equipe technique
Compositeur
Patrick Doyle
monteur
Yann Malcor
Décorateur
Olivier Radot
Costumière
Elisabeth Lehuger Rousseau
1er assistant réalisateur
George Every
2ème assistant réalisateur
Eliot Mathews
Sophie Berger Forestier
Ingénieur du son
Guillaume Sciama
Patrick Grisolet
Franco Piscopo
Directeur du casting
Pierre-Jacques Benichou
Directeur de production
David Giordano

Distribution
Distribution
Gaumont Columbia Tristar Films
, France
Attaché de presse
Laurent Renard
Attachée de presse
Leslie Ricci



Synopsis

Le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg n'aime pas le Printemps.
Il se méfie des montées de sève, des désirs d'évasion, du déferlement des pulsions, tous ces signaux qui sonnent le retour des beaux jours...
Et il a raison Adamsberg... Sa fiancée, Camille, prend du recul, et son absence coupe les ailes du commissaire, au moment où il en aurait le plus besoin : Quelque chose vient de tomber sur la capitale, une énigme porteuse de malédiction, qui pourrait bien virer au malheur, si on ne la résout pas fissa... D'étranges signaux se répandent sur les portes des immeubles de Paris, et des mots inquiétants, mystérieux, sont lâchés à la criée sur les marchés...
Et puis arrive ce qu'Adamsberg redoutait : Un premier mort, le corps noirci, le visage figé dans une grimace de terreur, les signes de la peste... Et c'était ça qu'annonçait l'énigme, le retour du terrible fléau, mais avec une sacrée variante, il semble que quelqu'un contrôle la
maladie et la porte où il veut.




Un peu jeune pour faire l'amateur de vin blanc planqué dans les sous-sols du commissariat non ? il me semble qu'il a plus que la cinquantaine pensif
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Yno
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2006
Messages: 5 071
Localisation: pas assez près
Humeur du Jour: Presque

MessageJeu 15 Fév 2007, 19:14:51 Répondre en citant
plus que la cinquantaine Danglard ??
alors qu'il a plusieurs enfants en bas âge ?
t'es sûr ?

je t'entends me dire, blue, que les hommes peuvent faire des enfants à n'importe quel âge...mais bon je me questionne tout de même sur l'âge de ce monsieur....

Mr. Green
____________________
..." Ô temps ! suspends ton vol, merdeuh...
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 15 Fév 2007, 20:52:54 Répondre en citant
Yno a écrit:
youpi yno et margot alliées Mr. Green

Comme si ce n'était pas souvent le cas ! Mr. Green

I love You
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 15 Fév 2007, 21:01:05 Répondre en citant
Bluedream a écrit:


Un peu jeune pour faire l'amateur de vin blanc planqué dans les sous-sols du commissariat non ? il me semble qu'il a plus que la cinquantaine pensif


Ca alors ! si ce n'est pas de l'exhaustif !... lol7:

Il a la cinquantaine, Danglard, c'est vrai.
Et il a de la gueule cet acteur ! Le visage ravagé juste ce qu'il faut, les rides d'expression, l'attitude réflexive, l'air "complètement dépassé mais je vais trouver le moyen de m'en sortir quand même" et l'oeil du gorille... C'est tout Danglard, moi j'vous l'dis ! si, si. Mr. Green

Cela dit, le personnage de Danglard doit être aussi difficile à interpréter que celui d'Adamsberg. C'est d'ailleurs ce qui me plaît autant chez Vargas : son talent fou pour créer une personnalité profonde, nuancée et complexe. Et Camille... le femme-louve... love
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageJeu 15 Fév 2007, 21:20:44 Répondre en citant
Bluedream a écrit:
Il y avait aussi un autre passage que je n'ai pas retrouvé, sur la supériorité de l'eau sur le caillou, l'eau au fil de ses passages et repassages, façonnant le caillou, et non l'inverse...


Rendez-vous compte de l'infinie patience de l'eau qui passe sur ces galets. Et eux qui se laissent faire, alors que la rivière est en train de manger toutes leurs aspérités, l'air de rien. A la fin, c'est l'eau qui gagne.

La dernière phrase est le leitmotiv d'Adamsberg, dans cette enquête.
"A la fin, c'est l'eau qui gagne."
C'est elle qu'il garde en mémoire, petite phrase entêtante... parce qu'il sait, intuitivement, qu'il tient là le fil qui lui permettra de démêler l'écheveau.
Il laisse filer les idées comme l'eau entre ses doigts... Lent, intuitif, sensuel. Que j'aime ce personnage ! love
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageVen 16 Fév 2007, 10:18:33 Répondre en citant
Margot a écrit:
Bluedream a écrit:
Il y avait aussi un autre passage que je n'ai pas retrouvé, sur la supériorité de l'eau sur le caillou, l'eau au fil de ses passages et repassages, façonnant le caillou, et non l'inverse...


Rendez-vous compte de l'infinie patience de l'eau qui passe sur ces galets. Et eux qui se laissent faire, alors que la rivière est en train de manger toutes leurs aspérités, l'air de rien. A la fin, c'est l'eau qui gagne.

La dernière phrase est le leitmotiv d'Adamsberg, dans cette enquête.
"A la fin, c'est l'eau qui gagne."
C'est elle qu'il garde en mémoire, petite phrase entêtante... parce qu'il sait, intuitivement, qu'il tient là le fil qui lui permettra de démêler l'écheveau.
Il laisse filer les idées comme l'eau entre ses doigts... Lent, intuitif, sensuel. Que j'aime ce personnage ! love


A la fin c'est l'eau qui gagne Smile

oui j'aime beaucoup cette image

bon, c'est malin, j'ai vraiment envie de voir le film maintenant

Bon, ce soir devant le Gaumont Alésia séance de 22 h 25 ? fete
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageLun 19 Fév 2007, 11:25:11 Répondre en citant
Bluedream a écrit:
mais pas encore vu, j'irai cette semaine je pense, même si on me dit que c'est mauvais, j'aime bien voir de mes propres yeux pourquoi c'est mauvais

Les critiques sont si mauvaises que ça ? Sad
Qu'en disent-elles de ce film, tu nous fais un résumé ?
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageLun 19 Fév 2007, 11:45:53 Répondre en citant
Margot a écrit:
Bluedream a écrit:
mais pas encore vu, j'irai cette semaine je pense, même si on me dit que c'est mauvais, j'aime bien voir de mes propres yeux pourquoi c'est mauvais

Les critiques sont si mauvaises que ça ? Sad
Qu'en disent-elles de ce film, tu nous fais un résumé ?



et tu veux que je t'aide aussi pour découper ta viande ? hein

(désolé mais me faire griller au coin d'un feu me rend de mauvais poil Mad )

alors... allociné



Positif
- Paul Louis Thirard
Barème AlloCiné* :

Malgré des adaptations nécessaires et des infidélités heureuses, Pars vite et reviens tard a su garder ce qui faisait le charme et la force du roman (...).
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Positif"
La revue de presse AlloCiné de "Positif"

Ouest France
- La rédaction
Barème AlloCiné* :

Un Paris filmé avec un regard, une touche, une lumière et un attachement rarement vus de cette façon-là au cinéma.
Lire la critique complète sur le site "Ouest France"
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Ouest France"
La revue de presse AlloCiné de "Ouest France"

Metro
- Jennifer Lesieur
Barème AlloCiné* :

(...) un polar bien ficelé, à l'atmosphère trouble et mélancolique, aux rebondissements surprenants (...)
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Metro"
La revue de presse AlloCiné de "Metro"

Studio Magazine
- Patrick Fabre
Barème AlloCiné* :

(...) les amateurs du cinéma de Régis Wargnier (...) espéraient qu'il réalise un vrai thriller. C'est aujourd'hui chose faite, et bien faite (...) la mise en scène est (...) maîtrisée de bout en bout.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Studio Magazine"
La revue de presse AlloCiné de "Studio Magazine"

Ciné Live
- Philippe Paumier
Barème AlloCiné* :

Un vent de folie douce et de mystère souffle sur le polar français et c'est à Régis Wargnier, la classe faite caméra, qu'on le doit.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Ciné Live"
La revue de presse AlloCiné de "Ciné Live"

Le Figaroscope
- Marie-Noëlle Tranchant
Barème AlloCiné* :

(...) Régis Wargnier a un vrai sens du romanesque, des lieux étranges, des caractères bizarres qui donnent à rêver.
Lire la critique complète sur le site "Le Figaroscope"
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Le Figaroscope"
La revue de presse AlloCiné de "Le Figaroscope"

Le Monde
- Jean-Luc Douin
Barème AlloCiné* :

C'est lorsqu'il orchestre des scènes d'action (...) que Régis Wargnier est le plus inspiré.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Le Monde"
La revue de presse AlloCiné de "Le Monde"

Score
- Julien Welter
Barème AlloCiné* :

Des mauvais airs d'Agatha Christie du dimanche qui dégonfle les ambitions et la tension. Si le film échoue sans fracas, il ne brille pour autant pas.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Score"
La revue de presse AlloCiné de "Score"

Télé 7 Jours
- Julien Barcilon
Barème AlloCiné* :

La réalisation et l'interprétation ne tiennent pas toutes leurs promesses.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Télé 7 Jours"
La revue de presse AlloCiné de "Télé 7 Jours"

Le Journal du Dimanche
- Carlos Gomez
Barème AlloCiné* :

(...) la psychose marque des points à mesure que son mystère s'épaissit, jusqu'au dénouement plutôt habile. Pourtant, le résultat nous laisse en partie sur notre faim.



quand la 2e meilleure critique met l'accent sur les décors et les paysages plutôt que sur les acteurs ou le scénario, ça m'inquiète un peu
là c'est la 1re page (sur les 4)

En moyenne, la presse attribue 2 étoiles sur 4 possibles et le public aussi

pas de ma faute


mais j'aime bien juger par moi-même alors...
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Wiliam
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2006
Messages: 2 909
Humeur du Jour: snesl by te modré z nebe

MessageMer 11 Fév 2009, 22:10:38 Répondre en citant
Margot a écrit:
Rendez-vous compte de l'infinie patience de l'eau qui passe sur ces galets. Et eux qui se laissent faire, alors que la rivière est en train de manger toutes leurs aspérités, l'air de rien. A la fin, c'est l'eau qui gagne.



Il y a quelque chose de particulièrement intéressant dans cette phrase... Cette idée que les efforts semblent vains quand pourtant ils mènent finalement à la victoire. Cette victoire grâce au temps.

Magnifique Smile
____________________
A bas les poux ! Vive René Coty !
[Haut]
Bluedream
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2005
Messages: 11 182
Humeur du Jour: ...

MessageMer 11 Fév 2009, 23:17:26 Répondre en citant
Cet auteur a créé un personnage que j'aime, par sa complexité, sa simplicité d'aborder les choses, les événements
cette phrase est magnifique, ce qu'elle implique aussi
d'ailleurs j'aime tout Vargas, sauf son premier, auteur que je prends sans lire le 4e de couv
et toujours pas vu l'adaptation ciné...
le dernier que j'ai lu d'elle, c'est "Debout les morts", ou plutôt relu, pour le plaisir de revivre les aventures des historiens paumés qui se réunissent pour partager leur merde respective, j'ai adoré leur manière de présenter leurs motifs à s'unir
Le temps est très présent chez elle, une histoire d'étages
____________________
Il y a des choses qu'on ne peut dire qu'en embrassant... parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l'âme tant qu'un baiser ne les appelle.
Maurice Maeterlinck
[Haut]
Onde
Plume d'oie

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2005
Messages: 5 714
Localisation: Cesson

MessageMer 11 Fév 2009, 23:20:02 Répondre en citant
Bluedream a écrit:

le dernier que j'ai lu d'elle, c'est "Debout les morts", ou plutôt relu, pour le plaisir de revivre les aventures des historiens paumés qui se réunissent pour partager leur merde respective, j'ai adoré leur manière de présenter leurs motifs à s'unir
Le temps est très présent chez elle, une histoire d'étages


Ah tiens, je viens juste de le commencer ! Smile
[Haut]
Margot
Stylo-plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2006
Messages: 3 269
Localisation: salamandre au feu lovée
Humeur du Jour: miluji tě

MessageMer 11 Fév 2009, 23:28:38 Répondre en citant
J'adore Vargas aussi. Même si je commence à avoir du mal avec le vécu sentimental d'Adamsberg. Sa vie est d'un compliqué !

Vous saviez que Vargas est historienne et médiéviste de formation ?
Je ne peux pas m'empêcher de penser que cela conditionne son regard très particulier sur la nature et sur la vie.
[Haut]
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Place des Mots Index du Forum -> AU TOUR DE LA PLUME -> Les Fragments littéraires Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com